Forum - Don Camillo en Russie - De l'humour pour combler une triste période...
Accueil
Forum : Don Camillo en Russie

Sujet : De l'humour pour combler une triste période...


De David-H, le 4 août 2005 à 21:51
Note du film : 4/6

Escapade plutôt réussie pour Don Camillo et Peppone, dans cette sombre ex-Urss alors en pleine période communiste. Un pari probablement osé pour l'époque – 1965 – d'ailleurs –. Il est ici question d'un jumelage entre Brescello et un petit bourg aux apparences charmantes mais où le catholicisme a été sévèrement banni, et où la menace sibérienne des goulags plane au moindre écart de langage. Heureusement, nos deux héros et leurs sous-fifres parviennent aisément à faire oublier cette période noire avec leurs péripéties toujours aussi drôles, qui par ailleurs, nous détournent d'un scénario un peu trop simpliste…Mais soit, retour en arrière plus qu'intéressant, politiquement parlant surtout, et humour toujours au rendez-vous dans ce cinquième et dernier épisode de Don Camillo, du moins pour Fernandel et Gino Cervi…


Répondre

De Arca1943, le 4 août 2005 à 21:53
Note du film : 4/6

Désopilante, la scène où les camarades de Brescella sont accueillis dans le village soviétique aux accents de «Volare!» chantée par le choeur local.


Répondre

De Impétueux, le 30 juillet 2015 à 18:52
Note du film : 4/6

Don Camillo en Russie est tout de même le cinquième opus de la série qui tirait à la ligne depuis un bon moment. À dire le vrai, dès le deuxième, Le retour de Don Camillo, pourtant réalisé, comme le chef-d’œuvre qu'est le premier, par Julien Duvivier, dès le deuxième, donc, si la tendresse et la qualité d'interprétation demeuraient, la fraîcheur, l'invention, l'ironie baissaient un peu de pied. Mais bon ! La recette était éprouvée et les spectateurs se régalaient des aventures rocambolesques de Fernandel et de Gino Cervi.

Pendant des années, les chaînes de télévision majeures ont présenté rituellement l'intégralité de la série, d'abord tout au cours de l'année, puis seulement durant les mois d'été. Et désormais ce sont les petites chaînes de la TNT qui s'y collent : ça ne doit pas coûter grand chose, ça permet d'assurer des quotas de diffusion et ça n'a pas même besoin d'être colorisé. Et il y a toujours un public nostalgique qui vient y jeter un œil ; la preuve ? je me suis encore laissé emporter.

Et j'ai trouvé que l'exotisme de Don Camillo en Russie – ou, peut-être, la patte de Luigi Comencini, qui avait remplacé Carmine Gallone, auteur des numéros 3 et 4 -, cet exotisme narquois qui envoie les deux adversaires/complices en Union soviétique (reconstituée en studio, évidemment) redonnait de la vigueur à un concept en voie d'épuisement.

Je ne dirais évidemment pas la même chose si j'avais 20 ans (ou même 30, ou même 40), mais le communisme et l'emprise qu'il avait sur l'immense territoire de l'Est où il avait établi ses pénates, a été la grande affaire, le grand souci de ma génération. La grande anxiété et, on peut le dire aussi, la grande terreur. Dès lors, il était extraordinaire et assez sympathique de dresser un tableau sans complaisance mais pacifiant sur ce qui se passait entre Moscou et Vladivostok à l'heure où Nikita Krouchtchev était évincé et remplacé par Leonide Brejnev, l'homme aux sourcils mirobolants.

Sympathie pour le peuple russe, si attachant et si mélodieux (ah oui, Arca a bien raison, l'arrivée de la délégation italienne aux accents de Volare de Domenico Modugno est un moment délicieux), mais aussi regard sans complaisance sur la suspicion généralisée et les persécutions religieuses omniprésentes. Le christianisme (dans sa variété schismatique orthodoxe, cher David-Hainaut : il n'y a pas trace de catholicisme en Russie !) a, de fait, été combattu, pourchassé, traqué sans pouvoir, pour autant, être éradiqué : à deux doigts de la mort, la vieille baba demande à ne pas être abandonnée…

Et ce qui est bien, c'est que le discours n'a rien de caricatural ou d'outrancier : à un Don Camillo volontiers sanguin et agressif, le Christ répond bienveillance et miséricorde ; c'est un assez joli regard sur la complexité du monde…

Cela dit, il ne faudrait pas croire que Don Camillo en Russie est un film puissant et profond : sauf à guetter ici et là de petites gouttes intéressantes, c'est tout de même – l'ai-je assez dit ? – le numéro 5 de la série…


Répondre

De Commissaire Juve, le 30 juillet 2015 à 21:31
Note du film : 4/6

En bon anticommuniste primaire, c'est probablement le Don Camillo que je trouve le plus savoureux.

…mais le communisme et l'emprise qu'il avait sur l'immense territoire de l'Est où il avait établi ses pénates, a été la grande affaire, le grand souci de ma génération. La grande anxiété et, on peut le dire aussi, la grande terreur.

Au début des années 80, au lycée, la perspective d'une guerre contre les Rouges nous travaillait bien aussi. Du reste, aujourd'hui, les choses n'ont pas vraiment changé. Ce n'est plus la même couleur, mais le couteau entre les dents est toujours là.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0082 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter