Forum - L'Ultime razzia - Critique
Accueil
Forum : L'Ultime razzia

Sujet : Critique


De dumbledore

Il est de bon ton de dire que tout ce qu'a pu faire Kubrick est forcément génial, forcément parfait, forcément « incritiquable ». Dire du mal ou même simplement s'interroger sur un de ses films devient vite un acte interdit.

Pourtant il serait bon de ne pas sombrer dans l'absolutisme que Kubrick incarne bien malgré lui.

Ses premiers films ne sont pas parfaits. Loin de là. Ils n'en restent pas moins passionnants, car on y voit en filigrane son style naissant, sa thématique émergante.

Ainsi L'Ultime razzia est un polar classique riche de ses défauts. On y trouve une narration avec une voix-off et des flashes-back qui disparaissaient peu à peu et qui ne manquent pourtant pas, si bien qu'on peut s'interroger sur leur utilité. Cette narration est axée sur plusieurs personnages, chacun ayant sa personnalité et ses problèmes. On retrouve surtout une mise en scène en recherche, celle des grands angles, très peu découpée, avec l'utilisation des contre-plongées. Seulement, cette mise en scène est artificielle, et ces travellings latéraux en contre-plongée, loins de permettre d'entrer dans le film, mettent trop en évidence les décors de studios (ah, les passages des faux murs !). Quant à la lumière, elle est trop constrastée, trop « noire » avec une absence quasi-totale de gamme de gris.

Mais surtout, ce qui est un peu décevant, ce sont les thèmes du film, la « vision » que propose le film. On y retrouve rien d'original, on y retrouve même que des clichés, de la femme vamp (qui détruit le monde harmonieux-homosexuel des mecs qui font un coup entre eux) à la niaise mais dévouée copine, etc, etc. Quant au final, c'est le destin qui vient instaurer la morale : le voleur ne peut pas partir avec l'argent.

On est finalement loin des films plus « en marge » que l'on peut trouver par exemple chez des artistes comme Siodmak, Fuller ou bien Aldrich.


Répondre

De verdun, le 15 février 2005 à 20:38
Note du film : 6/6

Pas du tout d'accord avec l'avis précédent : un polar parfait et désabusé absolument implacable et inoubliable qui dépasse sur tous les plans (scénario, rythme et mise en scène) son illustre modèle : "quand la ville dort".


Répondre

De Impétueux, le 15 février 2005 à 21:30
Note du film : 5/6

Allons, allons, Dumbledore, je vous trouve bien sévère !

Si ce n'était pas un Kubrick, vous vous seriez laissé prendre au jeu, non ?

Et les liasses de billets qui s'envolent ce sont celles qui émergent de la piscine, dans Mélodie en sous-sol et sûrement dans des tas d'autres fins morales… C'était une des lois du genre avant qu'on ne trouve très courageux et très original de célébrer le triomphe du malfrat…Il y a sûrement des tas d'autres exemples…


Répondre

De dumbledore, le 15 février 2005 à 21:33

Alors, j'avoue que sans avoir été de mauvaise foi dans cette chronique, j'ai bien pu être un peu sévère. Oui. Sans doute une réaction face à la déification dont fut l'objet Kubrick.

Je concède que les premiers films de Kubrick (le Sentiers et l'Ultime Razzia) mériterait que j'ai les revisionne…

Même si le film de Huston me semble indépassé.


Répondre

De Citizen Dave, le 23 août 2006 à 23:33
Note du film : 6/6

Moi j'aime bien L'Ultime razzia. C'est le premier grand film de Kubrick, car Le Baiser du tueur me paraît bien, mais sans être non plus complètement vertigineux. L'Ultime razzia est un film vertigineux. Puis, j'iame bien ces fins où le personnage est puni pour son crime. C'est cent mille fois mieux que le malfrat triomphant, sans parler de la décontraction imbécile des héros des films actuels, où le héros a la fatuité du spectateur intellofriqué dans son fauteuil.

Dans les années cinquante, c'était un régal cinéphilique que cette dramaturgie hellénisante qu'apportait la touche de morale de plomb implacable. C'est toujours fort ces images finales, celles des policiers à la fin de L'ultime razzia, celle du bunker dévorant à la fin de L'Enfer est pour les héros, celle de Steve McQueen dans le panier à salades dans Hold up en 120 secondes, film où le héros s'est laissé prendre dans un engrenage par sa mauvaise foi et paie pour cette mauvaise foi ("je ne fais rien de mal, je ne fais que codnuire une voiture"). J'aime bien ce genre de films, ce genre de fin.


Répondre

De cormega, le 24 août 2006 à 01:50
Note du film : 5/6

Je ne me lasse pas de voir ce film. Certes, moins attachant que Quand La Ville Dort, chefd'-oeuvre absolu du film de gangster; frappant par sa modestie et sa monchalance. Tout de même l'ultime razzia nous offre des grands moments de cinéma; l'emprise du film est totale et continue. Je considère que ce film est une belle démonstration cinématographique pour ceux qui voudraient se lancer dans la découverte des films de cette époque si "bénie" par la plupart d'entre nous. Je l'ai présenté à quelques amis non cinéphiles, et je puis vous dire que cela fait mouche à chaque coup.


Répondre

De droudrou, le 17 septembre 2008 à 08:26
Note du film : 5/6

Je viens de revoir ce film que j'avais vu… il y a un certain temps !

Ce que j'aime beaucoup, c'est cette entrée en matière, cette présentation des personnages de la même façon que, jouant aux échecs, on sortirait une à une les pièces pour les déposer sur l'échiquier sauf que la partie va se jouer d'un seul côté.

Certes, techniquement, aujourd'hui, certaines scènes auraient une autre forme mais ce Kubrick, quand même, quelle classe !


Répondre

De PM Jarriq, le 17 septembre 2008 à 08:53
Note du film : 5/6

Ce qui frappe aussi dans Ultime razzia, c'est la galerie de portraits. Autant les héros kubrickiens se sont peu à peu déshumanisés, pour se réduire à des archétypes glacés, autant le pleutre Elisha Cook, le maniaque Timothy Carey, le colosse aux pieds d'argile Hayden, et tous les autres, étaient-ils terriblement faillibles, donc humains. Et c'est bien cette humanité qui sera le grain de sable de la machinerie bien huilée du hold-up… Comme dans Asphalt jungle d'ailleurs, auquel le film fait toujours irrémédiablement penser.


Répondre

De Impétueux, le 14 février 2011 à 18:30
Note du film : 5/6

On a déjà beaucoup glosé sur ce film où la patte du réalisateur est encore un peu incertaine, bien qu'on y trouve des partis-pris heureux et parfaitement assumés, mais de toute façon on ne perd jamais son temps à regarder un Kubrick, même si on l'a déjà vu plusieurs fois.

Au delà de l'anecdote et du montage habile du holdup, aussi complexe et minuté que ceux de tous les films du genre (du Rififi chez les hommes au Cercle rouge, en passant par Mélodie en sous-sol ou Topkapi, la palette est variée !), au delà de son habileté horlogère, il y a une originalité dans la façon de conter qui, d'emblée, annonce la maîtrise absolue des années qui vont suivre.

Et c'est bien de constater que la voix off de Dr. Folamour et de Barry Lyndon du narrateur omniscient et distant est déjà là : les personnages, si typés qu'ils sont, et si individualisés, ne sont tout de même que des jouets aux mains du Destin ; c'est bien de voir l'enchaînement millimétré de leurs rôles, alors que repasse en boucle l'appel du speaker au départ de la septième course et la mise en place des chevaux ; c'est bien, aussi, de voir que le puritanisme de Kubrick est déjà sensible, la machinerie subtile du casse étant déglinguée par la seule veulerie de Sherry Peatty (Marie Windsor).

Quelles imperfections, en sus de la fin, un peu trop convenue, dans l'envol (esthétiquement très réussie) du nuage de dollars ? (mais il est vrai que Mélodie en sous-sol, pourtant postérieur de six ans que j'avais vu avant L'ultime razzia, m'a d'une certaine façon vendu la mèche ? Peut-être une propension assez facile à faire que toute balle tue et que, lors de l'irruption de l'amant de Sherry et de son acolyte dans le repaire anxieux des complices, tout le monde se massacre en trois coups de cuillère à pot, à la seule exception de George Elisha Cook Jr. (blessé seulement !) qui va alors, d'un pas balbutiant, dézinguer sa femme infidèle.

Bon. Cela dit, on ne s'ennuie pas une seconde. Kubrick est (déjà) grand !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.14 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter