Forum - Le Beauf - Bien ficelé
Accueil
Forum : Le Beauf

Sujet : Bien ficelé


De jojo57, le 26 septembre 2006 à 14:55

Je trouve ce film bien ficelé, avec Gérard Jugnot en victime bonne poire, Gérard Darmon, en menteur de grand talent, le tout bercé par la musique d'Alain Bashung ! Une arnaque en toile de fond pour ce film avec de bons comédiens et une bonne musique. Vive la sortie de ce film en DVD, car c'est un bonheur à le regarder


Répondre

De Nadine Mouk, le 10 février 2016 à 07:06
Note du film : 4/6

En 1987, avant que de raser sa moustache et de prendre la route en Tandem avec Jean Rochefort le très populaire Jugnot se laissa tenter par ce scénario au demeurant assez simpliste mais cachant quand même de très bons moments de suspens. Pas aussi Beauf qu'on pourrait le croire au départ, l'acteur déploie toutes les facettes de son talent pour faire de ce film peut-être destiné à l'oubli un véritable thriller à la Française, assez rondement mené par un cinéaste qui ne laissa guère de souvenirs dans les annales du septième art. Pourtant, bien construit avec un rythme soutenu, un suspens quasi-permanent et le talent de la distribution toute entière, ce film se laisse voir sans déplaisir aucun. Loin d'un Jugnot très superficiel comme Le coup du parapluie ou encore du Quart d'heure américain, ce Jugnot là porte avec aisance le film sur ses épaules. L'histoire de cet homme "moyen", lambda diront certains, à la vie quelque peu atone et languissante, le célèbre Bronzé va en faire, de part les évènements inattendus, une oeuvre solide et respectable.

Pas un monument, non, mais de la belle ouvrage loin d'être besogneuse malgré un packaging un peu surané. Mais  "aujourd'hui" , Jugnot réveille tout ça. Bafoué, trahi, trompé, il incarne ici avec brio le côté insurrectionnel séditieux qui sommeille en chacun de nous. Se méfier de l'eau qui dort devient avec lui un dicton très vérace. Ses faux acolytes l'apprendront à leurs dépends. Gerard Darmon en tête qui s'incruste dans sa vie, d'abord pour se servir de lui, ensuite pour séduire sa trop belle épouse Marianne Basler . Puis Didier Sauvegrain , belle de gueule de voyou camé, révélé dans I… comme Icare, ou encore Zabou Breitman qui butine entre deux doses. Sans pour autant devenir The Punisher, notre Jugnot va finasser sa vengeance tel un métronome sorti d'usine. La musique de l'immense et regretté Alain Bashung va ponctuer sa vendetta . Et puis …. Un type bien restant un type bien malgré l'adversité parfois bien dégueulasse, ne dévoilons pas, ne spolions (comme on dit de nos jours) la fin de l'histoire, humaine, étrange, et inattendue . Oui, il le porte fort bien ce film, le célèbre moustachu.

Qui se souvient encore aujourd'hui de ce Beauf ? Il fut une étoile filante je crois, à sa sortie dans les années 80, comme beaucoup d'autres. C'est pourtant un film qui se porte encore bien, malgré un tout petit goût de vieillot, en cette époque troublée et informatisée à donfe. Les salauds sont éternels et vont rarement en enfer. Les hommes qui épousent de trop jolies femmes ne se méfient toujours pas. La vengeance est un plat qui se mange à toutes les températures et l'argent est toujours aussi cher à gagner. On peut dire de ce film qu'il est intemporel. En tous cas plein de qualités et de talent (s). Et ajouter que Gérard Jugnot est assurément un très grand acteur, n'étonnera personne de bonne foi !


Répondre

De Arca1943, le 10 février 2016 à 18:27

Totalement inconnu à mon bataillon. Merci, Nadine Mouk !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0077 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter