Forum - La Recrue - Critique
Accueil
Forum : La Recrue

Sujet : Critique


De dumbledore, le 23 avril 2003 à 00:00

Il y a quelques mois, la CIA a ouvert un département d'accueil et de conseil spécialement conçu pour les producteurs et scénaristes du cinéma et de la télévision. Officiellement, il s'agissait d'empêcher autant que faire se peut les erreurs que l'on pouvait voir dans les films et téléfilms sur le fonctionnement des renseignements américains. Officieusement, il s'agissait de redorer une image plus que ternie d'organisme tout à la fois incompétent et malhonnête. Bref, de promouvoir la propagande …

Il est fort à parier que La Recrue ait profité de cette collaboration avec la CIA, tant le film semble être, pendant une bonne moitié de sa durée en tout cas, une ode à la CIA dans sa manière de fonctionner : recrutement, entraînement, formation, et même philosophie du parfait agent secret.

Heureusement, le film, par la mise en scène très carrée de Roger Donaldson (habitué aux films d'actions), et par le jeu des comédiens, réussit à dépasser ce film promotion de la CIA.

La tension est toujours présente, le suspense aussi grâce à un rythme très soutenu. Mais finalement, l'intérêt principal du film restera peut-être la confrontation de deux grands acteurs, à savoir Al Pacino et un futur très grand : Colin Farrell (déjà vu et apprécié dans Minority Report et Daredevil).

Il serait même tentant de voir finalement dans ce couple le vrai sujet du film : le statut non pas de l'espion, mais de l'acteur : apprendre à jouer des personnages, à ne jamais perdre le contrôle de ses sentiments, à savoir rester modeste et discret de crainte de se griller, etc…

Indépendamment de cette vision au second degré, le film repose sur un scénario de film d'action tout à fait au point, jouant avec les retournements de situations comme il se doit dans les films d'espionnage, et si le film a des faux airs de Training Day il ne va pas jusqu'au plagiat.

On peut difficilement finir sans revenir sur le jeu de Al Pacino pour constater définitivement qu'il est toujours extraordinaire dans les personnages retenus, introvertis. Mais quand il doit jouer l'outrance il est très souvent mauvais. C'est le cas ici dans une scène. C'était le cas notamment dans L'Associé du diable


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0020 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter