Forum - La Traite des blanches - Joyeux Noël ! Je me fais un cadeau...
Accueil
Forum : La Traite des blanches

Sujet : Joyeux Noël ! Je me fais un cadeau...


De Arca1943, le 24 décembre 2005 à 15:03
Note du film : 4/6

…en votant pour ce Comencini dont je ne sais rien sinon qu'on y trouve Silvana Pampanini, Eleonora Rossi Drago et Sophia Loren. Quant à Vittorio Gassman, il disait toujours qu'il n'était pas bon au cinéma, à cette époque… ah, vraiment ? Vérifions donc à l'aide d'un petit vote !


Répondre

De Sandokan, le 22 mars 2006 à 12:07

Si je comprends bien, celui-ci est une sorte de sequel de Volets clos. Je constate aussi que la Pampanini et la Rossi Drago se rencontrent une première fois, avant La Route d'une année


Répondre

De Arca1943, le 15 avril 2009 à 19:00
Note du film : 4/6

Croyez-le ou non, ce film est annoncé comme Nouveauté à paraître sur le site de la FNAC. Eleonora, finalmente !


Répondre

De Arca1943, le 15 avril 2009 à 20:48
Note du film : 4/6

Et tiens, j'en profite pour rappeler aux éditeurs que cette Traite des blanches était en quelque sorte un sequel de Volets clos, du même réalisateur avec la même Rossi Drago… Je dis ça comme ça, histoire de bavarder…


Répondre

De Arca1943, le 28 juin 2009 à 02:51
Note du film : 4/6

« Ce film vise ouvertement, comme bon nombre de productions contemporaines (…) à flatter la concupiscence du spectateur. »

Je n'ai pas encore vu ce film – Atlantique oblige – mais dans ce passage il est plutôt question d'une série de films, d'une tendance d'époque. Flatter la concupiscence ? C'est vrai, sans doute ; mais rappelons-le, quand même : dans le contexte du début des années 50, de pudibonderie intensive, j'irais jusqu'à dire de véritable misère sexuelle, misère causée entre autres par une ignorance vraiment dommageable.

Dans un tel contexte – qui n'a plus cours depuis au moins l'aube des années 60 – un spectacle cinématographique qui flattait la concupiscence du spectateur avait non seulement une meilleure excuse mais même une meilleure raison d'être, comme l'eau au milieu du désert comparée à celle que je garde au frigo.

Et le miracle du cinéma, c'est que même révolues, ces années font leur petit effet quand on regarde les films – même à moi qui ai grandi dans une époque pour ainsi dire contraire, d'une permissivité déjà considérable et qui allait croissant tout au long des années 70. La jeune Mangano en cuisses dans Riz amer est à mes yeux nimbée d'une sensualité inimitable de nos jours, et même déjà inimitable à l'époque où je collais sur le mur de ma chambre des photos de Farrah Fawcett ou Céline Lomez court vêtues.

Il ne faut pas exagérer et se mettre à souhaiter que les éditeurs de films italiens en DVD nous inondent de ce type de films-là alors qu'en matière de cinéma italien, il reste tant d'autres priorités à pourvoir. Mais il est bon qu'il y en ait quand même quelques-uns sur le marché. À cause de la pub formidable que lui a fait Les Invasions barbares, bien sûr j'aurais voulu voir La Fille des marais Mais bon, pourquoi pas cette Traite des blanches que j'ai hâte de découvrir, le 4 sur 6 de AlHolg ne m'ayant nullement découragé !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0083 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter