Forum - Il faut sauver le soldat Ryan - Fantaisiste
Accueil
Forum : Il faut sauver le soldat Ryan

Sujet : Fantaisiste


De droudrou, le 1er juin 2006 à 15:07
Note du film : 1/6

En vous faisant part de mes réflexions sur le sujet, je pense que je risque fort de déclencher une certaine polémique.

On fait souvent reproche au cinéma hollywoodien de "travailler" sur les réalités et donc de présenter quelques fois des visions très fantaisistes des faits devenus historiques.

Au sujet de saving private Ryan je pense que Steven Spielberg s'est particulièrement fourvoyé dans la réalisation de son sujet.

Autant je réserve une très bonne place dans ma DVD-thèque à La liste de Schindler autant je refuse la présence de saving private Ryan. Par contre, j'intégrerai L'empire du soleil et 1941 en bonnes places.

Dans La liste de Schindler Steven Spielberg est confronté à un scénario très précis qui limite tout dérapage. Dans saving private Ryan je me pose la question d'une ambition forcenée de Spielberg pour ravir la place de Darryl F. Zanuck avec son Le Jour le Plus Long.

Un fait est certain : tous deux ont eu les moyens pour maîtriser le cadre de leur réalisation. Si on se réfère aux épisodes du débarquement du 6 juin 1944 sur la plage d'Omaha Beach, on peut dire que par sa réalisation saving private Ryan complète utilement ce que Zanuck n'avait pas mis sur l'écran avec "le Jour le Plus Long". C'était écrit dans le livre de Cornelius Ryan (!) mais dans les années 60 les déluges d'hémoglobine n'envahissaient pas encore nos écrans… et si on reconnaissait que le débarquement sur les plages de Normandie n'évait pas été une partie de rigolade, pour le moins on était à une période où on maginfiait les faits militaires,laissant de côté les aspects les plus terribles tant au niveau des hommes lancés dans la bataille que ce qui pouvait toucher les populations civiles.

Donc derrière cette démesure pour ravir, je pense, la place occupée par Le Jour le Plus Long dans le cinéma mondial, je dirai qu'il existe au sein de Il faut sauver le soldat Ryan divers non sens qui, hélas, ne lui permettent pas de tenir la place qu'il aurait pu tenir en tant que film de guerre.

La première question que je me suis posée en voyant le film de Steven Spielberg a été de savoir où avaient été tournées les toutes premières images. Je ne pense pas qu'elles aient été tournées dans le cimetière d'Omaha Beach. Pour qui connaît le cadre, je crois que les lieux offraient dès le départ le contexte dramatique voulu par rapport à l'évènement. Il y a des détails sur place qui ne pouvaient que renforcer l'ambiance de l'histoire et les souvenirs liés aux évènements qui vont remonter à la mémoire de Ryan.

Le second point qui ne m'a pas plu c'est qu'il y a un non-sens total en relation avec les évènements rapportés. Je ne comprends toujours pas ce morphing certainement génial au niveau de la photo qui nous transpose de Ryan à Miller qui est mort. Il y a là un non-sens évident. Que Ryan se souvienne, je suis tout à fait d'accord, mais lui n'a pas vécu le débarquement dans la mesure où il appartient à une unité qui a été parachutée…

Je pense que de part et d'autre les pertes essuyées ont été terribles. Les parachutistes ont particullièrement morflé sur le site de Sainte-Mère-L'Eglise. Les fantassins ont connu une boucherie sur la plage d'Omaha Beach.

Joignant les souvenirs du vivant et ceux auxquels avait été confronté le mort et modifiant la trame du récit, Spielberg détenait la matière utile pour réaliser un film hors du commun dans la mesure d'un sujet assez particulier où l'intervention des hautes instances militaires apportait un relief précis et d'autant plus dramatique puisque le débarquement avait déjà détruit les membres d'une famille…

Que le récit s'enlise ensuite en une suite "relativement banale" de scènes déjà vues pour aboutir à la confrontation entre les américains et les forces allemandes, c'est difficilement acceptable.

Le côté terrible des faits est d'avoir réussi une mission et de mourir dans les instants où celle-ci est accomplie. Et là on comprend tout le drame vécu par le capitaine Miller et le soldat Ryan.

Trop c'est trop. La quantité juste était suffisante pour obtenir un très grand film.

Dommage.


Répondre

De PM Jarriq, le 1er juin 2006 à 19:45

Je suis le premier à dire que le film est bourré de défauts, mais depuis que j'ai lu une interview de Samuel Fuller, décrivant le débarquement comme une horrible boucherie où les hommes pataugeaient dans les tripes, les membres mutilés, dans une mer rouge de sang, je dois dire que c'est le premier film qui montre ne serait-ce qu'une fraction de cette atroce réalité. Comment voir avec le même oeil le défilé de stars proprettes et galonées de Le jour le plus long, après le début de Saving private Ryan ? Quoiqu'il en soit, la série télé Band of brothers, tout en respectant les critères spielbergiens, a quelque part mieux réussi son pari de décrire une guerre concrète, débarrassée des tics hollywoodiens.


Répondre

De droudrou, le 2 juin 2006 à 10:31
Note du film : 1/6

si c'est dans le sens que vous évoquez, je suis tout à fait d'accord puisque c'est ce que j'ai mentionné en termes de différences entre Le Jour le Plus Long et Il faut sauver le soldat Ryan – En ce qui concerne cette vision aseptisée du Jour le Plus Long par rapport aux Etats Majors qui dirigeaient le débarquement, c'est malheureusement une réalité de terrain. Si vous prenez le film de Kubrick "Les Sentiers de la Gloire", vous avez cette vision des Etats Majors qui s'oppose déjà violemment aux hommes qui pataugent dans la boue, vision que j'aurais rendue plus dure encore en utilisant la couleur pour toute l'action qui s'y déroule puisque les ors et les apparats étaient de règle et le noir et blanc pour l'action sur le terrain. Puisqu'il est évidemment question de visions, le film de Samuel Fuller revu tel quel aujourd'hui est complet et on peut en tirer matière à réflexion. Privé de certaines séquences, il était imparfait. On éprouvait quelque difficulté à suivre le cheminement des hommes et de leur évolution psychologique. Personnellement, revu et corrigé, j'aime beaucoup. Si ces sujets de distanciation entre les états majors et les hommes du terrain vous intéressent, je vous recommande un très beau film de Dalton Trumbo scénariste de Exodus et de Spartacus qui s'intitule Johnny s'en va-t-en guerre – amicalement

Plus limités les divers scénarii de Band of Brothers évitent les dérapages.


Répondre

De fretyl, le 6 septembre 2010 à 01:05
Note du film : 2/6

Il est vrai qu'à sa sortie Il faut sauver le soldat Ryan a été perçu comme novateur. On avait jamais vu au cinéma des scènes de guerre filmés de cette façon là. Et puis les années ont passés. Le film a été copié, on voit désormais très fréquemment ce genre de boucherie filmé à la testostérone.
Il est certain que ceux qui ont vu le film à sa sortie ont due avoir le souffle coupé par la première scène (ah, ça devait être quelque chose sur grand écran) Spielberg réussissait en un quart d'heure à ridiculisé toutes les productions guerrières réalisés dans le passé. Même Le jour le plus long et ses trois heures paraissait soudainement insuffisant.

Et puis on a vu mieux. Plus spectaculaire depuis John Rambo plus ridicule aussi (Pearl Harbor) plus patriotiquement niais (Nous étions soldats)… Bref, le film a vite vieillit.
Le revoir aujourd'hui ne laisse transparaitre que les défauts : les personnages clichés, le refrain nationaliste pompeux (le film qui se termine sur un drapeau Américain !) le militarisme exacerbé, la morale niaise (c'est pas beau la guerre) l'anti nazisme (Hitler était méchant) Tout cela est fatiguant. D'autant que le film dure presque trois plombes et que lorsque nos soldats ne font pas la guerre, la psychologie mollassonne et les discussions frôle le néant.

Désolé, je ne sauverai pas Le soldat Ryan !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0033 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter