Forum - Fantômes - Un film qui mérite son édtion en DVD!!!
Accueil
Forum : Fantômes

Sujet : Un film qui mérite son édtion en DVD!!!


De Charmanic, le 4 septembre 2005 à 13:51
Note du film : 6/6

Fantômes de Civeyrac mérite autant que Le doux amour des hommes d'être édité en DVD. Qu'attendent les éditeurs?


Répondre

De Adrian, le 4 septembre 2005 à 14:35
Note du film : 6/6

Oui Fantômes de Civeyrac mérite d'être rééditer en DVD, surtout au moment où son nouveau film A travers la forêt passe au festival de Toronto.


Répondre

De Lietrix, le 4 septembre 2005 à 15:27
Note du film : 6/6

Je soutien votre pétition. Il faut que Fantômes soit édité en DVD.


Répondre

De Khayyam, le 13 septembre 2005 à 00:16
Note du film : 6/6

Pour moi Fantômes était le film le plus abouti, le plus personnel, le plus magnifique de Civeyrac, Jusqu'à aujourd'hui. La diffusion (9 septembre 2005) au festival de Toronto d'À Travers la forêt m'a fait découvrir un film encore plus abouti, travaillé, ciselé. Mais bien évidemment je m'associe aux trois personnes qui ont apporté leurs voix à ce film. Fantômes mérite d'être vu et revu Dina Ferreira, Guillaume Verdier, Emilie Lelouch, y étaient transfigurés par la caméra de Civeyrac.

Khayyam


Répondre

De cedrik, le 14 octobre 2005 à 01:55

Je viens de voir A Travers la forêt de Jean-Paul Civeyrac et j'aimerais beaucoup voir ses autres films. Est ce que vous savez où je pourrais les trouver en DVD?


Répondre

De RdT, le 2 septembre 2006 à 12:38
Note du film : 3/6

Pourquoi Fantômes devait-il être édité en DVD? A cause de son scénario? Il n'y a pas l'esquisse d'une construction et un esprit Cartésien n'y retrouve pas le moindre fil. A cause de la joie qui s'en dégage? L'intrigue et les images sont obscures. Traiter de l'amour entre les êtres consiste pour Civeyrac à traiiter de la mort. «Des êtres disparaissent» entend -t-on sans cesse revenir dans la bouche des acteurs. Comme si c'était une découverte que l'être humain était mortel. Sous la caméra des gens se frôlent, s'esquivent, s'évitent, s'enlacent, s'embrassent ce qui nous vaut de magnifiques instants : une belle danse d' Emmanuelle Huyn une danseuse hors pair. Mais quel dommage que cette séquence soit si courte, quel dommage qu'elle «disparaisse». Mais sans doute était-ce inévitable puisque c'est le sujet du film. La séquence du cours de théâtre avec un professeur à bonnet nous met vaguement mal à l'aise. Les professeurs de théâtre sont-ils vraiment ainsi? Ça ne donne guère envie de prendre des cours. Le film s'éclaire quelques instants avec le surgissement du personnage de Mélanie (lumineuse Odile Grosset-Grange qui fait une (trop) courte apparition dans Le doux amour des hommes). La rencontre de Mélanie et Antoine sur une musique de Purcell, est un des seuls vrais beaux moments de sensualité du film.

Pour le reste on regrette de ne pas comprendre où veut en venir Civeyrac? Veut il dénoncer l'inanité des relations amoureuses singulières? Promouvoir un «amour océanique? Les splendides images de la fin pourraient le laisser supposer.

Pour la danse d'Emmanuelle Huyn, pour le charme d'Odile Grosset-Grange Fantômes mérite toutefois qu'on s'y arrête, on y perçoit l'esquisse de ce qui pourrait être un chef d'oeuvre.


Répondre

De Khayyam, le 13 septembre 2006 à 00:04
Note du film : 6/6

"Pour la danse d'Emmanuelle Huyn, pour le charme d'Odile Grosset-Grange Fantômes mérite toutefois qu'on s'y arrête, on y perçoit l'esquisse de ce qui pourrait être un chef d'oeuvre."

Je suis d'accord avec vous, ces actrices sont charmantes. Mais je ne suis pas d'accord quand vous dites que c'est une 'esquisse de chef d'oeuvre" Et puis il ne faut pas oublier Guillaume Verdier qui est aussi très bien.

Fantômes est pour moi un des films les plus réussis de Civeyrac, là où il montre le mieux l'originalité de son oeuvre.


Répondre

De vincentp, le 1er décembre 2007 à 17:31
Note du film : 3/6

Tiens, à l'issue de la projection de La poison, j'ai vu aujourd'hui que le film Fantômes du célèbre professeur Civeyrac, figure emblématique du forum de dvdtoile, sera projeté dans le cadre du ciné-club Jean Douchet (Douchet est un des grands pontes de la critique cinéphilique française), à la Cinémathèque française le lundi 4 février 2008, à 19h30, en salle Georges Franju. Ou peut-être dans la salle Claude-Jean Philippe (450 places), en cas d'affluence massive.

Nul doute que les nombreux admirateurs du professeur Civeyrac ne manqueront pas de rappeler cet événement sur ce forum.

Cette nouvelle signifie aussi qu'il s'agit d'un film intéressant (Douchet ne se trompe que très rarement dans ses choix, proposant généralement des films artistiquement très réussis et sortant souvent de l'ordinaire).

Ceci me met la puce à l'oreille. Je vais sortir de ce pas le dvd de l'admirable coffret "Interstices" publié par Blaq out. J'espère retrouver dans cet opus du célèbre professeur toutes les qualités artistiques découvertes dans A travers la forêt : les formes arrondies des femmes sont magnifiées par une caméra amoureuse, laquelle développe des spirales sensuelles étourdissantes. Ces formes sont portées par des couleurs chaudes ainsi que par des sons qui vous titillent les cellules grises, produisant le même effet que l'écoute d'un concert philarmonique.

Jean-Paul Civeyrac est sans nul doute le créateur d'un nouveau langage cinématographique, extrêmement moderne, très novateur, et de grande qualité, et j'espère qu'il pourra me dédicacer un de ces prochains jours l'intégralité de son oeuvre.


Répondre

De vincentp, le 1er décembre 2007 à 22:07
Note du film : 3/6

C'est ce film qui contient la fameuse séquence de la fille à la baignoire, qui a fait l'objet de grands commentaires sur ce forum. Rappelons le sujet : une belle naïade rentre en tenue d'êve dans une baignoire plus se savonne langoureusement, avec sans doute pour objectif de sentir bon et de plaire au grand critique vincentp.

Trêve de plaisanterie. Le forum de dvdtoile n'est pas un espace de polémique, mais d'analyse et d'études ! Le professeur Civeyrac n'a pas son pareil pour filmer les femmes, et ce film le prouve ! Contre-plongée sur des petits seins pointus, ou plongées sur des seins charnus, l'anatomie féminine, toute en rondeur est explorée -de manière pudique- par le célèbre professeur, et en détail. Oui, la femme est un animal magnifique, semble-t-il nous dire, en tournoyant avec son objectif, autour de ces belles fleurs, comme une abeille s'en va butiner son nectar. C'est ainsi que nous découvrons ce que Gustave Courbet a représenté dans son célèbre tableau :"l'origine du monde" !

Les corps expriment des émotions, des pulsions, et créent une poésie cosmique, en phase avec le vent, le soleil, les nuages, la lune. La fin du film est visuellement magnifique (mais aussi nombre de scènes avec les jeunes filles dénudées).

Néanmoins, ce long-métrage souffre de quelques défauts : les personnages masculins sont un peu falots, l'intrigue n'est pas très claire (c'est un euphémisme), les séquences sont parfois mal assemblées les unes aux autres (et d'un intérêt inégal), et les dialogues un peu pauvrets. Dommage ! Ah, si j'étais le manager du professeur Civeyrac !

Fantomes mérite néanmoins d'être vu, car il est très original, et il contient de plus tous les éléments, qui bien assemblés semble-t-il depuis à travers la forêt, devraient permettre au célèbre professeur de trouver à l'avenir une audience au-delà du cénacle de la Cinémathèque française.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.021 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter