Forum - K-19 : le piège des profondeurs - Critique
Accueil
Forum : K-19 : le piège des profondeurs

Sujet : Critique


De dumbledore, le 1er octobre 2002 à 00:00

artiste id=1120]Kathryn Bigelow[/artiste], ex-femme de James Cameron, est réputée pour faire des films virils. K-19 ne déroge nullement à la règle avec cette histoire de sous-marin, violente, forte et sans concessions. Ce sous-genre de films de guerre qu'est le film de sous-marin a offert une bonne série de films (comme Das Boot, A la poursuite d'Octobre Rouge USS Alabama ou plus récemment U-571) et, chose étonnante, ces films sont généralement de très bonne qualité.

Pour K-19, on est plus du côté d'USS Alabama dans le principe de la rivalité entre le capitaine (peut-être) fou et le second (apparemment) plus raisonnable. Dans le rôle du capitaine : Harrison Ford que l'on découvre dans un rôle vraiment inhabituel d'un homme dur, sans concessions, sans humour, presque sadique. Rôle tout à fait réussi et soulageant, tant ses derniers films n'étaient vraiment pas emballants. Liam Neeson est plus convenu dans le rôle du second…

K-19 lorgne aussi du côté d'Apollo 13 dans l'idée que dès le départ, on sait que le navire est damné, que tout se passera mal et que pourtant, il faudra aller jusqu'au bout. Le principe de la tragédie est bien menée, avec des rebondissements intelligents, conférant un rythme très efficace au film.

Ces deux références mises de côté, il faut dire que le film est une réussite. Non pas que la mise en scène soit flamboyante – elle est même assez convenue, avec quelques moments de lyrisme un peu trop pompeux (la tombe à la fin, ou la présentation doublée du sous-marin avec un mouvement à la grue). Non, la force du film, c'est qu'il repose entièrement sur deux personnages forts, aussi forts l'un que l'autre et que surtout, durant les trois-quarts du film, on ne sait pas au fond qui a raison, qui a tort, ni si l'un comme l'autre sont vraiment honnêtes dans leur comportement. Rarement film de guerre hollywoodien aura été aussi juste dans ce qui est finalement le portrait psychologique de deux opposants.

L'autre réussite, c'est l'évitement d'un patriotisme qui est de bon ton dans le cinéma américain actuel. La présentation du sous-marin comme nécessité logique d'un surarmement américain et non pas comme conséquence d'une idéologie totalitaire (communiste) est osée et merite le respect. Même chose pour la présentation des Américains dans le film. Ils sont montrés avec le plus de distance et de froideur possible, évitant le discours " Etats-Unis sauveurs du monde ".


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0079 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter