Forum - Mado - Avis
Accueil
Forum : Mado

Sujet : Avis


De David-H, le 20 août 2005 à 14:20
Note du film : 4/6

Avec un casting peut-être encore plus impressionnant dans son ensemble que pour ses quatre précédents films, Claude Sautet n'obtint pas avec « Mado » un succès public semblable, ce qui peut paraître quelque peu injustifié avec plus de recul, tant il apparaît proche des autres. Certes, retrouver en tête d'affiche une quasi-inconnue, l'Italienne Ottavia Piccolo, 27 ans, (face à…Piccoli d'ailleurs) et utiliser cette fois Romy Schneider dans un petit rôle a quelque chose d'étonnant. Mais l'application de la formule si personnelle de Claude Sautet fonctionne toujours à merveille, à se demander si sa faible notoriété ne serait pas simplement due à une sortie mal datée ou tout simplement à un léger essoufflement temporaire des spectateurs. Ceux-ci, de toute façon, reviendront en masse deux ans plus tard avec « Une histoire simple ». En tout cas, « Mado », grâce à l'authenticité de ses personnages et ses nouvelles scènes de groupes semble avoir bien vieilli, du moins si l'on préfère s'attarder à la psychologie « Sautetienne » …plutôt qu'aux automobiles et aux costumes, et si peut-être, pour lui trouver une faille, quelques longueurs apparaissent, il mérite toute son attention, d'autant que le film fut l'un des premiers à parler ouvertement de période de crise – nous sommes pourtant déjà en 1976 –, la petite touche politique habituelle du réalisateur apparaissant ainsi, c'est l'un des excellents bonus du DVD qui le mentionne …


Répondre

De PM Jarriq, le 20 août 2005 à 14:28
Note du film : 5/6

Curieusement, alors que je le considérais comme un Sautet mineur, loin de César et Rosalie ou Vincent, François…, à la revision, Mado m'a semblé le plus profond, le plus intense et le plus lucide de la filmo du réalisateur. Ici, pas de personnage haut en couleur à la Montand, pas de femme fantasmée à la Romy, mais des êtres humains fragiles, incertains, parfois médiocres, mais toujours bouleversants. A se demander si l'opinion qu'on a des films de Sautet n'évoluerait pas avec l'âge…


Répondre

De Impétueux, le 20 août 2005 à 21:14
Note du film : 4/6

Eh bien votre message mesuré et argumenté me donne envie de revisiter ce Sautet que je tenais pour le plus faible de la série ! J'ai remarqué que nos approches et nos goûts coîncidaient assez souvent pour que je prenne ce bien minime risque !


Répondre

De David-H, le 21 août 2005 à 00:00
Note du film : 4/6

De toute façon, même si ce Sautet vous apparaissait toujours moins bon, il devrait rester bien meilleur à une grosse partie de films actuels, je pense…

Et à mon jeune âge, je m'empresse de faire connaître au mieux Sautet auprès de mes proches, avec un certain succès, même s'il est triste de constater combien, au préalable, il est méconnu pour la plupart d'entr'eux…

Quoiqu'il en soit, je recommande à tous ce coffret Sautet, même s'il ne comprend que 6 films (voir sur ce site). Et de grâce, méfiez-vous du prix, qui, en Belgique oscille entre 69 et 105(!) euros…


Répondre

De Impétueux, le 30 mars 2006 à 17:35
Note du film : 4/6

Je suis bien de votre avis : même un Sautet de seconde importance vaut mieux que la plupart des nouilleries actuelles !

Ce que, naturellement, je voulais dire, c'est qu'après l'impeccable tétralogie qui va des Choses de la vie à Vincent, François, Mado m'était apparue très en retrait, comme je crois, à tous ceux qui ont vu ces films à leur sortie.

Bravo en tout cas pour votre prosélytisme ! Mes enfants (26 et 20 ans) en font autant avec leurs copains !


Répondre

De Impétueux, le 5 avril 2007 à 17:52
Note du film : 4/6

Après nouvelle vision, je révise en hausse ma note et je me rapproche de l'opinion de David-Hainaut, sans toutefois atteindre l'appréciation plus élogieuse encore de PM Jarriq.

C'est vrai, on trouve dans Mado tout ce qu'on aime chez Sautet : des histoires construites, véridiques, profondes, faisant la plus petite part à l'anecdote, une façon de filmer plurielle qui sait s'attacher à tous les personnages, qui dessine au burin toutes les silhouettes, même celles des troisièmes ou quatrièmes rôles, les habituelles ambiances de bistrots et de pluie, toujours si réussies, une distribution formidable ; et c'est vrai aussi que dans Mado, on trouve à peu près toutes les physionomies des Années Soixante-Dix, de Julien Guiomar à Michel Aumont, de Jean Bouise à André Falcon

Il y a des scènes sensationnelles, notamment la pure merveille de l'embourbement des voitures dans un paysage de chantier noyé sous les cataractes ; il y a une dénonciation intelligente des magouilles immobilières qui ont été un des fleurons de ces années-là ; il y a un Piccoli excellent et un Jean-Paul Moulinot (dans le rôle de son père) absolument étonnant…

Mais je trouve que le film pèche tout de même par deux aspects : la complication un peu trop accentuée de l'intrigue et surtout les rôles féminins ; je ne crois pas qu'il ait été une très bonne idée de donner un petit rôle assez énigmatique à Romy Schneider : il y a une sorte de redondance/résonance avec Les choses de la vie (comme si l'accident n'avait pas eu lieu ou si Pierre s'en était sorti ; et pour ajouter à la confusion, dans les deux films Romy Schneider s'appelle à chaque fois Hélène) ; et puis je n'accroche pas du tout au personnage de Mado, joué sans guère de nuances par Ottavia Piccolo, pourtant plutôt douée pour interpréter les mutiques (comme dans La veuve Couderc)

Cela étant, c'est tout de même un très bon film ; mais peut-il y avoir un Sautet mauvais ? (je mets naturellement à part le Bonjour sourire purement alimentaire des débuts…)


Répondre

De PM Jarriq, le 5 avril 2007 à 19:03
Note du film : 5/6

Avez-vous revu la version d'origine, ou celle remontée tardivement par Sautet, peu avant sa mort et que, personnellement je me refuse à voir ?


Répondre

De Impétueux, le 5 avril 2007 à 23:29
Note du film : 4/6

Je suis incapable de vous dire ça : j'ai le DVD Opening de la série Les films de ma vie…Est-ce l'une ou l'autre version ? Et qu'a donc celle que vous vous refusez de regarder ?


Répondre

De PM Jarriq, le 6 avril 2007 à 08:40
Note du film : 5/6

Un an avant sa mort donc, Sautet a remonté quelques uns de ses films, dont Mado et César et Rosalie (plus légèrement). La nouvelle version est bien plus courte, l'ordre des séquences a été radicalement modifié, le rythme remis au goût du jour, comme l'avait déclaré le réalisateur dans diverses interviews. J'imagine que Sautet a fait un travail correct, en retouchant son oeuvre, mais c'est le principe qui me dérange énormément : un film est ancré dans son époque, avec qualités et défauts, c'est ce qui en fait aussi un témoin de son temps. On ne va pas se mettre à retripatouiller 2001, parce qu'aujourd'hui il faudrait que ça aille plus vite ! Si encore les deux versions des films subsistaient, pourquoi pas ? Après tout, on n'est pas obligés d'acheter… Le problème est qu'avec les années, c'est la version la plus récente qui prend la place de l'originelle (on l'a vu pour Blade runner ou Apocalypse now). Il est possible que Mado nouvelle version soit plus nerveux et efficace, mais ce n'est pas le film qu'avait voulu le Claude Sautet des années 70.


Répondre

De verdun, le 30 septembre 2007 à 18:28
Note du film : 4/6

Un beau Sautet, celà va de soi, mais ce n'est pas son film le plus accessible.

Il est ici question d'affaires immobilières relativement complexes et embrouillées, que doit déjouer le promoteur Simon Léotard, incarné par un Michel Piccoli toujours juste. On peut trouver celà passionnant comme on peut trouver celà barbant. Mais l'auteur n'oublie guère de croquer ces portraits de groupes issus de différentes classes sociales, qui l'ont rendu si célèbre…

Autre facteur déconcertant, c'est,hormis justement le personnage joué par Piccoli, un casting étrange. Mado, personnage qui donne son titre,est jouée par la peu connue Ottavia Piccolo, qui malgré ses mérites n'égale pas l'émotion de Romy Schneider, ce qui est, il faut le dire, une tâche peu aisée. D'ailleurs Romy a le droit à un curieux rôle secondaire, sanctionné par un césar du second rôle malgré son faible temps de présence à l'écran. Jacques Dutronc m'a semblé un peu effacé, par rapport à ses prestations de l'époque. Bernard Fresson apparaît bien trop brièvement, ce qui est dommage.

Mado est loin d'être une oeuvre aussi évidente que le sont César et Rosalie par exemple. Sa magie est souterraine, elle ne se révèle vraiment que sur la fin, lors des dernières images mélancoliques très bien soulignées par une musique elle aussi plus secrète de Philippe Sarde.

Par conséquent si cette découverte m'a révélé un ton plus austère qu'à l'accoutumée , une certaine lenteur même si le film durait 15 minutes de plus à l'origine, Mado reste au-dessus de la moyenne de la production contemporaine du cinéma français et le revoir me sera très vraisemblablement profitable..


Répondre

De Arca1943, le 30 septembre 2007 à 19:03

« Bernard Fresson apparaît bien trop brièvement, ce qui est dommage. » Oui, tout comme ma compatriote Denise Filiatraut, d'ailleurs.

Quant à dire qu'Ottavia Piccolo est une inconnue, parlez pour vous !


Répondre

De Impétueux, le 30 septembre 2007 à 19:04
Note du film : 4/6

Vous êtes donc bien d'accord avec nous tous, ce qui n'est d'ailleurs pas étonnant…

Ah là là, quand un film aux trois quarts réussi pouvait être de ce superbe niveau, le cinéma français était vraiment enviable…

Cela dit, j'ai revu hier soir Vincent, François, , qui est, à mes yeux, le meilleur de tous les Sautet ; c'est peut-être la dixième fois que je le regarde, et j'y trouve à chaque fois une justesse de ton époustouflante…


Répondre

De verdun, le 30 septembre 2007 à 19:25
Note du film : 4/6

A Arca: oui j'exagère sans doute quelque peu en qualifiant d'inconnue Ottavia Piccolo. Mais accordez-moi quand même qu'elle ne joue pas dans la même catégorie que Romy Schneider, la plus belle et la plus talentueuse actrice de son temps..

A Impétueux: Vous me donnez drôlement envie de découvrir Vincent, François que je n'ai jamais vu à ma grande honte, mais j'étais loin d'être né à sa sortie et ce n'est qu'aujourd'hui que je peux pleinement jouir de ce type de film "adulte"…. Pour Mado, c'était aussi ma première….


Répondre

De PM Jarriq, le 30 septembre 2007 à 19:32
Note du film : 5/6

Ottavia Piccolo est surtout connue comme actrice de théâtre à Milan (au… Piccolo teatro !), et elle a davantage fait carrière à l'écran en France que dans son pays. Elle était particulièrement touchante en simplette sensuelle dans La veuve Couderc, aux côtés de Delon, avec qui elle a également tourné Le guépard et Zorro.


Répondre

De vincentp, le 20 mars 2010 à 11:01
Note du film : Chef-d'Oeuvre

J'ai pour ma part énormément apprécié ce film de Claude Sautet, aux qualités innombrables de fond et de forme. Je ne m'attendais pas du tout à accrocher à ce point à ce film en apparence mineur de son auteur (mais peut-être un de ceux qui a le mieux vieilli). Parfois, on est en phase avec une oeuvre artistique, pour des raisons mystérieuses, et en voici une illustration.

Les rapports sociaux et humains de toute une époque (et au-delà) y sont à mon sens admirablement abordés, et décrits. Le scénario, très riche en thèmes et en idées, me semble tout simplement prodigieux, mais toutes les autres composantes (la photo, et aussi la partie sonore, par exemple) de très grande qualité. J'ai été sensible au caractère complexe du personnage interprété -magistralement-par Piccoli (mélange étonnant de réalisme et d'idéalisme, d'individualisme et de sens collectif). Mado m'a semblé le plus profond, le plus intense et le plus lucide de la filmo du réalisateur. Ici, pas de personnage haut en couleur à la Montand, pas de femme fantasmée à la Romy, mais des êtres humains fragiles, incertains, parfois médiocres, mais toujours bouleversants. Tout à fait d'accord avec cet avis exprimé par PM Jarriq.

Mais j'ai apprécié également énormément cette façon d'aborder des choses importantes (comme les relations entre la culture et la nature) par le biais de gestes et paroles très ordinaires accomplis par les personnages (par exemple, la visite collective d'une ferme abandonnée). Ai été sensible aussi aux très nombreuses séquences ou les pensées s'expriment simplement sur des visages, de façon muette, mettant à contribution notre propre imaginaire. Aux subtiles, complexes mais toujours justes et crédibles interactions nouées entre des individus provenant d'horizons sociaux et professionnels différents. A ce sujet parmi les séquences marquantes, il y a la visite de la petite troupe chez Barachet (rendu admirable d'attitudes psychologiques individuelles et de groupe -trois individus très différents forment une équipe complémentaire et performante- par une occupation parfaite de l'espace par ces personnages, et par le montage des images qui donne une importance égale à chacun).

A mon sens, un des très grands films français des années 70, qui montre de façon admirable -et intemporelle- comment il est possible de transgresser les clivages sociaux éternels pour mettre en œuvre les principes fondateurs de la République française ("liberté, égalité, fraternité").

J'ajouterais que en peu de scènes, Jacques Dutronc montre l'étendue de son registre de comédien (il est bien dirigé par Sautet, bien sûr). Il y a -et c'est un avis totalement subjectif- un côté fulgurant dans son interprétation d'un second rôle. Mais tous les autres acteurs -et actrices- (de Bouise à Guyomar) sont également formidables.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.039 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter