Forum - La Femme au gardénia (Blue Gardenia) - Lang
Accueil
Forum : La Femme au gardénia (Blue Gardenia)

Sujet : Lang


De cormega, le 8 mai 2006 à 18:06
Note du film : 4/6

Je voudrais bien un dvd de La Femme au gardénia.


Répondre

De Frydman Charles, le 17 décembre 2012 à 09:54

Le film vient d'être diffusé au cinéma de minuit sur France 3.

Un début très romantique dans un restaurant Polynésien "au gardénai bleue", de splendides fauteuils Pomare et un serveur très couleur local…Norah est bien plus romantique qu'Emmanuelle dans le fauteuil Pomare du film éponyme de 1974. L'intrigue policière ensuite est prenante….



Répondre

De DelaNuit, le 17 décembre 2012 à 10:22
Note du film : 5/6

La chanson "Blue Gardenia" interprétée par Nat King Cole est devenue un des standards de ce chanteur, on la trouve parmi les rééditions de ses succès…

Anne Baxter était vraiment une excellente actrice, trop oubliée de nos jours. Capable de passer du film noir (ce Blue Gardenia) ou d'Hitchcock (La loi du silence) à la comédie dramatique (Eve) et même au peplum épique (la reine Nefertari dans Les dix commandements, sans doute le personnage le plus intéressant du film car le plus complexe).


Répondre

De Arca1943, le 17 décembre 2012 à 13:25

« Capable de passer du film noir ou d'Hitchcock à la comédie dramatique et même au peplum épique… »

Mme Baxter a même un western spaghetti à son palmarès (que je n'ai point vu) : Le Triomphe des sept desperadas (1966) ! Faut le faire…


Répondre

De Tamatoa, le 18 décembre 2012 à 01:10
Note du film : 3/6

S'il est vrai qu' Anne Baxter est délicieuse dans ce film (quand ne l'est-elle pas ?) et que son côté poupée perdue nous émeut toujours, force est de constater que l'histoire dans son ensemble ne vaut pas tripette. Malgré la fameuse caméra dont nous parle Patrick Brion en entrée, caméra qui permet de filmer et de très loin et de près sans nous infliger cette sensation de "Zoom", ce qui donne un côté très fluide à la mise en scène, cette dernière reste quand même assez mollassonne. Et même si Lang insiste sur le côté exotique pré-fabriqué (restaurant placé sous le signe de l'évasion avec des mets suggestifs et la tête du serveur qui va avec, Nat King Cole susurrant ce Blue Gardenia devenu mythique), il ne nous réserve pas vraiment de surprises notables. L'intrigue policière se révèle vite des plus banales. Et puis il nous semble avoir déjà vu ça souvent. On "connait". Par contre, l'ambiance de la cohabitation entre les trois femmes est plutôt légère et bon enfant. Les personnages féminins sont bien plus étudiés que le pan noir du film. On se surprend même à regretter qu'un crime vienne troubler le charmant babillage féminin de Sally, Crystal et Norah. Côté acteurs, Richard Conte que j'avais découvert dans Big Guns, qui fut je crois un de ses derniers film, est vraiment un acteur solide. Au même titre que Raymond Burr qui deviendra l'année suivante le voisin troublant de James Stewart dans Fenêtre sur cour et puis, et surtout ai-je envie de dire, Ironside éternel homme de fer pour la télévision. Véritable force de la nature, sa scène de violence avec la mignonnette Anne Baxter est assez prenante. Surtout que Lang emploie des artifices curieux pour accompagner la scène. Tourbillonette et fumée. Mais le tout ne fait pas un grand film. Pas un grand Fritz Lang. Certes agréable à regarder mais assez superficiel. Pas plus. C'est ce final, trop peu approfondi, pour ne pas dire délaissé, qui est dommage. Il nous faudra attendre Les Contrebandiers de Moonfleet pour retrouver un Fritz Lang très angoissé, fantasque, aventurier et très pointu sur sa mise en scène, donc très inspiré..


Répondre

De vincentp, le 18 décembre 2012 à 08:47
Note du film : 5/6

C'est une oeuvre de mon point de vue réussie pour son climat, sa galerie de personnages, son intégration de la musique dans le récit, sa photographie, sa mise en scène. Un film vu lors de sa ressortie en salles en copie neuve (Grand action) il y a quelques années. Des conditions de vision qui expliquent peut-être cet avis positif.


Répondre

De Tamatoa, le 18 décembre 2012 à 16:21
Note du film : 3/6

Des conditions de vision qui expliquent peut-être cet avis positif.

Peut-être avez vous trouvé ce film excellent sans qu'intervienne la façon dont vous l'avez visionné. Affaire de goûts. Mais vous avez grandement raison de penser que voir ce genre de film en salle, avec une copie irréprochable, doit largement contribuer à se faire un avis bien plus objectif que celui que l'on se forge à la maison.


Répondre

De Frydman Charles, le 26 décembre 2012 à 14:07

Un numéro de téléphone revient souvent dans le film: granite 14 66 . C'est celui commun aux trois colocataires…Curieux indicatif que granite, est-ce le nom d'un quartier de Los Angeles ? Un nom propre ? Une zone où domine les constructions en granit ? Un indicatif fictif inventé pour le film ?

Il est un peu invraissemblable que Norah ait imaginé avoir commis le crime avec un tisonier comme le fera la vraie coupable Rose Miller.


Répondre

De vincentp, le 26 décembre 2012 à 14:45
Note du film : 5/6

Pour répondre à Torgnole, je crois qu'il n'y a pas de règles pré-établies. Ce qui suit est le compte-rendu sommaire d'une expérience personnelle, mais les principes évoqués me semblent pouvoir s'appliquer à tous.

J'ai de grands souvenirs de films vus en salles (les Minnelli au centre Pompidou, Eté précoce ou Trois femmes à l'Arlequin, Aventures en Birmanie ou L'appât salle 500, au Forum des images). Le grand écran facilite l'immersion au sein du spectacle, les mouvements ou déplacements des acteurs pouvant acquérir une dimension qu'ils n'ont pas sur petit écran. C'est comme avoir un ballet de danseurs, ou un opéra face à soi.

Mais le confort de chez-soi devant son petit écran (j'ai un 54 pouces) peut procurer de grandes satisfactions. Ainsi, un souvenir ému de La fille à la valise.

Il est enfin possible d'avoir une double satisfaction domicile et cinéma concernant une même œuvre. Ainsi Southern comfort vu en dvd, et sur grand écran à la Cinémathèque française, à peu de temps d'intervalle. Sur grand écran, j'ai découvert des aspects liés à la photographie (grand-angles ou plongées) que je n'avais pas observé sur petit écran, plus occupé par l'histoire en tant que telle. Un même récit peut agir différemment sur le mental du spectateur, mais tout aussi favorablement au final

En conclusion, je dirais que les deux modes de vision grand et petit écran peuvent être complémentaires, un bon dosage entre les deux étant certainement la meilleure solution.

Pour en revenir à ce présent film de Fritz Lang (La femme au gardenia), de bonnes conditions de vision permettent sans aucun doute de rentrer plus facilement dans ce qui est de mémoire plutôt un film d'atmosphère (l'intrigue n'étant pas le point fort de ce film) avec une composante musicale élaborée.


Répondre

De Frydman Charles, le 30 décembre 2012 à 16:43

Concernant l'indicatif téléphonique granite, et après un détour sur un forum concernant Los Angeles, il apparait qu'a Pasadena il existe une rue granite drive ? Avec des contructions en granit ?

http://www.loopnet.com/Listing/16564713/897-Granite-Drive-Pasadena-CA/


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.014 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter