Forum - La Chute de l'empire romain - Un sommet mésestimé du péplum
Accueil
Forum : La Chute de l'empire romain

Sujet : Un sommet mésestimé du péplum


De verdun, le 28 octobre 2005 à 12:03
Note du film : 6/6

Quand LA CHUTE DE L'EMPIRE ROMAIN est sorti en 1964, la presse s'est déchaînée et le film reçut, notamme,nt en France,un accueil auquel même le pire film de Max Pécas n'eut pas droit.Par ailleurs, le film fut un échec financier sévère (car souvent histoire européenne + reconstitution réaliste= bides aux Etats-unis):il entraîna la fin du péplum et même la chute du système des studios.

Pourtant quand on le regarde quarante ans plus tard, on se rend compte que ce film éreinté-on se demande d'ailleurs pourquoi- est sans doute,pour reprendre l'expression du Larousse des films "le plus beau et le plus intelligent des péplums américains" jamais réalisé. Aujourd'hui le film a été réhabilité mais pourquoi lui préfère t-on l'indigeste BEN HUR de William Wyler ? En tous cas, contrairement à la légende, la fin de carrière d'Anthony Mann n'est absolument pas à placer sous le signe du déclin:LE CID et ce film sont deux des plus belles fresques historiques du 7° art.

Déjà le scénario est d'une grande intelligence et fait un parallèle avec la situation politique de l'époque: un grand empire (l'urss ) pas forcément en forme sur le plan intérieur et qui veut calmer le jeu dans ses relations avec ses voisins "satellites"qui sont susceptibles de l'entraîner vers une perte inéluctable.LEe film a une portée philosophique,grâce aussi au personnage de Marc Aurèle, et humaniste indéniable:dans quel blockbuster actuel trouverait-on celà aujourd'hui ?

      

La mise en scène est remarquable: le sens de l'espace est impressionnant de même que celui sur les éclairages sombres,comme ils se doivent dans ce film crépusculaire, sur les mouvements de caméra qui saisissent avec art le forum romain:ainsi nous nous promenons dans des décors qui sont peut-être les plus beaux de l'histoire du cinéma.Montage et photo sont de premier ordre.

Le rythme faiblit rarement et les morceaux de bravoure sont "légion": combats contre les barbares dans les forêts, séquence impressionnante des funérailles de Marc Aurèle où les personnages affrontent la neige (séquence très bien décrite par Martin Scorsese dans son documentaire sur le cinéma américain), bataille en Arménie et combat final dans une arène formée par les boucliers des légionnaires.

Les acteurs sont à 1-2 exceptions prêt, formidables: Christopher Plummer fait un Commode bien plus nuancé que celui de Joaquin Phoenix dans GLADIATOR de Ridley Scott.Alec Guinness casse la baraque en Marc Aurèle donc et James Mason de même dans le rôle de son conseiller philosophe grec.Mais on peut regretter le fait qu'après ce film Mason n'ait eu que des seconds rôles à se mettre sous la dent.LE problème du film, c'est vraiment l'histoire d'amour entre le falot Stephen Boyd et Sophia Loren qui fait très concession hollywoodienne et les deux comédiens sont très en deçà des autres mais cette love story est assez mal écrite aussi et ils n'ont donc pas grand chose à défendre.

Un défaut majeur encore: la musique de Dimitri Tiomkin pompière et anodine.

Par conséquent, cette "chute",plus rythmée et rigoureuse surtout que d'autres films plus connus du genre (SPARTACUS, BEN HUR, CLEOPATRE) est un péplum adulte qui pousse le genre vers un grand souci de vérité mérite l'estime des cinéphiles. Si Gladiator, qui reprend beaucoup d'éléments de la "chute", est un bon spectacle on ne peut pas en dire autant de Troie ou consorts qui nous font regretter ce temps où le cinéma savait être populaire ET intelligent à la fois.

  

Répondre

De droudrou, le 16 septembre 2006 à 18:19
Note du film : 3/6

Verdun : si tu enlèves la course débile entre Christopher Plummer et Stephen Boyd dans la première partie du film et si tu supprimes une grosse part de l'intrigue Sophia Loren/Stephen Boyd, je dirai que ce n'est pas mal. Mais, pour ma part, je préfère nettement "Le Cid" du même metteur en scène dans ces types de réalisation. Ce que je pense, c'est que, lorsqu'historiquement on aborde "La Chute de l'Empire Romain", trop de choses, trop d'évènements prévalent à cette chute et que pour les traiter ce film est nettement insuffisant.

Ca ne veut nullement dire que je considère "Gladiator" supérieur. En revanche, je pense qu'il y a tout une suite de peplum (je crois bien que d'après les déclinaisons, peplum serait du 3ème groupe, donc le pluriel serait "pepla") s'apparenteraient à cette série d'évènements et l'expliqueraient d'autant mieux.

Mais, de façon certaine, "La chute de l'Empire Romain" avait commencé bien avant Marc-Aurèle. L'évènement s'est traîné sur près d'un demi-millénaire…


Répondre

De pamina, le 14 avril 2008 à 17:22
Note du film : 5/6

Je n'ajouterai rien aux judicieux commentaires déjà présents, notamment ceux de notre collègue "Delanuit"… Je voudrais simplement signaler la commercialisation fin de ce mois d'un coffret "deluxe édition" en 3 DVD, dont l'un est consacré aux tournage du film (commentaires par le fils du Producteur Samuel Bronston).

Bien évidemment le pressage est réservé aux heureux possesseurs d'un lecteur dézoné, puisqu'il s'agit (une fois de plus) d'une sortie en Zone I… Le son a été "retravaillé" en 5.1 (anglais) avec sous titrages "anglais-espagnol" !…. Pauvre de nous !… Une fois de plus, il semble que nous ayons été oubliés, d'autant plus qu'un coffret comportant "Le Cid" et "La chute" avait fait l'objet d'une sortie en février 2007…


Répondre

De DelaNuit, le 9 juillet 2012 à 10:55
Note du film : 6/6

Il est certain que le jeune public d'aujourd'hui veut de l'action, du rythme, de la rapidité… et trouvera souvent indigeste une production comme celle-ci, dont il faut bien constater qu'elle prend son temps… laisse la caméra embrasser les décors (dont le forum de Rome construit en dur et grandeur nature, bien loin des images de synthèse !), les dialogues littéraires et les thèmes musicaux se mettre mutuellement en valeur… Voilà un cinéma encore proche de la peinture et du théâtre, voire même de l'opéra, alors qu'aujourd'hui, le jeu vidéo est davantage la référence d'un certain cinéma de genre…

Ceci dit, en osant une comparaison culinaire, ce n'est pas parce qu'une foule de gens se complaisent dans le fast-food qu'il ne faut pas aussi proposer de la grande cuisine ! Et pour peu que l'on habitue nos enfants dès leur jeune âge à regarder toute sorte de films, y compris du noir et blanc, y compris du théâtral, y compris de grandes fresques comme celle-ci, ils sont capables d'y prendre plaisir sans pour autant bouder les oeuvres à la mode. Encore faut-il avoir cette démarche…

Le scénario de Gladiator, avec ses jeux du cirque et sa réflexion sur l'utilisation des spectacles et des médias par le pouvoir, se prête bien aux rapides scènes d'actions. La chute de l'Empire romain, bien que débutant avec des personnages et une situation similaires, développe plutôt une réflexion sur la décadence d'une société, la chute des empires, la perte des valeurs, mais aussi l'intégration ou non des étrangers… De nombreux thèmes brûlants d'actualité ! Ces deux films, bien que très différents dans leur forme, m'apparaissent donc complémentaires sur le fond.

Enfin, il est amusant, peut-être même triste, de constater combien ce cinéma qui se voulait à l'époque populaire devient aujourd'hui celui d'un petit nombre de cinéphile et/ou d'amateurs d'Histoire… Ainsi vont les choses !…


Répondre

De Tamatoa, le 9 juillet 2012 à 15:43

.. un peu moins (sauf exceptions) art et bien davantage industrie du pur loisir..

Ne serait ce pas cette industrie du "pur loisir" qui aurait engendré sans vergogne les Banlieue 13, Doberman, Irréversible, ou autre Salo ? N'en aurait' elle pas donné, non seulement pour son argent, mais bien plus encore pour sa soif de sang et, ce faisant, avalisé une jeunesse en attente de perdition ? Sans aller jusqu'à penser que nous devions en rester à l'entrée du train en gare de la Ciotat, je pretends que l'industrie du pur loisir a fait bien des dégats. Bien que La chute de l'empire romain, comme le note Delanuit développe plutôt une réflexion sur la décadence d'une société, la chute des empires, la perte des valeurs, mais aussi l'intégration ou non des étrangers.. Déjà..


Répondre

De Tamatoa, le 9 juillet 2012 à 16:30

Du rififi chez les hommes, le rouge est mis, L'Affaire Thomas Crown, L'Arnaque, cinéma de loisir, n'ont jamais gangréné les esprits faibles ! Je veux dire qu'il y a eu une dérive notable dans le cinéma de pur loisir. Les dents de la mer, ça bouffe peut-être les hommes mais ça mange pas de pain. Doberman est un hymne gratuit à la violence ! Je me demande si c'est notre société qui inspire le cinéma ou est ce le cinéma qui "inspire" une partie de notre société ?


Répondre

De DelaNuit, le 9 juillet 2012 à 16:31
Note du film : 6/6

L'un n'empêche pas l'autre… Et les romains ont eu les mêmes questionnements avec les jeux du cirque !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0059 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter