Forum - Traqués par la gestapo - L'Or de Rome - Carlo Lizzani, quand il est dans son élément...
Accueil
Forum : Traqués par la gestapo - L'Or de Rome

Sujet : Carlo Lizzani, quand il est dans son élément...

VOTE
De Arca1943, le 13 janvier 2006 à 12:58

…donne généralement de bons résultats : Le Procès de Vérone, Les Derniers jours de Mussolini, Fontamara… Ce sont tous des films sur le fascisme et la Seconde Guerre mondiale; et on a l'impression que les autres – ses westerns, ses gialli de série B, etc – il les a tournés pour se payer ceux-là. J'ai confiance en cet Or de Rome, qui raconte un événement réel : la rafle du Portico d'Ottavia, qui envoya à la mort 2 000 Juifs romains.

En plus, c'est du 61, avec la difficilement oubliable Anna-Maria Ferrero et l'injustement méconnu Jean Sorel. À noter les efforts couronnés de succès des distributeurs français de l'époque pour affubler le film d'un titre qui craint : "Traqués par la Gestapo", vraiment, bravo les gars, quel titre.


Répondre
VOTE
De Sandokan, le 19 janvier 2006 à 13:00

Je veux voir ça. De Lizzani, j'ai déjà vu Chronique des pauvres amants, qui se passait aussi sous le fascisme et qui était très bon.


Répondre

De Arca1943, le 11 février 2006 à 22:13

Merci pour ton vote, Sandokan. Avec tous les bons films sur le fascisme qui se sont faits en Italie en cette seule saison 1960-61 (La Longue nuit de 43, La Grande Pagaille, Le Fédéral, La Marche sur Rome, Les Évadés de la nuit, Tiro al piccione, etc) la loi des grands nombres devrait faire qu'on en ait un ou deux sur DVD dès cette année !


Répondre

De Arca1943, le 13 mai 2006 à 18:58

Allez, je fais prendre l'air à la fiche de L'Or de Rome.

Et puis quoi, je m'ennuie de Anna-Maria Ferrero


Répondre

De Arca1943, le 29 juin 2008 à 18:02

Comme le réalisateur/historien vient de sortir un nouveau film, Hotel Meina (2007) et que ce film qui semble excellent et se retrouvera bientôt – n'en doutons pas une seule seconde ! – sur les écrans français, voilà une occasion toute trouvée de ressortir cet autre Lizzani, L'Or de Rome, qui porte sur le même sujet : la déportation des Juifs d'Italie pendant la Seconde Guerre mondiale.


Répondre
VOTE
De vincentp, le 30 juin 2008 à 13:01

Je soupsçonne depuis longtemps Arca et Sandokan ne ne faire qu'un (cela en prend un sens amusant quand on relit les dialogues du fil, l'un flattant l'autre), comme Rdt, Gerstäcker, Marilyn, Civeyrac et Arthur Fauvert ne font qu'un…, et Sandokan de s'être retiré du circuit après avoir subi quelques moqueries de ma part.

Mais Arca a raison quand il s'exprime pour souhaiter la réédition de ce film, qui semble être d'un bon calibre artistique. Je rejoins donc sa litanie en faveur de Lizzani.


Répondre

De Arca1943, le 30 juin 2008 à 13:59

Je dément avec la dernière énergie, évidemment ! J'ignore qui est ce Sandokan, et comme il a disparu de la circulation, il est trop tard pour que je lui demande s'il est moi-même.


Répondre

De vincentp, le 30 juin 2008 à 15:08

Et il y a le PmJarriq qui ne correspond jamais avec le FreddieD. L'un disparait quand l'autre réapparait. Curieux ça. Le fantasque commissaire Matteoti (celui des innombrables hold-ups milanais et des fascistes en cavale) a été chargé de l'enquête, avec un Beretta dans une main, et un sabre de chambara dans l'autre.


Répondre

De Arca1943, le 30 juin 2008 à 15:30

« Sandokan est peut-être parti avec l'avant-dernière énergie en te confiant, en guise de testament, son intérêt pour le film de sabre !! »

Ce n'est pas impossible. Il se produit parfois de curieuses contaminations. Ce qu'il y a d'amusant, c'est que ma vieille passion pour la comédie à l'italienne et ma passion beaucoup plus récente pour le film de sabre japonais se ressemblent plus qu'on ne pourrait le croire à première vue…


Répondre

De vincentp, le 1er juillet 2008 à 11:29

Pas de doute : Arca EST Sandokan. Les mêmes heures de connection (13h correspond à 7h du matin au Québec). Le même volontarisme (Je vote etc…). Les mêmes gouts. La même connaissance du fascisme italien. Et le pseudo Sandokan correspond à l'autre passion de Arca, le chambara japonais. Encore un indice troublant : "je fais prendre l'air à la fiche du film" dixit Arca. Effectivement, tous les moyens sont bons pour cela, et même créer un second pseudonyme pour bâtir un dialogue. Spontex constaterait avec ses archives des adresses ip identiques pour Sandokan et Arca.

Je vais même plus loin. La passion cinéphilique dévorante de Arca pour des oeuvres secondaires du cinéma italien, ses commissaires en lutte contre les mafieux, ses résistants si héroïques face au fascisme, possède une dimension psychanalytique. Arca de toute évidence exècre l'injustice et l'oppression. Il en fut certainement victime dans sa petite enfance (un instituteur violent ? un prêtre ayant des gestes déplacés ? Un camarade voleur de billes ?). Arca repousse aujourd'hui cette dimension dans son insconscient, et ceci est générateur d'une névrose obsessionnelle, dont il se délivre par la procuration de personnages révoltés interposés (réclamant la justice), et par des demandes de réédition en dvd tout azimuth. Une réédition d'une oeuvre mafieuse en dvd, et c'est la soupape de l'inconscient qui s'ouvre, lui procurant un bien-être infini.

J'invite notre ami Arca à réfléchir à ce que fut sa petite enfance. Souviens-toi… l'été dernier, Arca. Les forumeurs de dvdtoile peuvent aussi t'aider.


Répondre

De droudrou, le 1er juillet 2008 à 13:49

Ce n'est pas impossible. Il se produit parfois de curieuses contaminations…

Voilà ce que nous dit Arca en termes sybilins (il y a peut-être 2 "l" mais je n'ai pas le temps d'aller chercher le dictionnaire !)… Ouaip ! Vincentp serait l'acteur idéal pour devenir le nouveau Sherlock Holmes puisque la question est posée sur un site ciné !


Répondre

De Arca1943, le 1er juillet 2008 à 13:58

Eh ben mes vieux, que ne faut-il pas entendre ! Qu'est-ce que c'est que cette théorie à la noix selon laquelle, pour haïr l'injustice, il faudrait forcément l'avoir subie ? Tout ceux qui n'auraient pas vu ou subi au cours de leur vie une injustice ou une autre (en admettant que cela existe) devraient forcément aimer l'injustice ? Ça ne tient pas debout. De toute évidence, VincentP ajoute foi aux théories simplettes de la psychanalyse sur les traumatismes enfantins qui soi disant expliqueraient tout à l'âge adulte, jusqu'aux postures idéologiques de tout un chacun. Il y a là un déterminisme auquel je ne saurais souscrire.

Ensuite, comme ce Sandokan ne s'est pas manifesté depuis des années, on s'interroge sur les motivations de VincentP à pointer soudain un index inquisiteur. Besoin d'attirer l'attention ? Patriotisme blessé par mon évidente préférence pour le cinéma italien sur le cinéma français ? Manie des complots ? Rappelons que ce même VincentP était monté sur ses grands chevaux, par exemple, à l'arrivée sur ce site de l'innocente Sépia, dans laquelle il voyait je ne sais quelle ténébreuse machination. Quant à ce Sandokan, je pense qu'il était tout simplement, comme moi et bien d'autres, un amateur de cinéma italien frustré par le chauvinisme et l'ignorance des distributeurs français. Et j'ai toujours supposé que son pseudo venait non du lointain pays du Soleil levant et des films de sabre – films dont il ne touche pas un mot dans ses messages – mais plutôt de la chanson composée par Armando Trovajoli pour le film C'eravamo tanto amati. Quant à cette histoire de fuseaux horaires, à laquelle je ne prête guère attention (tout en trouvant un peu étrange, c'est vrai, cette manie des Français de prendre leur petit déjeuner à 1 heure du matin), il s'agit là de ce qu'on appelle une preuve circonstantielle, c'est-à-dire une preuve bien fragile pour ne pas dire imaginaire.

Enfin, « la passion dévorante d'Arca pour des oeuvres secondaires du cinéma italien » ne doit pas nous faire oublier que s'il existe en effet bien de bons films italiens qui ne sont pas des chefs-d'oeuvre mais qui valent la peine d'être vus, comme cet Or de Rome par exemple, il en existe aussi un bon nombre qui sont tenus à tort pour secondaires – et là, je vous épargne charitablement une longue énumération. Mais prenons un seul exemple : Le Fanfaron, film aujourd'hui porté aux nues (il était temps !) a longtemps été tenu pour secondaire par l'intellengtsia dogmatique des sixties, dont l'influence sur la mémoire du cinéma se fait hélas sentir jusqu'à nos jours. Je renvoie VincentP à un article de Fruttero et Lucentini dans La Prédominance du crétin (très facile à trouver dans la collection Le Livre de poche) intitulé « Années de plomb et années de plumes », où tout en présentant leur ami le scénariste Furio Scarpelli, nos érudits décortiquent la myopie vraiment bornée des « hérauts des chefs-d'oeuvre » pâmés devant Visconti mais totalement indifférents à l'explosion de génie comique qu'ils avaient sous le nez. « Personne ne vit rien, comme d'habitude… » Une lecture très édifiante.


Répondre

De vincentp, le 1er juillet 2008 à 20:22

Je confesse bien volontiers une erreur concernant Sépia que j'ai cru être (à son arrivée sur le forum) un nouvel alias de RdT, créé pour faire la promo de Civeyrac et autres Verichlova. Suite à quoi Sépia m'a qualifié de mufle et m'a demandé si elle devait me montrer son string pour nous prouver sa féminité. Soit. Billy Wilder (La vie privée de Sherlock Holmes) a montré que l'on pouvait se tromper avec les femmes. Concernant ma thèse vous concernant, Arca, chacun est libre d'en penser ce qu'il veut, et vous-même de clamer bien fort les démentis qui arrangent votre susceptibilité. Mais je crois (et nos lecteurs en sont certainement convaincus) avoir tapé dans le mille…

Mais maintenant je vous propose de clore cette passe d'arme pour revenir aux fondamentaux qui font la force de ce forum, à savoir l'étude collective, l'exhumation et l'analyse des films de répertoire.


Répondre

De Arca1943, le 29 avril 2009 à 16:30

Je me rends compte que j'avais oublié de remercier VincentP pour son vote. Quelle ingratitude ! Par ailleurs, ceux qui ont vu et apprécié Le Jardin des Finzi-Contini trouveront ici une continuité thématique : car ce film de 1961 raconte, à travers le destin de ses personnages, la rafle du Portico d'Ottavia, opérée par les nazis le 15 septembre 1943.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.025 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter