Forum - Pris au piège - Une mise en scène sublime de Max Ophuls
Accueil
Forum : Pris au piège

Sujet : Une mise en scène sublime de Max Ophuls


De dumbledore, le 1er juillet 2003 à 10:12
Note du film : 3/6

On oublie souvent que le réalisateur de La ronde et de Lola Montes a eu une carrière américaine. Caught est un des films peu connus, du réalisateur. Il faut dire que le film a été plus vendu sur son casting que sur le nom du réalisateur. On retrouve en effet James Mason qui fait là son premier film hollywoodien et qui incarne avec naturel un médecin idéaliste et parfaitement gentil. A l'opposé, se trouve le monstre Robert Ryan, acteur génial, l'incarnation même sans doute du personnage de film noir, bien plus qu'un Bogart. Entre les deux, Barbara Bel Geddes, actrice montante à l'époque avant d'être l'amoureuse sans avenir de James Stewart dans Vertigo ou encore la matriarche de Dallas (feuilleton TV).

Le film possède deux forces flagrantes : les comédiens formidables et très convaincants, et la mise en scène sublime de Max Ophuls (étrangement crédité Max Opuls au générique). Celle-ci cultive moins les plans-séquences dont on affuble un peu trop rapidement Ophuls qu'un sens impressionnant du cadre, et de la perspective. Il est aidé par des décors tout en profondeur, aussi bien celui de notre héroïne au tout début du film que le manoir, ou encore que le bureau des médecins. Il met "en cadre" ses personnages, renforçant l'idée d'enfermement, d'emprisonnement. L'autre force de Max Ophuls dans ce film réside dans les choix des positions de caméras (et du montage – de Robert Parrish – qui en découle). La caméra n'est jamais là où on l'attend dans un film hollywoodien, c'est-à-dire sur les personnages, mais toujours positionnée par rapport aux décors et aux mouvements des personnages à l'intérieur de ceux-ci. La seule scène réunissant les trois personnages est remarquable à cet égard. On a le personnage féminin au milieu du décor et ses deux hommes à égale distance d'elle. Quand l'un bouge dans un sens, l'autre compense, comme pour maintenir, le temps du dialogue, un équilibre qui va se rompre quand va se rompre le dialogue.

Malheureusement, cette mise en scène brillante et novatrice n'est pas aidée par un scénario cliché. C'est celui de Rebecca, de Dragonwyck et de dizaines d'autres films, la représentation, finalement, du mythe de Barberousse (une femme se marie avec un homme qui se révèle être un danger pour elle car il a un passé trouble). La construction du scénario n'est pas non plus très fine. La construction des deux sphères Robert Ryan/richesse/inhumanité et James Mason/pauvreté/humanisme manque un peu de nuances. On peut déplorer également la grossesse comme une recette un peu lourde de scénario, qu'il n'arrive finalement même pas à exploiter. La fin est d'ailleurs très limite dans ce sens…

Film intéressant donc, mais pas un grand film.


Répondre

De Impétueux, le 1er juin 2009 à 00:05
Note du film : 4/6

Pour qui tient Lettre d'une inconnue, et davantage encore Le plaisir et, au sommet, Madame de pour des émotions cinématographiques majeures et Max Ophuls pour un magnifique artiste, Caught est évidemment deux ou trois tons au dessous, du fait de la faiblesse et de la banalité du scénario, comme le note justement Dumbledore.

Scénario de surcroît perclus d'invraisemblances et de raccourcis qui empêchent de s'y attacher, si brillantes puissent être les scènes qui encadrent l'intrigue. Ainsi, par exemple, la séquence où Léonora (Barbara Bel Geddes), quelques mois après son mariage attend désespérément, dans la maison de Long Island, dans la nuit et dans la neige, le retour de son mari, Smith Ohlring (Robert Ryan), alors que l'histrion-parasite Franzi (Curt Bois) joue au piano une valse de Strauss (Légendes de la forêt viennoise ou Sang viennois ?), scène d'une grande vérité et d'une intense noirceur. Mais que s'est-il vraiment passé pendant les huit mois d'un mariage engagé par bravade et caprice par un homme aussi arrogant qu'odieux ? On aimerait suivre la dégradation d'une relation qui a, un temps en tout cas, émerveillé Léonora…

Et puis, est-ce que qu'il n'y a pas une lourde, trop lourde insistance sur les aspects psychanalytiques, sur les crises cardiaques qui saisissent périodiquement Smith dès que quelque chose ou quelqu'un lui résiste ? On avait compris déjà l'immaturité du bonhomme, cher Max Ophuls, ce n'était pas la peine d'en rajouter !

Cela étant, Caught est aussi un régal pour ceux qui aiment que la caméra bouge et que le cinéma soit vraiment multiplication des points de vue : comme à l'habitude, la virtuosité, l'originalité du réalisateur font merveille ! Travellings, panoramiques, plongées et contre-plongées forment de merveilleuses images en mouvement. Et les acteurs sont effectivement impeccables, même si je trouve que James Mason, en médecin amoureux est un peu mièvre…

Dans l'édition que je possède, une bonne surprise : un supplément de 52 minutes, l'émission Cinéastes de notre temps, série critique mythique s'il en fût, que Michel Mitrani consacrait en 1965 à Ophuls avec de multiples et merveilleux témoignages…


Répondre

De vincentp, le 29 décembre 2015 à 22:26
Note du film : 6/6


Excellent long-métrage réalisé par Max Ophuls en 1949, respectant les codes du film noir des années 1940 : ambiances nocturnes, personnages faillibles, relations heurtées, vengeance, engrenage fatal… La mise en scène de Ophüls est de toute beauté, portant tel ou tel aspect du récit. 65° minute : un mouvement de caméra spectaculaire souligne en début puis fin de séquence l'absence de l'héroïne de sa chaise située entre les deux personnages masculins, qui s'en inquiètent. 55° minute : la caméra, accordée à une douce musique, illustre la grâce associée à ce personnage féminin qui franchit une porte imaginaire puis introduit de la lumière tamisée dans le bureau.

Le fond de cette oeuvre est également réussi : les personnages sont crédibles, leurs relations conflictuelles à des degrés divers parfaitement évoquées par des péripéties franchissant la barrière de l'académisme pour installer des éléments non-conventionnels surprenants (les névroses du magnat, par exemple). L'arrière-plan social est bien construit, dans le cabinet médical, les lieux de détente, le manoir. Décors, photographie (Lee Garmes), interprétation sont de grande qualité. Aucun doute : il s'agit d'une oeuvre majeure, qui témoigne de l’énorme savoir-faire de son équipe de tournage, et de son réalisateur en particulier.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.021 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter