Forum - Tenue de soirée - A propos de tenue de soirée
Accueil
Forum : Tenue de soirée

Sujet : A propos de tenue de soirée


De jowal, le 26 août 2005 à 23:30
Note du film : 6/6

Il serait urgent de penser à rééditer tenue de soirée.

Une sorte de "les valseuses" en plus moderne. j'ai rarement vu des dialogues aussi fort qui s'enchainent, non vraiment il faut le rééditer car il n'existe plus, même dans les videoclubs, il est tout simplement introuvable.

A voir sans aucune hésitation…


Répondre

De claud, le 19 mai 2006 à 19:49
Note du film : 6/6

Oui probablement le meilleur ou l'un des meilleurs films de Bertrand Blier.

A redécouvrir d'urgence. Il faudrait le rééditer au plus vite.


Répondre

De Freddie D., le 18 novembre 2008 à 12:47
Note du film : 3/6

Revu par hasard à la TV, Tenue de soirée m'a surpris par sa froideur, son côté mécanique, l'enchaînement forcené de bons mots, de vacheries audiardiennes, de blagues scato. Tout y est arbitraire, théâtral, pas même vulgaire, juste épate-bourgeois, à l'image de la séquence avec Marielle et Caroline Sihol. Curieux film, dont certaines situations se confondent avec Buffet froid ou Notre histoire jusqu'à sentir le radotage. J'espère que des admirateurs de Blier vont m'expliquer ce qui leur a tant plu là-dedans.


Répondre

De Torgnole, le 18 novembre 2008 à 13:11

Je pense n'étonner personne en affirmant aimer la plupart des films de Bertrand Blier et celui ci ne déroge pas à la règle. Qu'est-ce qui plait dans ce film? Difficile de l'expliquer à quelqu'un qui semble apprécier moyennement les oeuvres de l'auteur…

J'adore Les Valseuses et Buffet Froid qui sont à mes yeux des petites merveilles de vulgarité poétique, mais comme Préparez Vos Mouchoirs, je placerai Tenue De Soirée un cran en dessous, le spectacle reste tout de même plaisant, les dialogues tranchants et les situations cocasses permettent de pourfendre les tabous avec une certaine grâce (si si).

Toute contrainte d'idée, de préjugé, semble abolie, un vent de liberté souffle sur les films de Blier et dans Tenue De Soirée, les destins se retournent allègrement avec aisance et drôlerie, la valeur attribuée aux individus est complètement bouleversée par un non-respect jouissif des conventions. Grâce à la verve de Blier, collant à la gouaille des acteurs, tout semble naturellement possible.

Alors si tenue de soirée n'ajoute pas forcémment de nouveauté, ni de surprise dans l'oeuvre de Blier, il en reste un morceau choisi fidèle à son style unique et donc divertissant pour tout admirateur qui se respecte.


Répondre

De Lagardère, le 18 novembre 2008 à 13:12
Note du film : 3/6

je ne suis pas un admirateur du salace Bertrand Blier et de ses oeuvres hystéricos-pornos-débiles, et de plus comme vous le soulignez, répétitives. Mais pour moi, Tenue de soirée restera à jamais comme la plus grande performance d'acteur du trés grand et trop mal employé Michel blanc ! Je crois me souvenir qu'il fut césarisé pour ce rôle (ce qui par ailleurs n'a aucune importance ! ) mais si récompense fut méritée un jour, c'est bien celle là ! Michel Blanc domine ce film d'un bout à l'autre, balaye Depardieu, efface la tiède et mièvre Miou-Miou et je suis sur que son clin d'oeil, à la fin du film , n'est pas que simple jeu de comédien…


Répondre

De Freddie D., le 18 novembre 2008 à 13:47
Note du film : 3/6

Les goûts et les couleurs…

J'entends ces arguments, je les comprends même, et j'aimerais y adhérer, mais à chaque fois que je vois un film du monsieur, c'est la même chose : dix minutes d'étonnement, d'espoir, d'admiration, parfois. Et puis l'ennui, les mêmes clous enfoncés encore et encore, les mots d'auteurs jusqu'à plus soif. Pas grave, je réessaierai une prochaine fois.


Répondre

De Torgnole, le 18 novembre 2008 à 13:57

Bof, sans avoir vu toute la filmographie de l'auteur, j'avoue avoir été déçu par Les Cotelettes et je n'ai toujours pas vu Combien tu m'aimes. Ce qui est dommage avec Blier, c'est que ses films sont inégaux dans le développement, à part Les Valseuses et Buffet Froid qui ont le mérite d'être bien fournis et rythmés, on constate plusieurs essoufflements dans les autres films, ça décolle souvent bien puis ça s'embourbe et s'étale comme du beurre sur une tartine trop grande (pour reprendre l'expression de Bilbo).

Cela colle peut-être à l'image de l'ensemble de la carrière de l'artiste, la fin des côtelettes par exemple est un gros n'importe quoi plutôt agaçant, comme ci Blier voulait amortir sa prise de risque en la noyant dans un délire d'auteur informe, une sorte de concession involontaire en somme… Mais il faut savoir saisir les pépites où elles sont et l'originalité d'un style fait plaisir à voir, qu'il soit plus ou moins maîtrisé, surtout quand il ressort de la majorité des films tristement formatés.


Répondre

De kfigaro, le 18 novembre 2008 à 15:10

Il s'agit d'un des meilleurs Blier avec "Buffet froid", le méconnu "Beau père" et l'inquiétant "Notre histoire".

Son cinéma n'a rien de "porno" (pour reprendre un terme d'un commentateur précédent) mais lorgne plutôt du côté du théâtre de l'absurde revu et corrigé avec une verve audiardienne. Là encore (et comme pour Mocky ainsi que d'autres cinéastes iconoclastes et atypiques), il ne faut surtout pas y chercher un cinéma "orthodoxe", son style n'a rien de "canonique".


Répondre

De PM Jarriq, le 18 novembre 2008 à 15:28

Je crois que personne n'a recherché d'orthodoxie chez Blier. Au contraire. Mais plutôt une rigueur, une logique dans l'absurde, qu'il a souvent tendance à perdre en route, au profit d'un laisser-aller en roue libre. L'idée de départ – comme chez Mocky, d'ailleurs – est souvent plus intéressante que le produit fini.


Répondre

De Torgnole, le 18 novembre 2008 à 15:52

La descente en roue libre ne me dérange pas à condition qu'elle soit inspirée, Blier arrive effectivement à atteindre une certaine logique, une critique, dans son absurdité, la comparaison avec L'écume des jours de Boris Vian serait maladroite mais traduirait d'une certaine manière ce que je peux ressentir en voyant un film de Blier, notamment pour Buffet Froid

Comme le dit Kfigaro, l'influence du théâtre est flagrante, l'idée de départ n'est souvent qu'un pretexte pour donner lieu à des rencontres, des dialogues, des scènes jouant avec le surréalisme… Mais l'inspiration manque clairement à certaines séquences indispensables quand à l'intrigue mais dispensables quand à leur valeur intrinsèques (ou l'inverse), et cette inégalité se ressent sur la totalité de la broderie.

Il doit être difficile pour Blier de retranscrire sa mise en scène théâtrale dans le format du long métrage et cette maladresse se ressent souvent lors de la vision ou revision de ses films alors valables juste pour les passages qui fonctionnent mais pas dans leur ensemble.


Répondre

De Impétueux, le 18 novembre 2008 à 18:09

Et que pensent nos amis Blierophiles de l'extravagant Calmos si extraordinairement outrancier que ça en devient presque intéressant ?


Répondre

De Torgnole, le 18 novembre 2008 à 18:18

Et bien, j'ai dit que je n'avais pas vu toute la filmographie de Blier, ce Calmos fait hélas partie de mes lacunes au même titre que Merci la vie et quelques autre qui mériteraient surement viison ou revision.

J'avais commencé regarder Calmos, il y a de cela un moment déjà, puis j'ai du abandonner en route car la chose, à mon souvenir, était difficilement regardable, mais cette discussion me donne envie de retenter l'experience, alors si je retrouve la VHS parmi la multitude de film en train de prendre la poussière dans mon vieux placard, d'autant plus qu'il faut que je vérifie toutes les cassettes car Calmos est enregistré à la suite d'un autre film mais je ne sais plus lequel, disons que je retrouve la cassette, il faut aussi que je rebranche le magnéto et si le vieil engin fonctionne, je déposerais un commentaire sur le topic du film en question…Pfou!


Répondre

De fretyl, le 18 novembre 2008 à 18:40
Note du film : 3/6

Blier est un magnifique auteur et certainement l'un des seuls vrais provocateurs dans le métier. J'aime moins cette Tenue de soirée sans véritable relief dont les situations assez facile frôle parfois le grotesque, c'est en fait à ce moment là que Blier commençait vraiment à baisser.
Suivront à cette baisse Merci la vie, Mon homme, Les acteurs pour en arrivé au Côtelettes !

Dans cette série de films moyens j'ai souvenir d'un film extrêmement poétique, assez méconnu et superbement interprété par Marcello Mastroïanni en fin de vie Un, deux, trois, soleil.


Répondre

De kfigaro, le 18 novembre 2008 à 19:01

Un, deux, trois, soleil constitue effectivement un vrai petit chef-d'œuvre méconnu (j'ai omis d'en parler), il était effectivement bien plus réussi que le tristounet Mon homme


Répondre

De Torgnole, le 18 novembre 2008 à 22:20

Un, deux, trois, soleil? Vaguement aperçu il y a plus de 10 ans lors d'une diffusion sur Canal+ sans savoir que c'était de Blier, mais j'ai le souvenir de ne pas avoir accroché, d'ailleurs, je n'ai aucun souvenir d'un quelconque détail du film, de quoi ça parle?… Encore une découverte en perspective… Aïe! J'ai l'impression qu'il n'existe pas de Dvd en zone 2… Il va donc falloir voter… Bon, allons d'abord à la recherche du fameux Calmos


Répondre

De kfigaro, le 19 novembre 2008 à 09:41

Grosso modo, ça raconte l'histoire d'une jeune femme (la propre épouse du cinéaste) dans une banlieue un peu sordide entre un père alcoolique (Mastroianni) et une mère paumée. Le film dégage un charme poétique qu'on ne retrouve pas dans le non moins sinistre "Mon homme". Il faudra que je le revois, je ne l'ai vu qu'une seule fois.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0056 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter