Forum - Shining - Critique
Accueil
Forum : Shining

Sujet : Critique


De dumbledore, le 24 avril 2003 à 00:00

Avant d'aborder Shining (mini série), il faut essayer de faire abstraction du film de Kubrick. C'est facile à dire, mais difficile à faire tant l'adaptation du maître et de Jack Nicholson est présente dans nos esprits.

Il faut "oublier" le film de Kubrick car l'auteur du livre, Stephen King, n'a jamais aimé cette adaptation qu'il a par ailleurs renié. A juste titre d'ailleurs, tant le(s) thème(s) du film du maître diffèrent de l'univers et des thèmes du livre voire de l'œuvre de Stephen King. Là, où Kubrick traitait de la solitude qui vire en folie de son personnage principal, Stephen King voyait au contraire les aléas d'une famille qui lutte pour se maintenir alors que le "chef" de famille est ravagé par l'alcoolisme et une violence qu'il n'arrive pas à endiguer.

Shining (mini série) est l'adaptation officielle du livre, écrite d'ailleurs par Stephen King lui-même qui produit également le film. Il faut dire d'entrée de jeu que cette mini-série est de bonne qualité, à presque tous les niveaux.

On retrouve de vrais moments de peur, d'angoisse. La mise en scène est somptueuse, réussissant à n'être que très peu influencée par le film de Kubrick. Quelques idées de mise en scène sont même très efficaces, comme, notamment, cette habitude systématique dans tout le premier épisode de montrer les personnages en sandwich dans le décor (avec un décor très présent au premier plan et à l'arrière plan). Cela a pour effet de rendre les personnages prisonniers, soumis au décor qui est plus grand qu'eux.

Rebecca de Mornay tient très bien la route dans le rôle de Wendy, campant un personnage fort, une femme déterminée et battante (ô combien plus intéressante que le personnage insupportable et inintéressant du film de Kubrick !). Le gamin atteint du "shining" est tout à la fois inquiétant et juste. Seul le personnage masculin, Steven Weber, laisse quelquefois à désirer. Dans ses moments de crise, il ne peut s'empêcher d'être attiré par le jeu outrancier de Jack Nicholson. Dommage, plus de retenue aurait été appréciable.

Le scénario est lui aussi de qualité. Tout d'abord parce que rarement une adaptation pellicule d'un livre de Stephen King aura aussi bien rendu justice aux thèmes de prédilection du maître : à savoir que lorsque qu'une force négative se réveille (force du mal pour être manichéen), une force positive surgit également pour un affrontement ultime et terrible. Et puis surtout, les personnages campés ici sont très crédibles et souvent touchants. Jack est un personnage complexe du début à la fin du film et on le voit avec émotion se battre contre cette pulsion qui monte en lui, de violence, de haine, de volonté alcoolique. On est avec lui dans son combat. Wendy est également très juste dans sa tentative ultime pour sauver son couple…

Bref, un régal pour ceux qui aiment Stephen King et une curiosité pour ceux qui aiment la version de Kubrick.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0046 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter