Forum - - Ambiance (toujours) bohème dans vaisseau futuriste
Forum :

Sujet : Ambiance (toujours) bohème dans vaisseau futuriste


De vincentp, le 23 octobre 2005 à 15:48

Certains complexes de cinéma parisiens vous accueillent par mégaphone, manipulé par le stentor local qui énonce "la règle du jeu" : vous êtes soit "espèces", soit "carte bleue".

Le spectateur doit franchir le premier obstacle : c'est un péage ("Attention, les espèces doivent préparer l'appoint" nous martelle le stentor), puis il y a ensuite le passage obligé devant le stand des pop-corns et des crèmes glacées ("c'est bon pour la santé et ça permet de comprendre le language des esquimaux" nous explique-t-on). Le tout est chapeauté par un vaste dispositif magnétique à faire pâlir d'envie un Dark Vador des grands jours et destiné à brouiller toute une armée de luciolles.

Point de tout cela à la Cinémathèque française !

Il y a en effet, dans cet endroit peu ordinaire, de charmantes hôtesses d'accueil, qui vous accueillent avec un large sourire. Je suis leur spectateur préféré, les conseillant régulièrement sur la meilleure façon d'avoir des augmentations salariales. Puis il y a la queue anarchique (ou est le début et la fin de la queue, personne ne sait vraiment) menant à la salle Jean Douchet ou à la salle Claude-Jean Philippe. Parfois je croise messieurs Benoliel et Rauger (deux de mes anciens élèves) qui viennent me saluer amicalement et me demandent de relire et corriger leur prochain exposé.

Les vigiles de l'endroit, qui ont été les figurants de Kill Bill, regardent alors défiler une armée bien hétéroclite, hautement improbable partout ailleurs : à sa tête on trouve le groupe des supporters-habitués qui a installé son campement au sous-sol de l'immeuble et qui a ses places réservées dans la salle, et qui va commenter avec brio les cinq films vus la veille. Juste derrière, une tribu endémique de cet endroit, celle des barbus-chevelus (les bobos). Puis, en bonne position, ceux qui se glissent à la dernière minute ni vu ni connu au milieu de la queue. J'en fais partie. On voit défiler ensuite la branche intellos (on les remarque à leurs fines lunettes). L'arrière garde est composée des patriarches (certains ont connu Marlène Dietrich) et des quelques petits nouveaux, qui peut-être un jour grossiront le rang des supporters-habitués.

Ensuite, il y a le moment magique, salué par un "Aaaah" du groupe des supporters-habitués : le rectangle blanc s'ouvre, mais jamais à 100% : plutôt 80% ou 90%, car c'est fonction de la météo locale.

Puis il y a l'image et le son qui arrivent, mais aussi des fois l'image sans le son ou les sous-titrages (c'est la surprise du chef).

La soirée se termine quand les lumières se rallument : a-t-on vu un chef-d'oeuvre artistique ou une simple commande commerciale ? Les avis sont partagés. Il y a en effet le point de vue de ceux qui ont lu la presse officielle, mais il y a aussi le groupe sans-cesse croissant de ceux qui se raccrochent à mes points de vues exprimés sur dvdtoile. Ils ont bien raison.


Répondre

De Gerstäcker, le 22 juillet 2006 à 00:44

"Et sera présent notre ami Jean-Paul Civeyrac, vedette incontestée et incontestable de dvdtoile, avec sans doute ses nombreux admirateurs à ses trousses !" Vincentp pour ce qui est de manier le sarcasme et la moquerie ça vous savez. Mais est ce une raison pour ne donner qu'une partie du programme !!!???

Fidèle à l'a priori négatif que vous avez pour Toutes ces belles promesses vous omettez bien évidemment à dessein de signaler que

MERCREDI 13 SEPTEMBRE 2006 à 19h00 – SALLE GEORGES FRANJU LA CINÉMATHÈQUE DIFFUSERA LA VIE SELON LUC et TOUTES CES BELLES PROMESSES de JEAN-PAUL CIVEYRAC.

UNE SOIRÉE À NE PAS MANQUER.


Répondre

De paul_mtl, le 7 janvier 2007 à 19:26

Je ne doute pas qu'un jour il t'invitera au restaurant mais n'oublie pas d'apporter ton chéquier avec toi. Il t'invites oui mais tu payes ton repas et ta place de cinema. C'est ce qu'on appelle une invitation payante à ne pas confondre malheureux avec une invitation gratuite.
Oui oui il ira loin, il a le sens des affaires comme Elie Semoun.


Répondre

De Impétueux, le 7 janvier 2007 à 23:46

Je ne suis jamais de ma vie allé à une cinémathèque : il me semble qu'il faut adhérer à un club ; est-ce le cas à Paris ? Et où est-elle ? Toujours au Trocadéro ? Ou sur les Grands boulevards ? est-ce que ça n'a pas déménagé du côté de Bercy récemment ?

Et est-ce qu'on peut y aller sans réserver ?

Je n'aime pas beaucoup voir un film en salle, à cause des autres spectateurs, qui toussent, se mouchent, bavardent, etc. mais il y a des films qui – hélas ! – ne passent pas à la télévision et qui ne sortent pas en DVD… Je me dis que s'il n'est pas trop compliqué d'aller à votre cinémathèque, il y a peut-être des films qui m'intéressent que je pourrais voir ; merci de bien vouloir donner le mode d'emploi…


Répondre

De paul_mtl, le 8 janvier 2007 à 04:08

Une cinématheque c'est aussi un cinema "normal" en plus de conserver des films.

Voici les Tarifs pour une séance et l'acces & horaires au 51, rue de Bercy 75012 PARIS.

ils offrent souvent des abonnements pour le cinephile boulimique et ici c'est un "LIBRE PASS" de 120 Euro/an qui donne un acces gratuit et illimité à toutes les activités de la Cinémathèque pendant 1 an : expositions, projections, médiathèque, ateliers et conférences.

J'espere que les fauteuils sont plus confortables qu'à la cinematheque québécoise à Montréal.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.014 s. - 4 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter