Forum - Une Journée bien remplie - Au fond, mon plus grand regret...
Accueil
Forum : Une Journée bien remplie

Sujet : Au fond, mon plus grand regret...

VOTE
De Arca1943, le 10 octobre 2005 à 02:42
Note du film : 4/6

…c'est qu'en France, apparemment, les jury ne sont composés que de 9 personnes. Ici, c'est 12. Certes, ça prolonge la journée, mais aussi l'amusement !


Répondre

De Impétueux, le 10 octobre 2005 à 10:27
Note du film : 4/6

Oui, c'est un film curieux, intéressant, un peu burlesque, un peu vain, qui peut ne pas plaire, mais qui est très intéressant.

Et que le metteur en scène en soit Jean-Louis Trintignant, que l'interprète principal (on pourrait presque écrire "l'interprète unique") soit Jacques Dufilho rend cet objet cinématographique inidentifiable très précieux dans les DVDthèques !


Répondre

De Impétueux, le 23 mars 2012 à 22:03
Note du film : 4/6

Revu tout à l'heure, et toujours cette drôle d'interrogation : est-ce que ce n'est pas un film tout d'esbroufe, grinçant, simplement porté par une drôle d'idée sardonique ou est-ce que c'est un peu davantage ?

Je serai assez tenté ce soir de trouver le film assez limité, parce que, malgré sa brièveté (moins d'une heure trente), ça traîne un peu à la fin et que, dès lors qu'on a compris que la drôle de famille Rousseau a voué sa journée à l'exécution capitale des jurés qui ont condamné à mort le dernier né, on attend simplement la suite. En plus le vengé est une sorte de poussah gluant, à l'œil vide et à la joue grasse dont la photo est brandie devant l'assassiné à chaque trépas, mais dont ne sait pas ce qui a pu conduire un jury à lui faire couper le cou…

Les histoires de suppressions successives et systématiques sont légion, au cinéma, de Noblesse oblige à La mariée était en noir, sans même évoquer les collections horrifiques hollywoodiennes du type L'Abominable Dr Phibes ou Seven ; elles ne valent souvent que par l'ingéniosité des procédés employés, adossée à une idée originale.

Ces conditions particulières ne sont pas le meilleur du film réalisé par Jean-Louis Trintignant, qui vaut davantage par la cavalcade élégante menée calmement par les tueurs. Au son des notes guillerettes, narquoises, du musicien Bruno Nicolai, habitué des compositions de giallos ou des amples mesures de la Cantate de Pâques de Bach, le side-car est conduit sans frémissement ni émotion par les anges exterminateurs, (qui font songer irrésistiblement aux motards qui accompagnent la Mort (Maria Casarès) dans l'Orphée de Jean Cocteau). Cela se passe dans les paysages toujours un peu réservés du Languedoc gardois, entre les étendues plates soufflées par la mer de la côte et l'austérité de la garrigue, avec de temps à autre, le vaste balancement équilibré des voûtes de platanes ; c'est une terre moins souriante, moins charmeuse que celle qui est de l'autre côté du Rhône, c'est la terre où Agnès Varda a tourné Sans toit ni loi : on ne s'étonne pas qu'elle soit marquée de calvinisme.

On a beaucoup écrit que le grand talent et le physique singulier de Jacques Dufilho avaient trouvé leur épanouissement majuscule dans l'adaptation réalisée par François Leterrier du Milady de Paul Morand ; mais on peut classer aussi sa composition d'Une journée bien remplie au meilleur rang : un rôle insolite, presque sans parole, avec col cassé, lunettes de moto archaïques et casque de toile blanche, une fable grimaçante, souvent empreinte de sadisme…

Un film étrange, à l'identité mal identifiable, un des objets cinématographiques singuliers qui sont des pierres rares dans l'histoire du septième art.


Répondre

De Arca1943, le 15 juillet 2013 à 18:34
Note du film : 4/6

Curieux de se dire que la même année que ce bijou de comédie noire où il se montre irremplaçable, le regretté Jacques Dufilho connaissait de l'autre côté des Alpes un grand succès populaire de type "second rayon" avec Un ufficiale non si arrende mai nemmeno di fronte all'evidenza, firmato Colonnello Buttiglione (trad: Un officier ne se rend jamais, même à l'évidence, signé: colonel Buttiglione) aux côtés – tiens je l'aurais parié – d'Aldo Maccione.

Il y eut en tout trois volets à la série "Colonel Buttiglione". Encore des films italiens qui n'ont pas franchi les Alpes ? Oui. Sauf que cette fois, je ne suis pas du tout sûr que je vais m'en plaindre !

Voici un échantillon tiré du troisième volet de la, euh, fresque: Buttiglione diventa capo del servizio segreto:

[http://www.youtube.com/watch?v=FR30poV-P(..)]


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0076 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter