Forum - Die Hard 4, retour en enfer - Au bord de la retraite
Accueil
Forum : Die Hard 4, retour en enfer

Sujet : Au bord de la retraite


De droudrou, le 21 juin 2006 à 22:57

C'est un Brute Willis au bord de la retraite, chenu et chevrotant, tout édenté qui reprend du service sur sa chaise roulante pour aller sauver Georges W. Bush, kidnappé par une bande armée envoyée par Saddam Hussein…

Devant l'ampleur de la tâche, John MacLane fait appel à James Bond 007 qui, installé à la Jamaïque, coule des jours bien tranquilles auprès de Moneypenny qui est enfin devenue sa maîtresse. Malheureusement Bond est atteint de la maladie de Parkinson… ses pistolets, des Bérébasks 9 mms, tirent en rafale et risquent de n'être pas très efficaces. Ils appellent à la rescousse Jack Ryan et montent une opération commando, laquelle, malheureusement, échoue. Bond dit à MacLane : il y a un traître derrière tout cela. Après une enquête approfondie, ils aboutissent au roi Charles d'Angleterre qui, en fait, est un transfuge du KGB et communique toutes les informations à Vladimir Poutine pour arrondir ses fins de mois difficiles…

Alors que Holly MacLane est tranquillement installée à tricoter une layette pour le petit dernier, Saddam Hussein qui est sorti innocent du procès qui lui a été intenté, l'enlève et propose un marché à MacLane qui va devoir jouer finement pour se tirer du guêpier…


Répondre

De PM Jarriq, le 3 septembre 2007 à 13:44

Comparé à Pirates des Caraïbes, Spider-man, Shrek, Ocean's thirteen, qui n'en sont qu'à leur n°3, Die hard 4 fait figure d'aïeul, avec ce n°4… Mais tous ces numéros commencent à devenir quelque peu déprimants, non ?


Répondre

De Freddie D., le 24 novembre 2007 à 19:35
Note du film : 3/6

Allez… Il n'est pas si mal, ce quatrième Die hard. Ce n'est pas avec le scénario qu'on risque d'attraper des migraines, et le film ne comporte pas d'invraisemblance, il EST une invraisemblance énorme. Blessé, écorché, boîteux, pour avoir sauté d'une voiture en marche, McLane se sort indemne de l'attaque d'un avion, de l'effondrement d'un pont, et d'un passage à tabac carabiné par une karatéka. Tout est relatif, et ce n'est qu'un exemple parmi des dizaines d'autres…

Sur un sujet qui aurait à peine tenu sur six épisodes de 24, cette sequel tardive est amusante, mouvementée, mais il n'en reste rien après le mot fin. Il faut dire qu'entre le Bond de Daniel Craig et les aventures de Jack Bauer, et celles de Bourne, le pauvre John McLane s'est fait largement distancer. Et Willis donne de plus en plus l'impression de n'être plus qu'un fantôme, l'ombre d'un cinéma déjà très daté, dont il n'arrive pas à se sortir. De moins en moins expressif, toujours plus crispé, il n'a plus rien à voir avec le trublion rigolard et tête brûlée de Piège de cristal.


Répondre

De Arca1943, le 25 novembre 2007 à 06:21
Note du film : 4/6

« McLane se sont indemne de l'attaque d'un avion.  »

D'un chasseur, môssieur, il s'agit d'un chasseur supersonique, appareil que le héros met d'ailleurs hors d'état de nuire !

Comparé aux trois autres, ce Die Hard est… exactement semblable. Quand vous revenez du bureau un soir de neige verglaçante, avec un gros rhume de sinus qui vous met le cerveau en marmelade, c'est le film idéal. VincentP sera sûrement outré, mais disons-le quand même : il se passe plus de choses que dans Nostalghia.

Et avec Silent Bob dans le rôle du hacker Warlock.


Répondre

De Steve Mcqueen, le 25 novembre 2007 à 07:02
Note du film : 1/6

Comment flinguer une trilogie remarquable. "Die hard" est juste un nanar selon moi. Le scénario surfe sans vergogne sur un sujet dans l'air du temps, le terrorisme informatique. Timothy Oliphant, le bad guy, est d'une fadeur et d'une transparence étonnante. Quant aux scènes d'action, elle sont ridicules dans leur outrance, phagocytées par les effets spéciaux ( l'avion, le combat contre Maggie Q).

A sauver peut-être : une réplique ( le méchant à McLane : "Vous êtes une montre à remontoir égarée à l'heure du numérique"), la composition convaincante de Justin Long dans le rôle stéréotypé du hacker surdoué et les mimiques de Bruce Willis.

Le film fait pâle figure en regard du reste de la trilogie. "Piège de cristal" est considéré comme le meilleur film d'action jamais fait. Unité de temps (une nuit) de lieu (une tour)et d'action (une partie de cache-cache mortelle entre des terroristes et un flic malin). Bruce Willis, pieds nus dans du verre pilé, marcel crasseux sur les épaules, et éternelle clope au bec, aligne les phrases cultes ("Yipi kaï, motherfucker", "c'est pas John Wayne, c'est Gary Cooper, connard") Enfin, le tout est sublimé par la mise en scène fluide et élégante de McTiernan, qui achève de faire du film un huis-clos étouffant.

Renny Harlin, le bourrin finlandais, fournit un bon remake avec "58 mn pour vivre". Il remplace la tour par un aéroport, et hop c'est parti pour deux heures de fusillades, de crash et de rebondissements…

McTiernan revient avec "Die hard with a vengeance" et décide avec son chef opérateur Peter Menzies de révolutionner le film d'action avec son approche documentaires. On a l'impression d'assister à un reportage de guerre filmé à l'arrachée. Le dénouement (McLane flingue l'hélico du méchant) est un peu décevant, mais la fin originale (sur le dvd) est bien meilleure : tension psychologique autour d'un bazooka…


Répondre

De Arca1943, le 25 novembre 2007 à 18:44
Note du film : 4/6

Que ce soit le 1, 2, 3 ou 4, ça reste du bon cinéma pop-corn du samedi soir, farci d'invraisemblances qu'on accueille avec le sourire – ça fait partie du genre – comme la série concurrente Lethal Weapon ou les films de Schwarzie. De là parler du "meilleur film d'action jamais fait", il faut savoir raison garder !


Répondre

De Freddie D., le 25 novembre 2007 à 19:04
Note du film : 3/6

Il est vrai que je n'ai pas senti une grosse baisse de niveau entre le 1 et le 4. Il est évident qu'il y a 20 ans, Die hard devait apparaître comme un summum insurpassable du cinéma d'action, mais le 2 était faiblard et mal fichu, et le 3 malgré la virtuosité de McTiernan, sentait déjà le combat de trop. Alors ce 4 anodin et décomplexé n'est ni meilleur, ni pire. La tétralogie se tient. Mieux en tout cas que celle de Alien, pour le coup vraiment flinguée par le film de Jeunet.


Répondre

De Steve Mcqueen, le 26 novembre 2007 à 09:09
Note du film : 1/6

Arcal1943, j'exagère effet un peu quand je dis que Die Hard est "le meilleur film d'action jamais fait". Ceci dit, c'est l'un des meilleur que j'ai pu voir. Je ne mets pas sur un même plan Mctiernan et Harlin ou Wiseman. McTiernan est à mon sens un véritable auteur. Il travaille souvent avec la même équipe (Kamen ou Silvestri à la musique, Peter Menzies à la photo).C'est un mercenaire qui débarque sur un projet pour se le réapproprier complètement. Ses personnages sont des anti-héros (Mclane) en lutte contre une nature hostile ("Predator") essayant de s'intégrer à une communauté ("Le 13ème guerrier").

Quel autre réalisateur peut se targuer d'avoir transformé un sous "portés disparus" en une épopée barbare rythmée par la musique viscérale d'Alan Silvestri ? d'avoir fait d'un banal film de sous- marin ("Red october") un passionant jeu d'échec géo-politique, dans une ambiance silencieuse et quasiment feutrée ? d'avoir livré l'épique "13ème guerrier", qui, même émasculé par ses producteurs, conserve de superbes restes, et notamment des combats à l'épée brutaux tout en restant superbement chorégraphiés ?


Répondre

De Arca1943, le 26 novembre 2007 à 12:28
Note du film : 4/6

« McTiernan est à mon sens un véritable auteur. » Je partage votre enthousiasme pour certains de ses films – notamment The Hunt for the Red October et Le treizième guerrier. Mais pourquoi quand un film est bon, faut-il mettre tant d'énergie à prouver qu'il est "d'auteur" ? Je vous avoue que cette manie très française – et décalquée à mon sens du "modèle" littéraire – a parfois le don de m'agacer. Vous dites que McTiernan s'entoure volontiers des mêmes équipes. Et bien, justement. Comme dit Dino Risi : « Il y a les films d'auteur et les films d'équipe. Moi, je fais des films d'équipe. » Attribuer tout bon résultat obtenu dans un film à l'intention d'un "auteur", comme si le cinéma était de la littérature, me semble parfois naïf : tel ou tel moment formidable peut aussi bien être le flash d'un scénariste, ou du directeur photo, ou l'idée d'un acteur, ou du producteur…? Cette fois-là, le réalisateur a seulement dit : "On garde." Souvent, la paternité d'une scène, d'une séquence réussie n'est pas vraiment déterminable, attribuable en propre à X. En tout cas le cinéma est un art plus collectif qu'on ne le dit.


Répondre

De vincentp, le 26 novembre 2007 à 12:58

Oui, mais pas toujours. Car certains metteurs en scène ont pu travailler comme de véritables despotes (Orson Welles, par exemple, sur certains films). Et puis souvent on parle d'un auteur par facilité en pensant à l'équipe qui travaille avec lui, et qui est d'ailleurs longuement remerciée à la remise des trophées (ce qui finit toujours par être ennuyeux). On ne peut aussi pas toujours retenir tous ces noms : j'ai pris l'habitude pour ma part de regarder cela, et retrouver un certain William Tuttle dans les génériques des films années 50-60 ("make-up artists sur un nombre incalculable de productions"). Tuttle est là : donc, le film va être bon !

Mais vous avez raison, Arca. Ce forum, plutôt que d'être une taverne mal famée, et gauloise, se doit de mettre en évidence ces collaborateurs oubliés.


Répondre

De vincentp, le 26 novembre 2007 à 13:21

http://french.imdb.com/name/nm0878369/

Lequel Tuttle est mort cet été 2007 à l'âge de 95 ans. Voir sa filmographie impressionnante sur imdb.


Répondre

De Arca1943, le 26 novembre 2007 à 14:11
Note du film : 4/6

« Car certains metteurs en scène ont pu travailler comme de véritables despotes. » Ah, bon ! Voilà pourquoi tant d'intellectuels du cinéma ne jurent que par cette fameuse théorie des auteurs ! Au fond ça remonte à Platon, qui voyait le philosophe en conseiller du tyran…


Répondre

De PM Jarriq, le 9 janvier 2008 à 10:18

Oui, McLane devrait prendre sa retraite, et Willis devrait tourner un peu moins. Ou en tout cas, mieux choisir ses films et ses rôles. On l\'a tellement vu, chauve, perruqué, dans des apparitions furtives, des grands rôles, des guests télé (Friends, Ally McBeal), des nanars infâmes (Mon voisin le tueur 2), qu\'une lassitude s\'est installée. Comme l\'acteur s\'est terriblement appauvri dans son jeu, depuis quelques années, son nom au générique d\'un film, devient presque un repoussoir. Un beau gâchis, quand on repense à Clair de lune ou au premier Die hard.


Répondre

De silverfox, le 16 novembre 2008 à 17:25
Note du film : 2/6

Oui je suis assez d'accord avec les propos doux-amers précédents. Je viens de voir ce film, certes contraint et forcé…, est j'aurais bien fait de m'abstenir ou de rester gentiment auprès de ma cheminée à siroter un verre de Noilly-Prat avec un zest de vodka ou à faire fonctionner les quelques neurones que le temps à épargner plutôt que de m'ingurgiter ce spectacle survitaminé, bourré d'effets spéciaux vomis par les ordinateurs qui n'est plus un divertissement pour les adeptes des bons polars à la française où il n'y a pas un mort à la minute et où les maigres moyens obligeaient à trouver des scenarii innovants et intelligents…

Les seuls bons moments, et j'en ai trouvé assez peu pour dire la vérité, ce sont ces traits d'humour lancés par l'indestructible Bruce Willis.


Répondre

De Torgnole, le 17 novembre 2008 à 10:07
Note du film : 5/6

Je vais réhausser la note de ce divertissement à l'état brut, le film d'action par excellence, qui permet à ses héros de réaliser des prouesses invraisemblables mais qui s'intègrent parfaitement à l'histoire, car cohérentes dans l'univers et le ton de Die Hard.

Tout réalisme ennuyeux aboli, cet univers, dont l'unique but est de divertir, est le seul capable de fournir à son héros le moyen de défier un supersonic avec son camion, ou de flinguer un hélico avec une bagnole, sans quitter le fait que les personnages ont quelque chose d'important à accomplir, c'est énorme, mais cela fonctionne plutôt bien et ne tombe pas dans la facilité grotesque des parodies à gros budget en prenant le risque de garder un certain sérieux dans la façon de traiter les évènements. On oubli parfois que si le film a un côté blasant c'est qu'il est réussi, sinon, il révolterait de par son côté irréaliste "too much".

Comparer ce film au vieux polars français est bien évidemment une erreur monumentale et prouve que certains n'ont pas encore compris la manière dont laquelle il fallait saisir certains films. Un scénario trop complexe alourdirait l'ensemble, qui pour ma part, est très bien dosé et fourni en péripéties. Les divers personnages sont réussis, en particulier le hacker, comique de service plus sympathique et plus original que la moyenne, le karateka susnommé, héritier des Yamakasis, effectue des cascades impressionnantes, les effets numériques sont soignés, le spectacle est assuré. Un excellent quatrième chapitre…


Répondre

De fretyl, le 21 octobre 2009 à 17:13
Note du film : 0/6

Dire que les amateurs de grand cinéma, de Dvdtoile ont mis des 5 et des 4 exorbitants pour un nanar, qui n'a rien à envié aux beautés dans lesquelles tournèrent Chuck Norris ou de Steven Seagal est vraiment inouï.
Dans le domaine d'action, je ne crois pas avoir vu plus excessif que ce Die Hard qui dans tous les sens du terme ne vaut pas un clou. Les dialogues sont à chier, la réalisation ressemble à celle d'un Walker, Texas Ranger, le scénario n'a toujours pas été écrit, le happy end est facile et ridicule, les effets spéciaux utilisés de bout en bout donne la nausée et sonne faux. Qui ne verra pas que l'avion qui poursuit McLane, à la fin du film, est tout droit sortit, d'un jeu vidéo ?

Dans un de ses critiques Arca dit : Quand vous revenez du bureau un soir de neige verglaçante, avec un gros rhume de sinus qui vous met le cerveau en marmelade, c'est le film idéal.

Exactement ! Mais c'est aussi dans le même état que l'on pourra apprécier l'intégrale de Aldo Maccione ou des Charlots


Répondre

De gilou40, le 19 février 2011 à 22:58
Note du film : 5/6

Oh ! la vache ! Ce que ça déménage, ce truc là ! Pour de l'action, c'est de l'action ! je ne rentrerai pas dans les détails (ou alors un, très féminin : Bruce Willis manque un peu de cheveux ) mais je me suis laissé emporter dans cette énième aventure de John McClane avec joie ! Je ne sais pas, comme le dit Arca, si c'est le meilleur film d'action réalisé à ce jour, mais ce qui est sur, c'est que ce n'est pas digne, comme le ronchonne l'ami Frétyl d'un Texas walker Ranger machin, avec ce très pesant Chuck Norris. Je vois mal l'ancien partenaire de Bruce Lee se tirer d'affaire avec autant de facilité et de légèreté. Bien sûr, il ne faut pas être regardant avec les invraisemblances du scénario et les énormités des effets spéciaux, mais c'est jouissif ! Vraiment ! Pour de plus amples renseignements, voir les avis des intellos du site. Moi, je m'arrête à jouissif !


Répondre

De Steve Mcqueen, le 20 février 2011 à 09:20
Note du film : 1/6

Navré de ne pas partager l'enthousiasme de la sémillante Gilou… Je suis complètement d'accord avec Frétyl. J'ai rarement vu – en salles du moins – un film d'action ausi navrant…. A part la fusillade inaugurale dans l'appartement du jeune "hacker", très spectaculaire, le reste est une insulte aux amateurs de la trilogie originelle.

Die Hard 4 est une purge qui prend le spectateur pour un abruti. J'ai rarement vu des sènes d'action filmées avec un tel je-m'en-foutisme, parasitées par des effets spéciaux tout droit sortis d'un jeu vidéo pour ados boutonneux ( la séquence de la poursuite avec l'avion est tellement exagérée qu'elle fait pitié). Justin Long est nul, le "bad guy" (transparent), apparaît dans deux ou trois scènes où il fronce les sourcils pour bien faire comprendre que c'est lui le méchant, et seul l'ami Willis conserve son charisme buriné et sort deux ou trois répliques bien senties…

C'est le parangon d'un certain cinéma américain actuel, celui des "blockbusters" sans âme qui accumulent les coups de feu et les explosions destinées à occulter la vacuité du scénario. C'est loooong, c'est bêtement bourrin, ça fait mal aux tympans et ça donne la furieuse envie de se replonger dans l'intégrale de Tarkovsky.

Franchement Gilou, ne trouvez vous pas que le film fait pâle figure face aux monuments de virtuosité du maestro McTiernan que sont Piège de Cristal et Une journée en enfer, deux merveilles d'humour décalé, de scènes d'action -pour le coup- jouissives et de maestria technique ?


Répondre

De gilou40, le 20 février 2011 à 23:32
Note du film : 5/6

Franchement Gilou, ne trouvez vous pas que le film fait pâle figure face aux monuments de virtuosité du maestro McTiernan que sont Piège de Cristal et Une journée en enfer

Franchement ? Si ! C'est vrai que les deux films que vous citez, ami Macqueen, sont beaucoup plus "recherchés", plus fins. Et vous avez raison de dire que ce film ressemble à un jeu vidéo. C'est un peu dans cet esprit là que je l'ai vu. Sans pour autant être boutonneuse. ( j'insiste sur ce détail ! ) Cette avalanche de cascades énoooooooooormes nous emporte sans que l'on se pose la question de savoir si tout celà à un fond. Mais des scènes comme celle sous le tunnel, avec les voitures volant au dessus du crâne de Willis, m'ont estomaqué ! D'accord avec vous pour dire que la séquence avec l'avion, oui, c'est limite un peu ridicule. Mais le Maelstrom de l'action incessante fait tout passer ! Sans compter que l'enthousiasme de mes gamins ne freine rien ! Je ne suis pas très habituée à voir ce genre de films. Même si je connais toute la série. Moi, je serais plutôt Les enfants du paradis, voyez ? Alors quand je tombe sur un chahut, une tempête pareille, je suis un peu hypnotisée…Et à chaud, je donne l'Oscar !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.043 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter