Forum - Les Enfants du paradis - Avis
Accueil
Forum : Les Enfants du paradis

Sujet : Avis


De JIPI, le 27 septembre 2006 à 21:48
Note du film : 6/6

"Je suis libre, tant mieux j'aime la liberté » ces paroles de Garance égrenées sur le boulevard du crime s'adaptent merveilleusement à l'esprit de ces enfants du paradis vociférant sur les hauteurs d'un théâtre, laissant voguer leurs sensibilités non structurés dans des rencontres ou chacun exécute une parade d'amour sans investissement durable.

Tous ces écorchés vifs sont des marginaux talentueux, combattants démesurés pour certains, contemplatifs pour d'autres, ils s'adonnent à la prose, se libère sur scène par la pantomime, inadaptés à la normalité ils s'extériorisent par l'extravagance et la mélancolie.

Les rencontres nocturnes imposées par leur marginalité rapprochent par le verbe tous ces personnages si différents qui le temps d'un positionnement de taverne se neutralisent par un regard respectueux envers leurs différences.

Les procédures égoïstes s'émiettent, les cœurs frigides s'éveillent à des sentiments inconnus, on flirte avec des définitions nouvelles, l'orgueil véhicule principal s'estompe, un respect soudain envers la collectivité prend vie.

La combinatoire universelle associe dans une même aubade : le destin, la protection, le voyou, le rêveur, l'arriviste, l'insouciante, l'amour.

Chacun défend son architecture interne par une rhétorique adaptée à sa survie en baissant peu à peu sa garde le temps de quelques théories.

Garance est merveilleusement soumise à la contingence, ce qui sera est attendu sans crainte et avec impatience.

Frédéric lemaitre se définit par cette sublime réplique « Mon état normal ? Connais pas ».

Baptiste se débat entre ses devoirs moraux et une folle envie de sombrer dans cet océan insouciant des lois de l'incontenance et de l'irrespectabilité que représente cette petite femme au sourire dévoré par une plainte interne répétitive et intense.

Nathalie représente la sagesse, un immense combat afin de faire triompher son seul amour potentiel et véritable .

Lacenaire brille d'arrogance dans ses exposés sur son principal carburant: l'orgueil.

Tout ce petit monde aigri ayant condamné la société souffre du même mal, Le manque d'affection, l'approche du monde est sévère, pas d'attaches, se servir goulûment de chaque opportunité, le bonheur n'est pas personnel, il est massif et n'est visible que par les comportements de ces grappes humaines déambulant sur le boulevard du crime, la masse incrémente la joie, l'individualité des esprits est torturé par le besoin de détruire constamment cette force compacte soudée par le plaisir de la rue.

Les enfants du paradis est un film clair obscur, ces libertés sont fausses, elles appellent de toutes leurs forces la normalisation qui elle seul mettra fin à ces dérives, les protagonistes s'épuisent dans ces nouvelles lois qui ne mettent en valeur qu'eux-mêmes.

Les dialogues de Jacques Prévert sont extrêmement pessimistes, tout le monde s'affronte par des propos en chute libre sur leur environnement, au delà du réalisme le plus prononcé, les enfants du paradis par ses textes révèle un concept ou les personnages surnagent dans une béatitude dramatique, un état léthargique euphorique entretenu par un refus de s'abandonner à une éventuelle confiance.

L'individualisme s'impose en refusant de se soumettre à la loi du nombre.


Répondre

De Freddie D., le 30 octobre 2007 à 17:23
Note du film : 3/6

Oserais-je avancer (timidement) que les films de Carné sont un peu boursouflés et prétentieux ? Et que celui-là, le Citizen Kane français (c'est à dire chef-d'oeuvre estampillé intouchable) n'échappe pas toujours à la règle…

Messieurs les Anglais, tirez les premiers ! Je l'ai bien cherché !


Répondre

De s é p i a, le 30 octobre 2007 à 17:34
Note du film : 6/6

Entre un "soviet" et la collection Arlequin, il y a peut-être un juste milieu, non ?

Et puis, pour Carné, et ces enfants là, la messe a été dite ! N'abusons pas des saintes huiles…Réveiller un chef-d'ôeuvre qui dort sous des louanges méritées pour l'éternité, ça pourrait faire désordre..


Répondre

De jipi, le 11 novembre 2007 à 11:43
Note du film : 6/6

Mon Dieu Vincentp vous m'avez oublié dans la liste. J'espère que ce n'est pas une indifférence inconsciente. Pourtant je m'en donne du mal croyez-moi.


Répondre

De droudrou, le 11 novembre 2007 à 13:19

Jipi, histoire de te réconforter à très haut niveau : nous sommes tous des enfants du paradis !


Répondre

De Arca1943, le 11 novembre 2007 à 15:23
Note du film : 6/6

Pas mal du tout, ce pastiche. Les « néons néantisés », ça en jette.


Répondre

De droudrou, le 11 novembre 2007 à 15:59

Wouais ! Ce n'est pas mal ! J'espère que pris par je ne sais quelle envie, il ne va pas déliter ses propos… mais c'est vrai que ce n'est pas mal du tout !
Par contre, je me pose la question s'il n'avait encore quelques jours de congés à liquider pour s'en remettre… Il se faisait tellement rare ces temps derniers… On le voyait apparaître et disparaître. Il n'en disait pas plus que d'habitude mais on avait presque l'impression qu'une force obscure lui faisait rentrer ses paroles dans la gorge. S'il avait été Frétyl et non Vincentp, on aurait pu croire avoir vu luire une lame dans l'obscurité de la nuit… Mais là, non ! Rien !…


Répondre

De jipi, le 11 novembre 2007 à 16:08
Note du film : 6/6

Droudrou, Vincentp c'est un bon ou un méchant?


Répondre

De droudrou, le 11 novembre 2007 à 16:10

Ni l'un ni l'autre ! C'est Vincentp ! Le corps caché par un large manteau et le chapeau abaissé très bas qui ne laisse voir que ses deux yeux (!!!), la rapière attend dans son fourreau prête à trancher le verbe de trop !


Répondre

De l\'auvergnat, le 11 novembre 2007 à 19:26

Cher vincentp, Puisque tu le dis, quand il faut y aller, il faut y aller… Les Enfants du Paradis est le film que j'emporterais sur une île déserte. Pourquoi ? Pour les thèmes : l'amour impossible de Baptiste pour Garance, l'amour désespéré de Nathalie pour Baptiste ; l'éloge du théatre et de son public ; l'éloge de l'art du mime Pour les acteurs : Jean-Louis Barraut, Arletty, Pierre Brasseur, Marcel Herrand… Pour la mise en scène et en images de la vie des « grands boulevards ». Parce que c'est un film merveilleux sans être enfantin. Et aussi … parce qu'il dure plus de trois heures et quand on est sur une île déserte c'est mieux qu'un court métrage !


Répondre

De fretyl, le 11 novembre 2007 à 21:31
Note du film : 4/6

Non pardonné moi , on va encore dire que je provoque mais si ce film est éfféctivement une grande réussite des années trente ce n'est certainement pas celui que j'emmenerai sur une ile deserte .

Il faut dire qu'en France on a fait mieux aprés . Comme l'a dit Claude Chabrol dans sa biographie il y'a dans Les enfants du paradis une belle histoire , des personnages pittoresques , mais la réalisation est vraiment censuré , voir dans certaine scénes carrément baclé .

Mais cette fresque reste et restera une des plus osé de ce début de siécle , rien que pour ça Les enfants du paradis sera toujours une oeuvre reconnu par les cinephiles de toutes catégories .


Répondre

De fretyl, le 11 novembre 2007 à 22:30
Note du film : 4/6

BROUBROU ne serait-ce pas DROUDROU qui aurait changé son nom ?

Pour le reste je vous félicite d'elever votre fils tel un Patton , ne seriez vous pas dés fois un admirateur du général et dans la méme occasion un admirateur de Napoléon , Jules césar et autres conquérant dont Patton disait étre la réincarnation !


Répondre

De Arca1943, le 11 novembre 2007 à 23:27
Note du film : 6/6

Je crois pour ma part que sous les traits – au demeurant sympathiques – de Broubrou se cache un personnage que nous connaissons bien, et auquel il faudra peut-être décerner le Mulot "Mystère" du pastiche de l'année (vu que de toute façon il n'a pas de concurrence dans ce créneau !).


Répondre

De droudrou, le 12 novembre 2007 à 11:05

Pas tellement ! J'aime que les rapports avec autrui soient clairs ! Et quand je vois des messages venir et soudainement disparaître, en ce qui me concerne, j'ai une certaine constance qui me permet de dire que j'assure ! Donc : on tient une position avec autrui et on s'y tient ce qui fait qu'il n'existe pas de débordements ! Qu'on ne soit pas d'accord sur certains sujets, c'est le propre d'un forum mais, à plus forte raison, nous ne nous connaissons pas suffisamment les uns et les autres pour voguer d'un état d'esprit à un autre ! Le respect mutuel est primordial ! En ce qui me concerne, j'aime une certaine convivialité (et si elle n'est pas comprise, c'est bien dommage) et quand je mets quelqu'un en boîte, il n'y a jamais d'équivoque !
Que ce soit dit… et comme disait Yul Brinner : "Que ce soit dit ! Que ce soit écrit ! Que ce soit fait !"
Il y a eu par trop de débordements ces temps derniers sur DVD Toile qui est, avant tout, un forum consacré au cinéma.


Répondre

De jipi, le 12 novembre 2007 à 16:54
Note du film : 6/6

Vous Vincentp ou quelqu'un d'autre a modifié le texte ci-dessous. Dans ces conditions plus rien n'est possible.

"Vous étes un minotaure qui nous aveugle de votre pensée. Vous me rappellez un plat, le Bison, aux herbes de provence". n'est pas de moi.

La franchement ça ne va plus, impossible de continuer dans ces conditions. Vincentp vous dépassez les bornes. Si vous continuez vous allez faire capoter un groupe de travail et de reflexions. Pour ma part je ne tiendrais plus aucun compte de vos remarques. Vous étes un minotaure qui nous aveugle de votre pensée. Vous me rappellez un plat, le Bison, aux herbes de provence.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0062 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter