Forum - La Cité disparue - La cité
Accueil
Forum : La Cité disparue

Sujet : La cité


De Duke, le 13 décembre 2002 à 10:37

Agréable surprise, que ce film d'aventures à la mauvaise réputation. C'est un pompage de "Casablanca" à la sauce aventures, filmé comme un western (Wayne a carrément un look de cowboy en plein Sahara). Mais la photo est sublime, la copie miraculeusement parfaite et Sophia Loren vaut le détour en pute arabe dépressive. Cool !


Répondre

De DelaNuit, le 10 août 2009 à 20:44
Note du film : 5/6

Il me semble que la fameuse cité perdue n'est pas un décor mais de véritables ruines antiques dans le désert. S'agit-il des ruine romaines du sud tunisien (je pense notamment à Dougga) ? Quelqu'un serait-il renseigné à ce sujet ?


Répondre

De DelaNuit, le 10 mars 2010 à 20:56
Note du film : 5/6

Eh bien je me réponds à moi même après avoir revu ce film, récemment sorti dans la collection Fnac à 12 € et quelques. Il ne s'agit pas de ruines romaines en Tunisie mais plutôt de ruines antiques en Lybie.

Curieux film en vérité. Le titre français est moins parlant que le titre original : "Legend of the lost", la légende de la perte, ou de ce qui est perdu… et que l'on cherche à retrouver… et de ce que l'on peut perdre en chemin.

Ainsi, la quête d'une cité enfouie dans le désert et de son fabuleux trésor n'est qu'un prétexte à une réflexion sur l'homme. Rossano Brazzi recherche son père. Il n'a guère d'espoir de le retrouver, mais cherche à le rejoindre en esprit en poursuivant la même quête que lui. Ce faisant, le coeur plein de nobles idéaux, il avance à travers les sables vers une chimère, qui n'est pas tant la cité disparue et son trésor enfoui – lesquels existent finalement bel et bien – mais plutôt l'image idéalisée du père absent.

Dans son sillage, il traîne un aventurier cynique – John Wayne dans un rôle plus ambigu que d'habitude – et une femme aux motivations elles aussi ambigues : la belle Sophia Loren.

Au terme de cette aventure où la recherche et la découverte d'une cité perdue n'est qu'un prétexte, l'aventurier cynique retrouvera son humanité perdue, l'aventurière sensuelle sa dignité perdue… et devant la découverte des péchés d'un père pas si idéal que cela, c'est le noble paladin qui perdra les deux… (dignité et humanité) en même temps que la raison.

Un beau livre d'images parfois un peu daté (la musique notamment) mais non sans charme, et un film finalement plus profond qu'on aurait pu croire.


Répondre

De droudrou, le 10 mars 2010 à 23:18

Intéressante cette relecture du film par Laurent qui va bien au-delà d'un livre d'images !


Répondre

De cinefil123, le 24 novembre 2010 à 19:37

Ce film m'a surtout séduit par la pureté de son récit. Aucune fioriture, aucun rebondissement spectaculaire : ce sont les sentiments qui font avancer l'histoire, dans une linéarité exemplaire, comme une tragédie ( j'évite le qualificatif galvaudé de " grecque ", mais il y a un peu de ça ). Un très grand film, de la même facture que " Le gaucher " ou " Le train sifflera trois fois ". Pour une fois, John Wayne n'est pas stéréotypé et Sophia Loren est impeccable. Du très grand Hathaway. On le trouve facilement en DVD.


Répondre

De vincentp, le 21 décembre 2017 à 07:11
Note du film : 5/6

Legend of the Lost (1957) est un très bon film de grands espaces, filmé par Jack Cardiff, mis en scène par Henry Hathaway, avec John Wayne et Sophia Loren. Entre la 25° et la 30° minute (lors de l’escale dans l’oasis), on mesure le talent de metteur en scène de Hathaway, associant idées, images, musique, dialogues pour donner de la consistance, apporter de l’émotion, à un moment opportun du récit, permettant au spectateur de partager les émotions des personnages, et de s’intéresser à leur psychologie. Hathaway se situe à l’exact opposé de Andrew McLaglen dont Les cordes de la potence frise l’indigence (certes le scénario est mauvais, mais McLaglen a sans doute sa part de responsabilité dans le résultat final). John Wayne avec McLaglen, c’est mauvais ; avec George Sherman (Big Jake) c’est plutôt bien ; avec Hathaway (Le grand Sam, True Grit), c’est très bien ; avec John Ford ou Hawks, c’est exceptionnel.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.019 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter