Forum - Espion, lève-toi - Critique
Accueil
Forum : Espion, lève-toi

Sujet : Critique


De dumbledore

Espion, lève-toi est sans conteste un des grands films français policiers/espionnages des années 70, début 80. On retrouve un casting impressionnant avec Lino Ventura, Michel Piccoli, Bruno Cremer et Bernard Fresson. Derrière la caméra, on retrouve Yves Boisset à l'époque où il faisait encore du cinéma et des films engagés et non plus de la télé et des films consensuels. A la musique, Ennio Morricone au meilleur de sa forme et aux dialogues Michel Audiard qui pour une fois n'en fait pas trop. Pas de mots d'auteur, juste un dialogue efficace pour faire avancer l'action et lui donner la simplicité nécessaire. Bref que du beau monde donc pour un film populaire comme on savait en faire dans les années 70.

Le film n'a pas trop vieilli. Certes le contexte historique de la bande à Bader est on ne peut plus dépassé, mais la mise en scène et la construction de l'histoire permet de garder une certaine fraicheur. Le travail sur le personnage de Lino Ventura est remarquable. Il est construit toujours en réaction. Il ne fait que répondre, que réagir. Jamais il ne prend les devants jusqu'à la mort de sa femme où il casse avec sa fonction pour se libérer. Mais cette liberté est synonyme de suicide et d'une manipulation encore plus perfide dont il ignore tout. Cela donne une fin très dur, très pessimiste… et très intéressante.


Répondre

De jipi, le 11 mars 2007 à 11:55

Tourné pendant l'état de siège en Pologne "Espion lève toi" permit à Krystyna Janda de venir s'oxigéner en France loin des tourments et surtout de continuer son métier.

Danton d'Andrzej Wajda avec Gérard Depardieu fut tourné à la même époque avec un 50/50. Une moitié de comédiens Français du coté de Danton, l'autre moitié du coté de Robespierre


Répondre

De PM Jarriq, le 14 mars 2007 à 20:50
Note du film : 3/6

Dans la lignée des héros "venturiens" traqués et broyés par le système, de Cadavres exquis à La 7ème cible, en passant par Le silencieux, et Un papillon sur l'épaule, le film de Boisset ne fait pas partie des plus belles réussites, mais il se laisse revoir avec nostalgie d'un temps où le cinéma français savait encore faire des films de genre, sans prétention autre que de distraire. Il y a du beau linge au générique, mais pas mal de paresse aussi : Ventura a déjà joué ce rôle bien des fois, et il n'a vraiment pas le physique ou les manières d'un espion "endormi", fondu au décor, roué à toutes les trahisons et volte-faces. De plus, son couple avec Janda (qui récite phonétiquement son texte) est totalement incrédible. On se demande bien ce qu'ils peuvent avoir en commun ! Piccoli aussi, s'amuse à refaire son habituel numéro de "salope" ambiguë, qui était sa spécialité à cette époque. Cremer, étonnamment mince et Fresson, ne font que passer. Le dialogue de Audiard n'a rien de très remarquable, et quelques petites piques homophobes ne sont pas très élégantes. La Bo de Morricone rythme l'action, mieux en tout cas que les sous-titres indiquant régulièrement l'heure, la date et le lieu. Espion, lève-toi laisse sur sa faim, sur une sensation de "tout ça pour ça", mais on peut prendre plaisir à revoir Ventura, ses chemises bleues ciel, son air traqué. Pas terrible, en somme, mais bien aidé par la pâtine du temps.


Répondre

De jipi, le 15 mars 2007 à 08:50

Bonjour PM Jarriq

C'est le gros problème de ce metteur en scène qui selon moi n'arrive pas à "buriner" ses films, je le compare un peu à Henri Verneuil qui soigne plus l'esthetisme que la crédibilité.


Répondre

De PM Jarriq, le 15 mars 2007 à 18:25
Note du film : 3/6

Il est certain que dans Espion, lève-toi, on se souvient plus des plans du funiculaire de Zürich que du scénario…


Répondre

De fretyl, le 18 avril 2010 à 22:19

Chose rare pour moi dans un film. Je n'ai rien pigé ! Qui est vraiment mauvais : Cremer ou Piccoli ? Je n'ai pas du tout compris la manipulation dont avait été victime Ventura et je n'ai d'ailleurs pas compris quel était le but recherché. Et par qui ? Cremer ou Piccoli ?

Si il y'a un dvdtoileur qui a mieux compris, il sera sympathique de m'expliquer clairement cette histoire, de la manière la plus simple, parce-que ce scénario est vraiment très compliqué !


Répondre

De Tamatoa, le 2 juillet 2012 à 01:39
Note du film : 3/6

Le contributeur Fretyl nous dit :Chose rare pour moi dans un film. Je n'ai rien pigé !. Je dois avouer que moi non plus. Du moins pas tout. Et puis suivre ce genre de film avec une prostate capricieuse, c'est pas évident. Quand on revient, il y eu un flingué de plus et un autre qui est passé à l'Ouest ! Mais plus sérieusement, non, je ne comprends pas pourquoi on a été réveiller cet espion là… Zimmer s'est fait tuer. Bon. Et puis ? Qu'on aille emmerder Ventura avec ça, il n'a pas ressuscité pour autant, d'autres sont morts après et on se demande pourquoi ! Que veut Michel Piccoli ? Que cherche le soi-disant protecteur Bruno Cremer, qui finira par flinguer Ventura ? Seule, la situation de Bernard Fresson est claire . C'est un espion toujours en activité, très ami de Ventura qui, lui, s'est retiré des bagnoles depuis lurette. Et on comprend pourquoi, lui, Fresson, se fait tuer : Parce qu'il cherche à savoir qui est Chance (Piccoli). Pourtant tout ça reste bien confus malgré le plaisir que l'on prend à voir ces acteurs magnifiques. Et la question reste posée, et jusqu'à la fin : Pourquoi a-t-on été déranger l'ex-espion Ventura ? Pour quelle raison ? Remonter jusqu'à Zimmer. Mais il est mort, Zimmer ! On y aurait envoyé Les bidasses en folie, c'était pareil et au moins on aurait peut-être rigolé..

Par contre PMJarriq nous dit :..son couple avec Janda (qui récite phonétiquement son texte) est totalement incrédible.. Moi, je ne trouve pas :Krystyna Janda est fort séduisante, jeune, intellectuelle et intelligente (ça ne va pas toujours de paire !) et littéraire. Elle forme un joli couple avec cet Espion sur le retour, vieux cheval qui en a vu d'autres et qui, apparemment, lui plait beaucoup. Très crédible au contraire et tellement rassurant pour nous, vieilles brêles, grands prix du One Two Two. Mais je ne me souviens pas avoir entendu des piques homophobes. La prostate..

Il manque à ce film quelques cascades comme il y en avait dans La 7ème cible. C'est vrai que, quitte à réveiller un espion, on aurait envie que ça danse un peu plus… Mais pour finir, que l'on pige ou pas les ficelles de l'espionnite aigüe, force est de constater que Ventura, quel que soit son rôle et dans tous ses films, fait un sacré pied de nez à l'Actors Studio ! Quelle présence ! Et dire qu'il était catcheur !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.013 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter