Forum - Le Juge et l'assassin - Quand Tavernier veut trop en faire...
Accueil
Forum : Le Juge et l'assassin

Sujet : Quand Tavernier veut trop en faire...


De Impétueux, le 29 mai 2006 à 16:15
Note du film : 4/6

J'ai du mal à mettre une note !

Si le film s'arrêtait juste un peu après l'arrestation de l'assassin, de ce Joseph Bouvier violeur et éventreur de jeunes bergers et bergères, c'est assurément 6, et davantage que le film de Tavernier mériterait.

D'autant que j'aime beaucoup Tavernier qui, le premier, après les années terroristes de la Nouvelle vague, demanda aux grands Bost et Aurenche de reprendre du service, adapta Simenon, respecta assez le spectateur pour lui raconter des histoires.

J'aime beaucoup Tavernier, dont le personnage est attachant, plein de foucades et d'enthousiasmes, capable de quitter son camp pour mettre sous le nez de la gauche-caviar des évidences jusqu'alors pudiquement niées ou tues, comme dans L.627 ou Ça commence aujourd'hui.

Cela étant, en 1976, quand il tourne Le juge et l'assassin, il est en plein délire gauchiste post-soixante-huitard. Ca s'est vu beaucoup dans L'horloger de Saint-Paul, mais ce film là (très librement adapté de L'horloger d'Everton de Simenon) est parfaitement cohérent, dans la ligne d'œuvres encore plus militantes, mais où le propos n'est pas emporté par la volonté démonstrative. Avec Que la fête commence, c'est aussi du pain bénit, même si l'on est encore à soixante-dix ans de la Révolution…

Dans Le juge et l'assassin, au fur et à mesure que le film s'avance et se rapproche de sa fin, on quitte la terrible histoire d'un malade mental – qu'un magistrat acharné de respectabilité, et attaché à sa propre logique jusqu'à en devenir lui-même fou, conduit à l'échafaud – pour une sorte de dénonciation d'un climat de l'époque. Et là on mêle allègrement Commune de 1870 et affaire Dreyfus, où, sur les pierres sèches des villages d'Ardèche sont placardées des affiches de propagande antisémite de La Croix (attention ! ces affiches existaient et ont sûrement recouvrir les murs des grandes villes !) où des graffitis appellent à massacrer Dreyfus… Alors que des ouvriers occupent leurs usines, la gendarmerie les met en joue à travers les grilles, et où tous les ouvriers ardéchois – dont la plupart, en 1894, parlaient patois, entonnent un chant de lutte (magnifique, d'ailleurs) communard, avec, en figure emblématique, parmi eux, Vierge Rouge à la Rosa Luxemburg, l'ancienne maîtresse du juge.

J'aime trop ce film pour ne pas regretter que Tavernier se soit laissé emporter ; que c'est dommage ! La distribution est magnifique, émouvante, formidable. Michel Galabru trouve là LE rôle de sa vie, montrant qu'il aurait pu être un immense acteur ; Noiret n'est plus à louer, non plus qu'Isabelle Huppert ou Jean-Claude Brialy, décadent et désespéré. Et Jean-Roger Caussimon dont les talents d'acteur et de chanteur sont à l'unisson, y campe une magnifique silhouette de barde..

J'ai mis 4 ; il faudrait créer une note spéciale qui permette de dire à la fois son admiration et ses regrets.


Répondre

De JIPI, le 28 septembre 2006 à 17:15
Note du film : 4/6

Joseph Bouvier ancien sergent d'infanterie aux lourds antécédents psychiatriques éconduit par celle qu'il aime se tire deux balles dans la tête, il survit miraculeusement, soigné pendant deux ans puis relâché, il sillonne certaines régions de France en commettant des crimes monstrueux en accusant la société de ses dérives sanguinaires.

Le juge de province Rousseau involontairement végétatif et ambitieux sent que cette affaire peut le propulser dans de hautes sphères, il arrête Bouvier et le déstabilise par un faux climat de confiance afin de lui faire avouer ses crimes.

Bouvier le percevant négocie chaque information, il devient dominateur et exige de pouvoir s'exprimer dans la presse locale, devenu vedette, il n'échappera pas à son destin.

La France de cette fin de dix-neuvième siècle se relève de la commune cela s'entend par les slogans débités par Bouvier qui se donne le titre d'anarchiste de Dieu.

Ce tueur de bergères s'estime victime de la médecine et de la religion qui au lieu de le soigner et de l'endoctriner ont fait de lui un être immonde.

Par la faute de l'arrivisme du juge Rousseau tient absolument à obtenir la tête de Bouvier afin de faciliter l'avancement de sa carrière, le débat est faussé, cet acharnement démesuré détourne Bouvier de l'asile qui semble être plus approprié à sa déraison.

Michel Galabru respectueux des contrastes de son métier accepte souvent avec philosophie les lourdeurs de certains rôles, il sort enfin pour un seul film d'une production servile. Ses dons naturels d'emportements sont ici habilement distribués par un personnage à qui il donne un réalisme saisissant. Galabru devient Bouvier jusqu'au bout des ongles, la prestation est impressionnante presque au delà de toute maîtrise. Son regard fait presque peur.


Répondre

De PM Jarriq, le 27 mai 2007 à 16:34
Note du film : 3/6

Je viens de découvrir Le juge et l'assassin, et suis d'accord avec le commentaire ci-dessus. A force de vouloir à tout prix traiter de la Grande Histoire, Tavernier en néglige l'anecdote, et l'affrontement tant espéré entre deux personnages d'exception, n'a pratiquement pas lieu. Des échanges, oui, des petites scènes de manipulation sans grand écho, et c'est tout. Cette volonté – un brin prétentieuse – de vouloir embrasser toute une époque à travers un faits divers, déséquilibre le film, et le vide de sa substance.

Reste que Galabru est effectivement étonnant, car il ne fait rien qu'il n'ait déjà fait avant. Il le fait simplement dans un bon rôle, où sa démesure, ses envolées délirantes, ses roulements d'yeux, sont parfaitement utilisés. Il vampirise le film, et écrase un peu Noiret, morose et monocorde, dans le personnage trop antipathique de ce juge ambitieux et lâche, auquel il ne donne aucun trait attachant. Le personnage d'Isabelle Huppert, trop symbolique, est incohérent, impalpable, et se transforme subitement en passionaria ouvrière, lors de l'épilogue.

Malgré le titre donc, pas de face à face au sommet, mais la description d'une époque de l'histoire de France, de certaines moeurs. Seul le début, relatant le périple du tueur en série sur les routes, est réellement passionnant. Cela reste du travail de qualité, mais il manque un peu d'âme et de rigueur narrative.


Répondre

De Arca1943, le 27 mai 2007 à 17:11
Note du film : 4/6

C'est un film qui souffre d'un problème de scénario : en réalité, l'imbrication de la petite histoire dans la grande n'est pas pleinement réussie. C'est pourquoi plus on avance, plus on digresse. C'est un film qui ne fait pas suffisamment confiance au spectateur pour tracer lui-même les pleins sur les lignes pointillées. Le message final en toutes lettres à l'écran (et très rhétorique) condense symboliquement le problème, c'est la signature du film à thèse qui se démasque. Dommage. Cela dit pour ma part j'ai trouvé Noiret subtil et ambigu, pas "morose et monocorde", mais bon, on ne va pas recommencer !


Répondre

De PM Jarriq, le 27 mai 2007 à 18:23
Note du film : 3/6

Non, on ne va pas recommencer. Subtil et ambigu, Noiret l'a souvent été. Dans Coup de torchon, dans Le vieux fusil, dans La vieille fille… Il y a des fois, dans certains rôles, il avait juste l'air de s'ennuyer un peu.

Là, on a l'impression qu'il a compris très tôt que le beau rôle, ce n'est pas lui qui en a écopé…


Répondre

De sépia,, le 27 mai 2007 à 19:33
Note du film : 4/6

N'ayant pas revu ce film depuis bien longtemps, j'éviterai dans parler. Je n'ai que de vagues souvenirs de cette oeuvre, Mais je me souviens que c'est pour ce long métrage que jean-Roger Caussimon a écrit cette merveilleuse chanson intitulée "La commune est en lutte"….Et je ré-entends la voix de Galabru, disant ce texte qu'il écrit à sa compagne, assis au milieu des montagnes. Magnifique….


Répondre

De jipi, le 22 octobre 2007 à 14:04
Note du film : 4/6

"Il n'y a qu'une seule loi, restreindre ses instincs quand il sont mauvais" Dixit le juge rousseau.


Répondre

De Jipi, le 22 octobre 2007 à 14:40
Note du film : 4/6

Sans oublier la très belle voix émotionnelle de Jean Roger Caussimon qui personnellement me fait frissonner.

La Commune est en lutte

Sans doute, mon amour, on n'a pas eu de chance
Il y avait la guerre
Et nous avions vingt ans
L'hiver de 70 fut hiver de souffrance
Et pire est la misère
En ce nouveau printemps…
Les lilas vont fleurir les hauteurs de Belleville
Les versants de la Butte
Et le Bois de Meudon…
Nous irons les cueillir en des temps plus faciles…
La Commune est en lutte
Et demain, nous vaincrons…
Nous avons entendu la voix des camarades :
« Les Versaillais infâmes
Approchent de Paris… »
Tu m'as dit : « Avec toi, je vais aux barricades
La place d'une femme
Est près de son mari… »
Quand le premier de nous est tombé sur les pierres
En dernière culbute
Une balle en plein front
Sur lui, tu t'es penchée pour fermer ses paupières…
La Commune est en lutte
Et demain, nous vaincrons…
Ouvriers, paysans, unissons nos colères
Malheur à qui nous vole
En nous avilissant…
Nous voulons le respect et de justes salaires
Et le seuil des écoles
Ouvert à nos enfants…
Nos parents ne savaient ni lire ni écrire
On les traitait de brutes
Ils acceptaient l'affront…
L'Égalité, la vraie, est à qui la désire…
La Commune est en lutte
Et demain, nous vaincrons…
Les valets des tyrans étaient en plus grand nombre
Il a fallu nous rendre
On va nous fusiller
Mais notre cri d'espoir qui va jaillir de l'ombre
Le monde va l'entendre
Et ne plus l'oublier…
Soldats, obéissez aux ordres de vos maîtres
Que l'on nous exécute
En nous visant au cœur
De notre sang versé, la Liberté va naître…
La Commune est en lutte
Et nous sommes vainqueurs…

texte de Jean-Roger Caussimon, musique de Philippe Sarde, chantée par Isabelle Huppert et Jean-Roger Caussimon.


Répondre

De s é p i a, le 22 octobre 2007 à 23:06

Grand merci, Monsieur, de vous être donné la peine de recopier les paroles de cette si belle chanson. Je l'ai enregistré "marque-page". Je la connaissais, bien sur, mais je viendrai régulièrement la fredonner, entièrement, désormais.

Encore merci.

                   

Répondre

De Impétueux, le 22 octobre 2007 à 23:30
Note du film : 4/6

C'est vrai, cette chanson de lutte est une merveille, malgré la simplicité de son propos. Jouée à l'orgue de barbarie et reprise dans la séquence finale, elle paraît donner un élan formidable à la fausse révolte de ces ouvriers-paysans d'Ardèche… C'est que Jean-Roger Caussimon était un immense bonhomme, acteur remarquable, et bien trop peu employé de L'auberge rouge à French Cancan, merveilleux parolier de Comme à Ostende et de La Java de La Varenne

Un grand bonhomme qui, par indifférence ou légèreté n'a pas connu une grande carrière…


Répondre

De Gilou40, le 3 mai 2010 à 23:32
Note du film : 5/6

Quel film ! Non, je ne trouve pas que la petite et la grande histoire se gênent entre elles. C'est vrai que les érrances de Galabru sont superbement filmées, par rapport au drame qui se jouait à l'époque, et sur lequel Tavernier a insisté. Insisté, mais pas trop, non. Je pense que "l'anecdote" avait besoin d'être clairement recentrée dans le climat Dreyfusien de l'époque. Bien que ce périple de folie meurtière aurait pu être encadré du moyen-âge à l'an 2 000… Le film, dans son grand ensemble, reste quand même résolument braqué sur le fait divers.

Je n'avais pas souvenance que Brialy y était aussi remarquable de discrétion et d'efficacité…Et ce Galabru ! Ce Galabru ! Quand je pense qu'il a tourné cette merveille juste avant ou juste après (en tous cas la même année) Le trouble-fesses, dont nous parlait notre ami Frétyl, il y a peu… Alors ? N'avons nous pas eu raison de lui faire crédit à ce grand acteur ? Bien sur, on ne peut pas lui offrir tous les mois un Le juge et l'assassin, mais il y en avait sous le Képi de Gerber….Oui.


Un César amplement bien mérité !


Répondre

De fretyl, le 4 mai 2010 à 00:51
Note du film : 6/6

J'ai assisté à la projection du Juge et l'assassin (même si je l'avais déjà vu) il y'a relativement peu de temps, à coté de Galabru en personne. La projection avait été suivit d'un débat sur la justice, en présence de Galabru, d'un avocat et d'un juge d'instruction. Débat qui avait par ailleurs peu de rapport avec le film lui-même.
Galabru a la fin de la séance avait comme à son habitude raconté certaines anecdotes (j'en connaissais déjà certaines, puisque j'avais lu son livre) sur le tournage du film.

La plus célèbre, la plus incroyable, c'est que dans le passage ou il se met à pleurer dans les bras du juge, ce qui devait être au départ un simple essai, a été gardé au montage pour une raison simple ; Galabru s'est vraiment mis à pleurer. Il s'est mis à pleurer, parce-que sur ce tournage depuis plusieurs semaines, il se sentait génial, il sentait qu'il allait prouver à ceux qui l'avait catalogué comme ringard qu'il était un grand comédien.
L'ambiance chaleureuse du tournage, l'amitié naissante avec Noiret les encouragements de Tavernier, l'ont, à ce moment là, bouleversé.
Et dire qu'il était impressionné à l'idée d'affronter dans un rôle sérieux Noiret, quelques semaines avant le début du tournage ; Galabru avait vu Le vieux fusil et avait un peu peur de jouer grave, en face de Noiret, après l'avoir vu pleurer dans sa voiture, à coté de Jean Bouise.

Et puis je pourrais en raconter d'autres… Sur la cérémonie des césars. La femme de Galabru qui ne voulait pas y aller. Galabru qui en allant chercher son pain, se dit mais putain, je dois y aller ! qui enfila rapidement un smoking, arriva juste au moment ou on lui remis le prix et n'eus pas le temps de redresser son nœud papillon de travers… On peut vérifier ça en regardant les images d'archives :

http://www.ina.fr/art-et-culture/beaux-arts/video/CAB7700077701/les-cesars-girardot-et-galabru.fr.html


Répondre

De Gilou40, le 8 mai 2010 à 00:54
Note du film : 5/6

Un grand bonhomme qui, par indifférence ou légèreté n'a pas connu une grande carrière…


Caussimon a connu une grande et belle carrière, Impétueux ! J'ai assez d'admiration pour ce chanteur-acteur multicartes et j'ai assez chiadé son œuvre pour vous l'affirmer aujourd'hui. Ce qui pourrait faire croire à une certaine indifférence, c'est qu'il a refusé toute sa vie de rentrer " dans le rang", quitte à passer, c'est vrai, à côté d'une carrière plus ostensible. Il a toujours refusé, par exemple, le système du Show-bizz. Seul, Chancel et son "Grand échiquier" ont réussi à le faire sortir de sa tanière. Contrairement à son vieux complice Léo Férré qui lui, se disant pourtant vieil anarchiste ( et moi je ressemble à Naomie Campbell) n'hésitait pas à aller vendre sa soupe (fort bonne, par ailleurs!) chez Drucker, en compagnie du Comte de Paris et devant une fontaine de champagne ! Ou dans les Frou-Frou imbéciles de la mère Bravo. A la TéléviCon, comme il aimait à le clamer sur scène ! Caussimon fuyait cela ! Pas de compromis foireux ni d'émissions à scandales ! Tout comme le refusait un Leny escudéro ou un Georges Chelon. Caussimon n'était pas à vendre alors que Férré était à acheter !

Il a fait souvent dans "la légèreté", oui. Mais il a surtout fait ce qui lui plaisait. Et disons que le "plus sérieux" de sa carrière a été fait sur les planches de théâtre et dans la chanson, bien sur. Il a toujours dit que le cinéma ne l'intéressait pas beaucoup…Je vous renvoie à son excellent livre de mémoires, complété par un cd  : La double vie

Les souvenirs d'un vrai saltimbanque qui a vécu sa vie d'artiste sans autre recherche que celle du plaisir…

Et merci, Impétueux, d'avoir rappelé cette merveille de texte :

Maint'nant, j'nattends plus rien.
Je voudrais seulement
Lorsque le soleil brille,
Quand j'dors dans mon jardin,
Qu'une java bonn'fille
Me prenne par la main.
En m'disant, c'est fini,
La java de ta vie,
A présent c'est au revoir et merci…
La java de La Varenne
Doucement, me conduira
Et si j'ai le cœur en peine
J'la chant'rai, et ça ira,
Et bonne chance à ceux qui viennent
La danser à petits pas,
La java de La Varenne
C'était la reine des javas…

Pour ma part, il m'arrive encore de m'endormir au son de A Toi, ma fille, ou Le vieux cheval ou encore Nous deux…Mais c'est une toute autre histoire qui n'a rien à faire sur ce site.


Répondre

De Impétueux, le 8 mai 2010 à 17:36
Note du film : 4/6

Je nous crois substantiellement d'accord, Gilou40, et même absolument d'accord sur l'immense talent protéiforme de Jean-Roger Caussimon ; il a fait une belle carrière et non pas une grande carrière, parce que, ainsi que vous le soulignez, il a évidemment privilégié sa liberté, son plaisir, ses amitiés, son indépendance et que toutes ces qualités-là n'étaient pas compatibles avec ce que la renommée demande pour qu'en plus de belle une carrière soit grande

Nous sortons du sujet, tout en parlant…


Répondre

De educomix, le 23 mai 2010 à 02:21
Note du film : 5/6

La Commune de Paris, c'est 1871, le gauchiste délirant que je suis est précis sur les dates, même si Paris n'est pas la capitale du pays d'où je suis et où je vis. sic.


Répondre

De Impétueux, le 23 mai 2010 à 21:08
Note du film : 4/6

La Commune de Paris, c'est 1871, Marignan, c'est 1515, la mort de Louis XIV, 1715 et la Révolution 1789.

Quel rapport ?


Répondre

De vincentp, le 8 juin 2014 à 00:15
Note du film : 1/6

Des images magnifiques de l'Ardèche, filmées par Pierre-William Glenn. 6/6 sur ce point.

Pour le reste… Un scénario ras des pâquerettes, incroyablement ridicule et emphatique, et de plus incompréhensible. On ne sait pas au final quel est le propos de l'auteur, qui veut visiblement dire beaucoup de choses sans arriver à formuler quoi que ce soit de clair et cohérent. Quant à la mise en scène, elle ne traduit tout simplement pas correctement les idées (déjà pas claires) en images, ce qui ajoute à la confusion ambiante. Ridicule également.

La direction d'acteurs est médiocre. Les acteurs ressemblent à des pantins, caricatures d'on ne sait quoi…. Quel mauvais film… Du sous-sous Chabrol. Il est clair que Tavernier n'était pas du tout fait pour la réalisation. Quand on a vu 30 000 long-métrages (ce qui est son cas), on doit au minimum être lucide pour reconnaître ses limites en tant que cinéaste. Quel supplice infligé au cinéphile contemporain ! Pire que les sévices infligés aux bergers et bergères du récit.


Répondre

De verdun, le 9 juin 2014 à 13:05
Note du film : 3/6

Ouh là Vincentp, vous vous attaquez ici frontalement à une figure respectée de la cinéphilie et du cinéma français !!

Vous risquez de finir sur le bûcher des vanités.


Répondre

De vincentp, le 9 juin 2014 à 19:16
Note du film : 1/6

C'est vrai mon bon Verdun, et j'en suis très gêné à vrai dire…. mais le fait de ne pas faire partie du sérail du cinéma permet de genre d'audaces ! Je vais quand-même me faire petit si je croise B.T dans une salle de cinéma. Sa femme irlandaise, je crois, a la réputation d'avoir le sang chaud (style Maureen O'Hara dans The quiet man). Déjà que je suis dans le collimateur du maire de ma commune (héritage des dernières élections municipales), une personnalité susceptible que j'ai qualifié publiquement de "menteur"…

Je crois que le problème de Tavernier est qu'il n'est pas passé par les étapes obligées d'assistant-réalisateur de l'ombre. Pas de mystère : il faut tout un apprentissage pour maîtriser un langage cinématographique.

Je sors de L'avventura qui m'a ébloui, renversé même… Quel scénario (Tonino Guerra), quelle mise en scène (Antonioni), etc… A comparer Le juge et l'assassin fait vraiment pâle figure.


Répondre

De verdun, le 9 juin 2014 à 19:47
Note du film : 3/6

On a le droit je pense de penser différemment de la majorité de temps en temps.

Moi aussi j'ose affirmer que je préfère les films d'Yves Boisset à ceux de Tavernier. Ce n'est pas une affirmation politiquement correcte mais c'est ce que je pense.

Ceci dit, Tavernier n'a jamais fait l'unanimité..


Répondre

De Freddie D., le 9 juin 2014 à 20:32
Note du film : 2/6

Allez! Je rejoins les iconoclastes. Il m’est arrivé deux ou trois fois de bien aimer un film de Tavernier, mais c’était toujours, toujours MALGRÉ sa mise en scène. Il n’y a jamais de point de vue personnel dans sa manière de filmer. À part peut-être dans son film américain avec Tommy Lee Jones. Et encore…


Répondre

De Impétueux, le 9 juin 2014 à 23:05
Note du film : 4/6

Bien surpris de ce dézingage concentré, non que je tienne Tavernier pour un cinéaste majeur, mais parce que je demeure dans l'admiration, quelquefois nuancée, mais toujours sincère de Que la fête commence, de Coup de torchon (mon préféré), de La vie et rien d'autre, de Capitaine Conan

J'ai écrit sur des films de nombreuses réticences mais beaucoup d'admirations. Et puis Tavernier est aussi pour moi celui qui a définitivement enterré les miasmes de la nouvelle Vague et a fait revenir au premier plan Aurenche et Bost

Quant au Juge et l'assassin, il me semble que malgré les maladresses gauchisantes qui étaient le lot et le sort de l'époque, il y a de bien beaux moments…

Mais c'est, en gros, ce que j'avais écrit dans le message initial de ce film…


Répondre

De tinou, le 6 janvier 2016 à 23:29

J'ai adoré ce film, ce tête à tête entre cette brute privée de raison, mais roublard comme un maquignon et ce juge assoiffé de reconnaissance. Galabru, qui a toujours été sous-employé a ici le rôle de sa vie, fantastique de démesure. Un très grand. Quand à la référence de la Commune(et la merveilleuse chanson de Cossimon) et l'allusion à l'affaire Dreyfus elle ne me gêne en rien, elle ne faite que dater l'époque. De l'individu, on passe au contexte social. Quoi de gênant, là dedans?


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.049 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter