Forum - Incassable - Fascinant ou ennuyeux ?
Accueil
Forum : Incassable

Sujet : Fascinant ou ennuyeux ?


De Averell, le 8 janvier 2006 à 17:27
Note du film : 4/6

Incassable est un film étrangement fascinant, entièrement basé sur la culture des super-héros de comics, du surhomme voué à défendre les valeurs de l'American Way of Life. A la limite de la compréhension, Shyamalan se laisse aller à un rythme extrêmement lent, une ambiance morbide, sombre et pluvieuse, à des échanges de répliques obscures. Mais la magie fonctionne, presque malgré soi, et on suit l'itinéraire de cet anti-héros blafard et cafardeux, dans une ambiance de rêve éveillé. C'est du pur film d'auteur à l'américaine, jouant de codes accessibles aux ados yankees, dont l'écho nous est ici, un peu lointain. Willis traîne son unique expression hébétée pendant tout le film, face à Samuel L. Jackson, étonnant en ami-nemesis aux membres friables. C'est le film le moins accessible du cinéaste, et quelque part, son plus sincère, son moins truqué. Très intrigant…


Répondre

De Arca1943, le 8 janvier 2006 à 17:36

« Ne soyez pas "diaboliques" : ne racontez pas la fin de ce film à vos amis ! » (Message à la fin du film Les Diaboliques.)

Bonjour Averell. Mon opinion sur Incassable est plus mitigée que la vôtre, quoique je ne me sois pas ennuyé. Je savais qu'il y aurait une bonne chute et en effet, il y en avait une. Une bonne histoire, ce n'est pas le tout, mais ça compte. Or – ne le prenez pas personnel, comme on dit Québec – mais je trouve votre message un peu trop explicite : pensez aux spectateurs qui n'auraient pas encore vu ce film… N'y aurait-il pas moyen de rééditer légèrement pour éviter d'en dire trop ?


Répondre

De jipi, le 11 juillet 2008 à 10:00
Note du film : 6/6

Night Shyamalan cinéaste de l'épuré possède le privilège grâce à ses films concepts de nous faire réagir, monter au créneau, crier au génie ou battre de la semelle devant un processus de traitement fastidieux mais tellement prenant.

Concevoir un super héros carburant au diesel dans un contexte sombre, progressif, lent amputé d'énergies est ingénieux. L'éclosion de perceptions nouvelles tintées de fantastique d'un individu extirpé d'un destin tragique est traitée de manière magistrale par un cinéaste habile, efficace dans la simplicité de messages délivrés en vitesse réduite.

« Incassable » est l'antimatière universelle tant recherchée. Une révolution visuelle au repos privilégiant dans un contexte d'action devenu secondaire la réaction des sens.

Une énergie recyclée baigne de larmes les yeux d'un enfant devant un père différent.

Des déplacements nonchalants millimétrés valorisent les observations intenses d'un individu soudainement surhumain projeté sur un territoire ou il est enfin possible de limiter localement la déferlante du malheur.

Un homme indestructible chamboulé par ses nouveaux pouvoirs matérialise sur le terrain les lectures d'un enfant brisé. Le limité formate sans états d'âmes une partie externe murée suite à une architecture quasiment détruite.

Les fiches cuisines cinématographiques de Night Shyamalan sont bien souvent des substances intégrant des sensibilités éprouvées par des pouvoirs nouveaux à résonnances fantastiques.

Le sujet touché par la mission navigue entre détermination et débordements sensitifs difficilement gérables liés à la traversée d'un territoire inconnu.

Un esprit fragile compense son handicap par une morphologie indestructible. Le don de changer les destinées navigue parallèlement avec une laborieuse prise de conscience d'un nouveau paramètre.

Une violence côtoyée quotidiennement par une fonction de surveillance et de protection devient bestiale par l'imaginatif avant de se matérialiser dans l'existence


Répondre

De Tamatoa, le 12 mars 2013 à 22:19
Note du film : 3/6

Fascinant, fascinant… Oui, je veux bien reprendre ce mot, mais d'une fascination qui s'étire, s'étire… jusqu'à l'ennui. Je me suis pourtant accroché à cet ennui et ne l'ai pas regretté. La fin est inimaginable et spectaculaire. Mais d'une part, voir Bruce Willis au bord du coma tout le long du film n'est pas dans ses habitudes. Et puis, un peu plus d'action n'aurait pas nuit à la question posée par M. Night Shyamalan. Surtout que la profondeur des personnages dans une œuvre qui se veut très psychologique, n'est pas particulièrement fouillée. On se promène… On veut savoir en somnolant. Samuel L. Jackson, grand ordonnateur de cet étrange rêve fait froid dans le dos. Il est d'une rigueur implacable. Dans l'inhumain jusqu'aux os… Gargouille nauséeuse sur le rebord d'un monde qu'il déteste. Je pense que le succès de Sixième Sens a fait penser, peut-être à juste titre, que cet Incassable allait être comme une espèce de suite très bizarre, surtout cautionnée par la présence du troublant Spencer Treat Clark. Curieuse relation père/fils qui dérange alors qu'elle est quelque peu hors contexte. Comme l'histoire d'amour bancale que vit le héros avec sa femme.

La lenteur excessive du film est sûrement nécessaire si on veut accompagner Bruce Willis dans la recherche de la compréhension du mystère qu'il traverse comme un voyage dans le fantastique. Est-ce pour autant un film fantastique ? Non. Et bien malin est celui qui pourrait classer ce film dans un quelconque genre. Relevons quand même que la grande idée de l’œuvre est de faire entrer dans un arcane surnaturel le monde des Comics. Merveilleux et déroutant monde que toutes les générations fréquentent, un jour ou l'autre. M. Night Shyamalan semble avoir le goût de l'alchimie magique. Mélange qui ne fait pas naitre le sourire, pas assez hélas, mais qui à l'art de l'accroche. Comme une espèce d'hypnose. Une mélancolie qui nous prend par la main et nous conduit, bien trop lentement, à pas comptés, jusqu'au dénouement qui nous réveille crûment.

Déroutant, pour le moins..


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0027 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter