Forum - Poséidon - Avis
Accueil
Forum : Poséidon

Sujet : Avis


De PM Jarriq, le 20 août 2006 à 09:48
Note du film : 2/6

Déjà, on voit mal la nécessité de refaire le film de '72, vu qu'il tient toujours parfaitement la route, et qu'il bénéficie d'un cast irréprochable. Ensuite, quitte à le refaire, autant apporter des éléments nouveaux. Ici, la seule nouveauté, ce sont les F/X numériques, et ce sont jutement eux, qui gâchent le film. En ouverture, un plan-séquence montrant Josh Lucas courant sur les coursives virtuelles du paquebot : en une minute, on n'y croit déjà plus ! Puisqu'il est aveuglant que le "Poséidon" n'existe pas, comment pourrait-on s'émouvoir de son sort ? Les limites de ce genre d'effets apparaissent ici de façon flagrante. La suite n'arrange rien : dialogues dignes de La croisière s'amuse, personnages clichés (le texan vulgaire, le vieil homo, le père étouffant, le gamin horripilant, l'égoïste qui se révèle si altruiste en cours d'aventure, etc. rien ne manque !), et hormis quelques moments de claustrophobie aquatique assez réussis et stressants, ce Poseidon laisse de marbre. Pauvres Russell, Dreyfuss (Petersen aurait dû le faire dévorer par un requin, en hommage à Jaws), et surtout Freddy Rodriguez si exceptionnel dans Six feet under, et qui disparaît ici à la première occasion… Petersen n'a jamais été qu'un honnête technicien sans âme, ni inspiration, dépendant de la qualité de ses scénarios. Ici, il n'a pas été servi, et on n'a qu'une envie : revoir l'original, où au moins les auteurs avaient fait une tentative de discours sur la foi et le doute.


Répondre

De PM Jarriq, le 20 août 2006 à 13:07
Note du film : 2/6

Petersen à la place de Yates ? J'imagine que c'est encore envisageable, après tout Dans la ligne de mire était plutôt réussi, comme polar urbain… Par contre, j'aimerais bien voir quel bellâtre bodybuildé va se mesurer au souvenir de McQueen : Affleck ? Damon ? Pitt ? McConaughey ? J'en ris d'avance.


Répondre

De Arca1943, le 12 mai 2007 à 15:56
Note du film : 2/6

Aucun de ces nageurs de salon ne va à la cheville de Shelley Winters et de son crawl d'une suprême élégance !

Déjà, je trouvais la première mouture bien artificielle. Mais alors ici… Que c'est mal foutu, ce film, non mais. La mise en situation qui précède le désastre est terriblement anémique. Le désastre lui-même est ridicule : moi qui attribuais à l'océan toutes sortes de vertus poétiques, je découvre qu'en fait il s'agit simplement d'une vaste piscine. Quelle déconvenue. Et Kurt Russell, que j'aime bien en général, a rarement été aussi mauvais.

Comment croire que le même réalisateur a dirigé Das Boot ?


Répondre

De jipi, le 16 août 2008 à 15:05
Note du film : 3/6

Retour à la case départ avec ce remake d'un premier jet de 1973 très opportun à l'époque inaugurant un cycle prometteur de tours en flammes, de terre qui tremble et de 747 en péril le tout pour une décennie.

« L'aventure du Poséidon » est revisitée pratiquement à l'identique dans cette nouvelle version boostée par une technologie hyper puissante qui toute en offrant une nouvelle peau aux images laisse stagner les psychologies des personnages qui elles n'ont guère évoluées depuis trente trois ans.

Les différents stéréotypes de la société progressent à l'intérieur de ce mastodonte retourné par une vague scélérate avec en prime comme bien souvent l'incontournable sacrifice que l'un des rescapés devra offrir à la collectivité.

La première version maintes fois rediffusée sur le petit écran est à bannir de sa mémoire si l'on désire appréhender comme un sang neuf cette débauche d'images déjà vue dans le premier opus même si elles sont ici retravaillées.

Au fil des minutes, le produit s'altère lentement par des cris, des lamentations et de la résignation, rien de nouveau, chacun tient son rôle du pessimiste au courageux par des propos calibrés en fonction des défauts ou qualités de chacun, un discours basique et ennuyeux car trop entendu dans ce style de films réunissant en microcosme la cartographie psychologique de nos contemporains.

La faiblesse du contenu victime d'un concept trop élimé est perceptible rien que par le minutage offert 1h38 (Générique final compris). Les producteurs fébriles tiennent rapidement à en finir en menant manu militari à leurs termes les péripéties de ce petit groupe vociférant. Tout cela respire l'œuvre de commande à cent kilomètres.

Point positif le bateau sombre au bout de quinze minutes, ce qui évite une longue et éprouvante présentation des principaux passagers ceux-ci évitant de justesse une caricature à la croisière s'amuse.

C'est une machinerie sans surprises et surtout sans éclats, un parcours du combattant terne et laborieux malgré l'apport de belles images convaincantes de synthèse.

La production américaine frigide en innovation préfère depuis quelques temps abreuver les spectateurs de remakes ou de suites. Dans le cas du Poséidon cela peut fonctionner si l'on est nostalgique de la grande époque des films catastrophes, pour les autres ils considéreront ce produit comme standard.

Les seuls impacts émotionnels se situent dans la longue agonie du paquebot et les visages convulsés happés par les eaux.

A quand le remake de la tour infernale voyagant incognito à l'intérieur du Poséidon ? Cela ne devrait pas tarder à nous tomber dessus avec tous les dangers inévitables exposés ci-dessus.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.013 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter