Forum - La Fille du puisatier - Encore une fille perdue !
Accueil
Forum : La Fille du puisatier

Sujet : Encore une fille perdue !


De Arca1943, le 7 mars 2006 à 01:57

Souhaitons donc bon vent à cette Compagnie méditerranéenne et qu'elle continue d'éditer de ces oeuvres dont l'acton se situe sur les pourtours de la Méditerranée… Pour le problème que vous soulevez, je suis plus optimiste que vous : étant moi-même rejeton de la "révolution sexuelle" – dont j'aime bien me gausser puisqu'elle date de l'époque de mes parents, je n'ai pas eu de difficulté majeure, quand l'occasion s'en présentait, de me "mettre dans le bain" des moeurs, us et coutumes d'autres époques. Comme les Maigret,par exemple, étaient souvent exotiques, comparés au monde que je connaissais ! Pourtant l'authenticité de ce qui y était décrit s'imposait à l'évidence. Quoique pour des raisons qu'il serait malaisé d'analyser même succintement ici, je crois qu'un spectateur d'aujourd'hui reste en mesure de tracer la ligne entre l'invention, la fiction du film proprement dit et tout ce que l'époque, pour ainsi dire met dedans; de "sentir" – appelez ça son intuition, si vous voulez – quand il a affaire à une chose vraie. Si donc l'archétype de la "fille perdue" dont vous parlez correspond à la réalité de l'époque, on peut imaginer que ce spectateur se dira : "Ah bon, c'était donc comme ça!? Ça alors !" et que son intérêt n'en sera que plus vif. Enfin, peut-être pas tous les spectateurs, mais suffisamment pour justifier une sortie DVD !


Répondre

De Impétueux, le 25 avril 2006 à 19:22
Note du film : 5/6

Je me demande souvent, de ce grand classique passé si souvent à la télévision, où Raimu est absolument étourdissant et évince sans grande difficulté un Fernandel pourtant excellent du haut du pavé, je me demande donc ce que les générations nées après 68 peuvent retenir, ou même comprendre, hors le dialogue si pétillant d'esprit et les morceaux de bravoure.

Car la fille du puisatier, c'est avant tout une fille qui a fauté et qui se retrouve, sans s'en être presque rendu compte, nantie d'un bébé qui n'est qu'un bâtard ; et comme, par une suite de difficultés, de vilenies, d'hypocrisies, mais aussi et surtout de malchances (on est à la veille de la déclaration de guerre) le père de l'enfant ne sait pas sa bonne fortune et ne peut se manifester, malgré ou à cause de l'immense amour qu'il lui porte, le père de la malheureuse la chasse de chez lui et ne veut plus savoir qu'elle existe.

Dit comme cela, c'est évidemment une tragédie qui indigne les modernes enfants de la liberté sexuelle et de la société de consommation : c'est incompréhensible et cruel. Et pourtant ça n'est pas si ancien, ça rend un son absolument véridique, et c'est tout de même tout le ressort dramatique.

Qu'on songe d'ailleurs combien la notion de "fille perdue" est au cœur de l'œuvre de Pagnol, de la Trilogie de Marius à cette Fille, en passant par Regain – car Arsule est aussi une pauvre victime des hommes – et par Angèle.

Naturellement dans la Trilogie, Fanny trouve un arrangement acceptable avec Panisse ; mais là nous sommes à Marseille où les moeurs sont plus libres et les consciences plus élastiques que dans la campagne provençale, où rien n'a changé depuis la Grèce et où les patriarches ont presque droit de vie et de mort…

C'est donc là un film grave, dur à vivre pendant presque toute sa durée – et le happy end final paraît un peu artificiel ; quel dommage que Pagnol doté de si éclatants talents n'ait pas eu celui de se choisir des compagnes ou épouses de la même eau ! car après l'exaspérante Orane Demazis et avant la niaise (mais si belle !) Jacqueline Pagnol, il y a là une Josette Day souple et ductile comme un santon de plâtre, qui a bien dû faire rigoler les monstres sacrés, Raimu, Fernandel, Charpin, et même Line Noro, excellente en mère amoureuse de son garçon et en bourgeoise avilissante, quelques années seulement après avoir été l'amante arabe de Jean Gabin prisonnier de la Casbah, dans Pépé le Moko, abandonnée pour Gaby (Mireille Balin)

On aura compris que, malgré mes interrogations sur la compréhension de la dureté du film je recommande chaleureusement La fille du puisatier présentée dans une bonne édition (un son critiquable, il est vrai, par moments) de la Compagnie Méditerranéenne des films qui édite pieusement et onéreusement Pagnol.


Répondre

De benja, le 28 janvier 2007 à 14:00
Note du film : 6/6

Alors ! Si peu d'admirateurs de ce Pagnol sur le forum de dvdtoile ?

On y retrouve pourtant ce savant mélange de drôlerie et de drame, une distribution impeccable,
tout ce qui fit le succès de la trilogie de Marius.
L'émotion qui se dégage de l'interprétation de Raimu est telle que pour ma part, je ne peux contenir
la montée du flux lacrymal qui emplit mes yeux à chaque nouveau visionnage.
Fernandel est excellent. Charpin est impeccable, tout comme Line Noro dans le rôle de la belle-mère
Enfin une mention spéciale pour Milly Mathis dont l'apparition si courte est pourtant mémorable.

La fin, théâtrale, c'est vrai, – qui m'évoque celle du très bon beaucoup de bruit pour rien -
permettra au moins aux parents d'affirmer que cet enfant est le leur et pas celui des grands-parents, ce qui est bien vu…

Je joins mes recommandations à celles d'Impétueux. Ceux qui ont aimé Marius aimeront certainement la fille du puisatier.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.010 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter