Forum - Le Jeu avec le feu - Agostina Belli et Ely Galleani : immarcescibles !
Accueil
Forum : Le Jeu avec le feu

Sujet : Agostina Belli et Ely Galleani : immarcescibles !

VOTE
De vincentp, le 9 juillet 2006 à 00:39
Note du film : 6/6

On souhaite une réédition de ce film car Belfagor, Paul_xxl, Sylvius, Aragorn et moi-même sommes tombés amoureux en même temps de Agostina Belli, vue dans parfum de femme. Quelle femme splendide et immarcescible ! Elle relègue Beba Loncar, Ivana Karbanova et Elisabeth Wiesner au rang de catachèses cyclopiques. Et que dire de Ely Galleani entre-aperçue dans Au nom du peuple italien (je crois que c'est elle qui se suicide)(*) ? On en bondirait à l'écran pour lui retirer son ruenhol, avant qu'il ne soit trop tard.

Ah Impétueux, je vous avais bien dit de venir avec moi à la cinémathèque ! Au lieu de regarder les jambes poilues des fouteux, vous auriez vu des jambes effilées, à vous renverser de son fauteuil un cinéphile pourtant aguerri. Vous auriez ainsi mis au goût du jour votre libido qui date un peu avec le bikini blanc de Ursula Andress (début des années 60) et l'équivalent noir de Romy Schneider.

On comprend mieux l'enthousiasme du bon Arca avec son accent chantant du Québec, célébrant à tout va les vertus de Manfredi, Sordi, Gassmann, et Tognazzi : des images subliminales atteignent son inconscient, et le pauvre, qui croît mener une profonde réflexion sur les us et développements à l'écran du fascisme, est en réalité mené par des considérations plus terre à terre : fasciné non par le fascime mais par les rondeurs des belles italiennes.

(*) Spontex : mets-lui donc une photo, pour que je sois sûr que je ne me trompe pas. Merci.


Répondre

De Arca1943, le 10 juillet 2006 à 12:29

« On comprend mieux l'enthousiasme du bon Arca (…) le pauvre, qui croît mener une profonde réflexion sur les us et développements à l'écran du fascisme, est en réalité mené par des considérations plus terre à terre : fasciné non par le fascime mais par les rondeurs des belles italiennes. »

Malédiction, mon transparent alibi est réduit en miettes !

Delia Scala dans Les Années difficiles, Lea Padovani dans Il Sole sorge ancora, Gina Lollobrigida dans Achtung banditi !, Silvana Mangano dans Le Procès de Vérone, Lucia Bose dans Les Abandonnés, Antonella Lualdi dans Chronique des pauvres amants, Anna-Maria Ferrero dans L'Or de Rome, Sandra Milo dans Général della Rovere, Carla Gravina dans La Grande pagaille, Stefania Sandrelli dans Le Fédéral, Lea Massari dans La Bataille de Naples, Lisa Gastoni dans Les Sept frères Cervi, Anouk Aimée dans Le Terroriste, Claudia Cardinale dans Libera amore mio, Catherine Spaak et Elsa Martinelli dans Le Char d'assaut du 8 septembre n'étaient ou ne seront qu'une occasion de me rincer l'oeil !

Quelle clairvoyance ! Je suis anéanti.

(Mes messages se font rares car je suis en voyage, mais me voici dans une auberge qui offre l'accès Internet et surtout, qui offrait hier la télé aux voyageurs qui ont assisté, surexcités ou hagards, à la défaite française devant l'Italie, eh eh eh.)


Répondre

De kfigaro, le 31 octobre 2008 à 21:28

En fait, le film existe en DVD, je l'ai chez moi (acheté il y a très peu de temps). Par contre, il s'agit uniquement de la version italienne avec sous-titres optionnels dans la langue de Dante, mais globalement la qualité est à mille lieux de l'épouvantable VHS française que je possède aussi (enfin du moins en copie)

Comme d'habitude il faut mourir pour être (enfin !) édité car toujours en Italie (et chez RHV), Robbe-Grillet a bénéficié de pas moins de 4 éditions successives avec quasiment ses 4 meilleurs films (en version française s'il vous plaît !) qui plus est…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.020 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter