Forum - L'Ardoise - Elisabeth Wiener apporte tout ce qu'il faut...
Accueil
Forum : L'Ardoise

Sujet : Elisabeth Wiener apporte tout ce qu'il faut...


De RdT, le 30 mars 2006 à 00:19
Note du film : 4/6

…pour rendre cette«Ardoise» insubmersible. Au départ un roman policier de Pierre Lesou : «Ardoise d'un apache», paru en 1967. A l'arrivée ce film de Claude Bernard-Aubert. Philippe (Salvatore Adamo), étudiant à science po, est emprisonné pour coups et blessure sur l'associé et assassin de son père : un diamantaire. En prison il fait connaissance de Théo Michel Constantin et Bob Jess Hahn deux caïds expérimentés (et deux acteurs qui ne le sont pas moins). Souhaitant récupérer des papiers importants, dans le coffre du diamantaire, Philippe propose à ses deux compagnons de cellule un cambriolage. Ils auront les diamants. Il se contentera des papiers. Les trois détenus finissent par sortir, et réalisent leur projet. Mais ça ne se passe pas tout à fait comme prévu, la police est prévenue. Les complices doivent se séparer. Philippe qui n'avait pas été vu par les policiers prend le butin dans son véhicule. Malheureusement sa 403 camionnette croise la Fiat décapotable d'Elisabeth conduite par son fiancé Xavier Vissot, totalement ivre. Une embardée de Vissot et c'est l'accident pour Philippe. La 403 s'enflamme. Heureusement Elisabeth est là, elle sauve Philippe: délicieuse Elisabeth Wiener. Elle apporte la saveur de son haleine fraiche pour épicer ce polar quadragénaire. Bob et Théo en mettent plein la figure à Adamo : coups de poings, coups de pieds, accident de voiture re coup de poings re coup de pieds, prison, hopital, re hopital, bagarre, rebondissements, poursuite en voiture dans la nuit pluvieuse du bocage Normand, assassinats (cinq ou six on ne sait plus très bien). Au milieu de ce bruit et de cette fureur la juvénile Elisabeth Wiener promène son charme sixties de gentille fée. Les seconds rôles sont parfaits : Jacques Legras en bourgeois falot qui se fait faucher sa 404, Jean Desailly en commissaire à morale style La Bruyère : «La vie, la mort des malentendus.» Un gentil petit polar de l'ancien temps, chevillé à la va vite, rafraichissant.


Répondre

De Impétueux, le 30 mars 2006 à 10:36

Une chose m'intrigue : comment pouvez-vous parler de façon si disserte d'un film – sans doute honorable – mais qui date de 1969 (37 ans !), qui n'est pas édité en DVD, et qui n'a tout de même pas laissé dans les mémoires une trace fulgurante ?

Que vous appréciez Elisabeth Wiener n'est pas un reproche, mais qu'elle ait à ce point marqué votre imaginaire – si vous êtes d'âge à avoir vu à sa sortie ce film – est tout de même assez singulier…


Répondre

De RdT, le 30 mars 2006 à 15:23
Note du film : 4/6

«Une chose m'intrigue : comment pouvez-vous parler de façon si disserte d'un film – sans doute honorable – mais qui date de 1969»

C'est très simple, Impétueux. J'ai une machine à remonter le temps….

J'ai, -dois-je l'avouer?- revu le film en VHS avant d'en parler : une mauvaise copie en voie d'effacement qui donne envie qu'on fixe cette Ardoise sur un support plus propre. S'il m'arrive d'évoquer certains flms sur mes souvenirs flous, je peux aussi me rafraichir ces souvenirs par un nouveau visionnage. Elisabeth Wiener (dont je n'a pas oublié pas le talent) méritait bien ce petit effort de ma part. Et c'est bien parce que, je vous l'accorde, ce film n'est pas inoubliable, que j'ai fait cet effort. J'ai sans doute eu raison car je suis tombé sur un film qui n'est pas sans intérêt, et qui, à mon humble avis, mérite d'être redécouvert. J'invite donc tous les internautes qui le souhaitent à voter pour son édition en DVD.


Répondre

De verdun, le 2 octobre 2007 à 18:20

J'aime beaucoup ce genre de films oubliés de la fin des années 1960/ 1970 avec Michel Constantin qui traîne dans les parages pour jouer les truands lautnériens. Je suis intrigué par la présence du chanteur Adamo en tant qu'acteur principal. On l'a vu aussi en 1967 en co-vedette du film Les Arnaud avec l'immense Bourvil. Intriguante aussi la carrière de Claude Bernard-Aubert aussi bien capable de réaliser en 1973 L'affaire Dominici avec Gabin et Depardieu, que d'entamer l'année suivante une carrière prolifique dans le porno !! Bon, y a aussi Elizabeth Wiener…

A voir !


Répondre

De RdT, le 3 octobre 2007 à 15:06
Note du film : 4/6

«Bon il y a Elisabeth Wiener…»

Vous vouliez sans doute écrire et surtout il y a Elisabeth Wiener une des cinq plus belles actrices de l'histoire du cinéma!!!


Répondre

De s é p i a, le 3 octobre 2007 à 15:29

Plus belle qu'Ingrid Bergman ?!! La grande , l'éblouissante , l'incomparable , la sublissime Ingrid Bergman

Alors çà !!! Ah ben alors !!! M'étonnerait ! ah ben !!!


Répondre

De RdT, le 3 octobre 2007 à 16:39
Note du film : 4/6

Oui certes Ingrid Bergman… Chère Sépia, excusez moi de l'avoir oubliée. Les assauts d'enthousiasme esthétique s'accompagnent souvent de scories d'insjustice… Je voulais dire qu'Elisabeth Wiener était une des cinq plus belles actrices de mon histoire du cinéma…


Répondre

De urspoller, le 3 octobre 2007 à 16:42

J'abonde évidemment dans le sens de Sépia. Mais au vu de mes derniers messages, cela ne doit pas vraiment surprendre ! Ingrid Bergman irradiera sempiternellement nos écrans et son incommensurable beauté n'a d'égal que son talent. Preuve de son aura, une variété de roses porte son nom.

Quant à son talent, je crois que s'y attarder serait lui faire injure (elle reçut 3 Oscars tout de même !). En sus, l'American Film Institute, dans son infinie sagesse, la nomma au quatrième rang des meilleures actrices de cinéma derrière la truculente Katharine Hepburn, l'insoumise Bette Davis et la craquante Audrey Hepburn.

Même le cheveu ras, comme dans Pour qui Sonne le Glas, elle est encore irrésistible avec son petit nez retroussé, ses haussements de sourcils et ses regards alanguis. Même en religieuse, comme dans Les Cloches de Sainte Marie, le spectateur, envoûté par tant de bonté et de beauté, ne rêve que de prendre la place de Bing Crosby et aspire, comme de bien entendu, à ce qu'elle se défroque afin de ménager ses rotules usées à force de génuflexions… Et, personnellement, si, comme dans La Maison du docteur Edwardes, tous les psychiatres ressemblent un tant soit peu au Docteur Constance Petersen du film, alors je demande à être interner immédiatement à Sainte-Anne ou à la Colombière sise à Montpellier.

Si Ingrid Bergman s'était lancée en politique, je suis sûr que l'abstention n'existerait plus !


Répondre

De sépia, le 3 octobre 2007 à 17:32

Oui, elle est très belle, mais cela se voulait aussi un clin d'œil au petit ours des neiges…

Mais, en feuilletant notre grand livre – car je vais régulièrement m'inquiéter de vos goûts , Messieurs – j'ai lu , cher RDT , que vous en pinciez également pour la makiavélique beauté de Nicoletta Machiavelli…Et il est vrai qu'elle a la beauté du diable , cette brune là…Vous avez des gouts très sûr Ami !

Mais nous eussions aimé que vous évoquassiez (oh!) également Lana Marconi , Jacqueline Delubac , Yvonne Printemps , Geneviève de Séreville…


Répondre

De J-PW, le 26 mai 2010 à 16:23

Merci RDT, votre message a dû être entendu ?… "L'Ardoise" est sorti en D.V.D., le 05 mai 2010. Je suis un admirateur inconditionnel de Salvatore ADAMO et j'ai été bien heureux de me procurer ce D.V.D. Mais dommage il y a un loupé, il manque la dernière scène du film et son générique de fin. Cette scène correspond à l'image qui est mise sur ce forum, de Salvatore ADAMO sortant de l'eau et enlaçant Elisabeth WIENER dans ses bras. Jean-Pierre.


Répondre

De Tamatoa, le 27 août 2014 à 03:30
Note du film : 2/6

Vous permettez, Monsieur ? Je m'en veux beaucoup de vous contredire monsieur RDT, dont j'ai lu quelques avis fort originaux mais cette Ardoise n'a rien de très "rafraîchissant" ni d'intéressant de façon générale. Je n'ai pas lu le bouquin mais j'espère vivement qu'il est plus excitant que le film. Un scénario balourd et une totale absence de mise en scène en font un film chiant comme la pluie. Un Salvatore Adamo qui tient pourtant bien la route (même si par trop timide ou un peu mièvre) devant les deux vieux routards que sont Jess Hahn et Michel Constantin, deux Grandes gueules redescendus de leur Haut-Fer Vosgien (ce qu'ils ont fait entre temps ne compte pas !) pour préparer un casse à la mords moi qui n'en finit pas de ne pas se faire. Ils s'ennuient ferme Les caids. Ils ne sont pas dirigés et tournent en rond en marmonnant de leurs voix reconnaissables entre mille et ça les sauve un brin. Mais c'est tout. C'est long, pesant, sans aucun rythme ! Claude Bernard Aubert le réalisateur à qui on doit l'excellente Affaire Dominici, version Gabin et beaucoup d'improbables films de cul, semble ici se foutre complètement de savoir où doivent se tenir les comédiens. Il nous livre des scènes extèrieures qui semblent être filmées avec un zoom permanent qui nous oblige à chausser les jumelles pour apercevoir les acteurs. C'est très, très curieux ! Les dialogues sont inexistants et quand on connait l'élocution du sieur Adamo, on est vite éclairé sur la nature des propos. Y'en a Pas. Et c'est Pascal Jardin qui s'y colle pourtant. On espérait beaucoup, beaucoup mieux. Ce film lourdingue est d'une mocheté sans nom. C'est paresseux, pas forcement laxatif mais ça agit comme un somnifère éfficace. J'ai vainement tenté de tenir jusqu'à la fin, sans succès. Une belle affiche pourtant prometteuse. Mais c'est d'un mou ! poursuite en voiture dans la nuit pluvieuse du bocage Normand… Vous avez vu Bullitt ? Ca c'est une course poursuite. Ici, il m'a semblé qu'ils cherchaient des champignons à la lueur des phares.. Oui, Elisabeth Wiener est fort jolie. Elle, elle nous rafraîchit, oui. Et puis ? Même si on a grande envie de laisser nos mains sur ses hanches, celà ne suffit pas pour faire une oeuvre de première. Et même si Adamo, le seul intérêt de ce film à supposer qu'il y' en ait un, avait poussé la chansonnette, celà n'aurait rien changé. C'est mauvais.

Le Dvd existe. On n'a peut-être pas vu le même …


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.028 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter