Forum - Le Terroriste - Dilemme à l'italienne
Accueil
Forum : Le Terroriste

Sujet : Dilemme à l'italienne

VOTE
De verdun, le 6 octobre 2005 à 19:49
Note du film : 5/6

Coup de tonnerre sur DVD TOILE ! Arca n'est pas le premier à chroniquer ce grand film italien dont la tête d'affiche est, qui plus est, Gian-Maria Volonte !

Pourtant ce film est des plus intéressants. L'enjeu dramatique principal du film est un prenant dilemme cornélien : l'"architecte", le terroriste du film commet des attentats contre les Allemands qui occupent Venise en 1943. Or ses attentats mettent gravement en danger la vie d'otages innocents. Les résistants sont fortement divisés : faut-il continuer dans le radicalisme pour affaiblir l'occupant ou continuer à mettre en danger des innocents ?

C'est l'occasion pour le réalisateur de montrer de longues séances du conseil national de la libération où s'affrontent les socialistes, les communistes et les démocrates-chrétiens.

A l'image de L'Armée des ombres de Jean-Pierre Melville,ce film est anti-spectaculaire. Le style est très sobre, accentué par un noir et blanc très sombre. Venise est filmée sans les clichés de rigueur.

Contrairement à ses prestations sergioléoniennes, Volonte est extrêmement sobre dans un rôle fascinant avec un personnage qui s'humanise au fur et à mesure que le film avance, notamment dans une scène avec Anouk Aimée.

Voici donc un bon petit classique du cinéma italien. Gianfranco De Bosio n'a guère réalisé de long-métrages après celui-ci, ce qu'on ne peut que regretter au vu de ce coup d’essai des plus convaincants.


Répondre
VOTE
De Impétueux, le 6 octobre 2005 à 20:01

Ah ah ah ! Ne vous bercez pas trop d'illusions ! Arca va, connaissance prise de votre message, dresser un tonitruant et perspicace tableau de votre prétendue découverte !

Certes, votre nom demeurera, ad vitam aeternam, le premier qui figurera sur ce fil de discussion, mais il vous fera comprendre avec bonhomie, diplomatie et un grand sourire franc – que je devine, quoi qu'il soit éloigné de nous par l'Atlantique -, donc il vous fera comprendre que s'il n'a pas chroniqué, c'est qu'il avait déjà le film en VHS, ou que, par miracle, il est déjà sorti en zone 1, ou que… je ne sais quoi….

Arca est infernal !

J'ai connu la mésaventure que vous allez INELUCTABLEMENT connaître en mettant un message après avoir inopinément vu un excellent Monicelli, qui s'appelle Pourvu que ce soit une fille… Le grand maître en transalpineries cinématographiques m'a sévèrement rabattu le peu de caquet dont j'avais fait preuve !

Vous verrez ce que c'est de le provoquer !

En amicale confraternité, je vous en serre cinq !


Répondre
VOTE
De Arca1943, le 7 octobre 2005 à 13:52

Inéluctablement, inéluctablement… voilà un bien grand mot ! Si j'ai sévi dans le cas de Pourvu que ce soit une fille, c'est que Impétueux a qualifié ce Monicelli de "tardif". Or, l'indestructible Toscan était alors à peine un fringant septuagénaire ! Et vingt ans plus tard, il tourne toujours. C'est maintenant un fringant nonagénaire et bon, peut-être qu'on peut considérer Le Rose del deserto – qu'il tourne en Afrique au moment où je vous parle ! – comme une comédie certes un petit peu tardive sur les bords.

À mon grand dam, je n'ai jamais vu Le Terroriste – qui n'est jamais sorti au Québec. Il n'est jamais passé à la télé d'ici non plus. C'est d'autant plus frustrant que non seulement il met en vedette le grand Gian Maria Volontè – un acteur tellement cool et racé que je le verrais même dans Hercule à la conquête de l'Atlantide – mis en plus, il se passe en 1943. Déjà que je suis un enragé de cinéma italien, mais quand, en plus, l'action du film se passe en 1943, alors là, je ne me contiens plus et j'entonne le Bella ciao !

Comprenez donc je suis aux anges d'apprendre sous la plume de Verdun qu'en plus, ç'a l'air d'un très bon film ! Et qu'il met en scène un débat difficile entre les diverses composantes du CLNAI ! Wow ! C'est tout à fait mon genre de film !

De même, j'espère voir un jour La Longue nuit de 43, Été violent ou La Bataille de Naples


Répondre

De Arca1943, le 20 décembre 2005 à 13:51

« C'est l'occasion pour le réalisateur de montrer de longues séances du conseil national de la libération où s'affrontent les socialistes, les communistes et les démocrates-chrétiens. » Il ne faut pas oublier le Parti libéral (droite constitutionnelle) et surtout, le fameux Parti d'action (gauche républicaine-fédéraliste). D'après mes recherches sur Le Terroriste, le personnage incarné par Volontè est un «Azionista». Encore un rôle de composition…

Le Parti d'action fut fondé au début de la guerre à partir de ce qui restait du mouvement Giustizia e Libertà, lequel avait été largement infiltré et démantelé par l'OVRA (la police secrète fasciste) et plus encore, décapité par l'assassinat en France en 1937 des frères Carlo et Nello Rosselli (par des hommes de la Cagoule, eux-mêmes payés par Ciano). Ainsi Carlo Levi, dont on raconte l'exil intérieur (confino) dans Le Christ s'est arrêté à Eboli, était de Giustizia e Libertà et fut du Parti d'action. Comme son nom l'indique, le Parti d'action prônait et appliquait l'insurrection armée contre Mussolini. Sous son nom précédent de Giustizia e Libertà, le mouvement organisa dans les années 30 plus d'un attentat à la dynamite…

Influencé notamment par les idées de Giacomo Matteotti ou Gaetano Salvemini – figures de proue de la gauche non-communiste – par le "social-liberalismo" de Piero Gobetti, le Parti d'action opposait souvent les idées de Giuseppe Mazzini à celles de Karl Marx et dénonçait la "religion de l'État" (C. Levi) du PCI et sa conception centralisatrice du pouvoir. Il n'est pas étonnant qu'en Espagne, les hommes du Parti d'action se soient battus aux côtés des autonomistes Catalans. Contre la «Romanità» factice et uniformisante que le fascisme prétendait imposer à l'Italie (slogan : "Facciamo l'Italiano tipo unico"/"Faisons l'Italien de type unique!"), le Parti d'action insistait sur les particularismes dont est faite l'Italie et proposait un ordre constitutionnel de type confédéral.

Le Parti d'action a toujours été divisé entre une aile droite (Ugo La Malfa, comte Carlo Sforza) et une aile gauche (Emilio Lussu). Conçu d'abord et avant tout pour combattre le fascisme, il éclata assez rapidement après que celui-ci eût été vaincu, non sans avoir d'abord donné à l'Italie un fameux dirigeant, Ferruccio Parri qui, à la tête du premier gouvernement provisoire du CLN, sut imposer deux décisions cruciales pour ramener son pays sur la voie de la démocratie : 1) référendum 'Monarchie ou République' suivi de 2) élections constituantes.

L'Actionniste le plus connu de nos jours est sans doute le politologue Norberto Bobbio, toujours bon pied bon oeil à 90 ans et des poussières. Primo Levi, Natalia Ginzburg, entre autres, étaient aussi du Parti d'action.


Répondre

De Arca1943, le 13 mai 2006 à 19:34

Notons-le : la fiche du Terroriste atteint maintenant le seuil respectable des 600 visiteurs. À n'en pas douter, 600 hommes et femmes aux nerfs d'acier, prêts à tout pour combattre (avec 63 ans de retard à peine) l'inique et fangeux régime fasciste !

Alors, elle vient, cette sortie DVD du Terroriste, ou je m'énerve ?

Et puis quoi, je m'ennuie d'Anouk Aimée


Répondre

De verdun, le 13 mai 2006 à 19:53
Note du film : 5/6

Oh mais cher Arca, si vous n'avez pas vu Le terroriste, faites-vous expédier la vhs qui est sortie en France.

Et par ailleurs, même si j'ai déjà dit tout le bien que je pensais de ce film, vous risquez de vous ennuyer de Anouk Aimée pendant une heure et demie car on ne la voit qu'à la toute fin.

Entre parenthèses, les italiens avaient déjà de superbes actrices à leur disposition, il fallait en plus qu'ils prennent nos plus belles et talentueuses comédiennes:

Anouk Aimée donc, mais aussi Catherine Deneuve, Dominique Sanda, Isabelle Huppert, Françoise Fabian entre autres…


Répondre

De Arca1943, le 26 novembre 2007 à 23:48

Oh, mais Cinecittà vous en a même volé deux presque au berceau, ou à tout le moins à l'âge tendre : Catherine Spaak et Claudia Cardinale (dont la première langue est le français, contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce pourquoi à ses débuts elle était doublée pour certains rôles par l'excellente Adriana Asti).

Mais revenons à nos moutons, c'est-à-dire au Terroriste, avec Gian Maria Volontè, qui a vaillamment franchi la barre des 1 500 visiteurs. Ah ça alors, quel événement ! On pourrait fêter ça… AVEC UNE RÉÉDITION, non mais !


Répondre

De Nanouille, le 10 mars 2011 à 22:48
Note du film : 4/6

Le Terroriste ressemble plus à un documentaire, assez austère, avec bien plus de dialogues que d'action. Il faut avoir la patience de supporter les discussions interminables du CNL… Venise est ici silencieuse et fantomatique, loin des clichés habituels. Pour moi le film vaut surtout par l'interprétation impeccable de Gian Maria Volonte(dont les scènes les plus intéressantes sont sans doute avec Anouk Aimée), pas encore célèbre.


Répondre

De Arca1943, le 18 février 2015 à 16:09

Eh oui, c'est encore moi. Sur le fil du Procès de Vérone (qui date d'ailleurs de la même année), on trouve l'antienne, le sésame dont je me sers désormais sans vergogne et sans trêve, hurlant à la lune ou presque.

Or donc, avez-vous remarqué que les éditeurs français de DVD n'ont toujours pas édité ce film ANTIFASCISTE ? Hum-hum, je vois, voilà qui m'en dit long sur eux !

Non mais sans blague, il me faut Le Terroriste avec Gian-Maria Volontè.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.030 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter