Forum - Windtalkers, les messagers du vent - Critique
Accueil
Forum : Windtalkers, les messagers du vent

Sujet : Critique


De dumbledore, le 28 août 2002 à 00:00

La bonne nouvelle, c'est que John Woo signe avec Windtalkers son meilleur film hollywoodien. La mauvaise nouvelle, c'est qu'on y retrouve ses trois thématiques habituelles qui sont devenues, depuis bon nombre de films, de véritables " fonds de commerces " voire des recettes plaquées d'une manière totalement artificielle, c'est-à-dire sans vraiment de rapport avec le film et ses enjeux.

La première thématique, c'est l'enfance qu'il faut préserver de la violence adulte. On la retrouve dans les toutes premières images du film qui s'ouvre sur des plans de l'enfant de l'indien, dont l'image reviendra à plusieurs reprises comme pour bien indiquer que " la motivation de l'indien est de préserver son enfant de la guerre qui se déroule à l'autre bout du monde ". On la retrouve ensuite, dans une scène vue et (trop) revue chez John Woo : celle d'un enfant se trouvant entre le tir d'armes à feux de deux adultes et qui sera sauvé par le gentil via l'utilisation d'un objet de l'enfance. Ici, ce n'est pas la chanson du Magicien d'Oz (Face/Off), mais la tablette de chocolat toute droit sortie d'Empire du Soleil !

La seconde thématique est celle de la religion chrétienne. On la trouve d'abord dans la récurrence des croix sur les tombes (plutôt bien fait, comme une ponctuation qui accompagne la fin de chaque bataille). On la retrouve ensuite au niveau du personnage de Nicolas Cage éduqué dans la religion, et surtout dans celui de l'indien qui, quoique Navarro, est chrétien (comme John Woo est chrétien dans un pays qui l'est peu). Cette thématique culmine dans la scène finale où les deux héros récitent une ultime prière à la Vierge.

La troisième et dernière thématique est la rédemption. Même si ce ressort est éculé, il s'agit du fonds de commerce de John Woo qui passe le mieux (car il est relativement bien intégré au personnage et au film), Cette tentative de rédemption se retrouve dans tout le parcours de Nicolas Cage qui, damné dans la séquence (inutile et trop explicative) de bataille du prologue, tente tout le long de film d'effacer la honte, et retrouver la foi en Dieu,

Le problème ne réside pas dans ces thèmes tout à fait légitimes (on les retrouve – sauf le premier – souvent chez Scorsese), mais dans le fait que les scènes qui les traitent sont toutes pathétiques, insupportables, d'une émotion au rabais et qui plombe véritablement le film.

Heureusement à coté de cela, John Woo propose de belles idées de cinéma. D'abord dans deux scènes en miroir, celle de la première bataille dans laquelle se retrouvent l'indien et Nicolas Cage, et la dernière scène. De ces deux scènes ressort toute l'évolution des deux personnages, l'inversion de position entre le " pur terrifié par la violence " et le " fou guerrier assoiffé de sang ". (Elle n'est pas sans rappeler La Couleur de l'argent de Scorsese).

Les batailles en elles-mêmes sont plutôt très réussies (à condition d'oublier les ralentis un peu has-been). John Woo réussit même le tour de force de ne se démarquer de Spielberg dans Il faut sauver le soldat Ryan qui semblait imposer d'une façon incontournable une " nouvelle manière de filmer les scènes de guerre " (les imitateurs font légion !). John Woo refuse l'image bleue-grise, refuse la caméra épaule ou le steady déséquilibré, et refuse le sur-découpage ultra-violent. Il propose au contraire une lumière très chaude, des plans très stables et un découpage plus chorégraphique (à croire que les scènes d'action ont été tournées en plans-séquences et découpées au montage). On pourrait dire que John Woo refuse le " réalisme " pour préférer le " symbolique ". En effet, les batailles acquièrent le statut de reflet des âmes des personnages, comme si l'on voyait dans ces actes de guerres les passions, les fantômes ou les démons qui habitent nos deux héros… Pour cela : bravo !

Pour finir un bémol de taille, toujours le même chez John Woo : le propos du film. Il est quasiment inexistant. De ce film de guerre, il ne ressort aucune vision sur la guerre, ce qui est tout de même un peu gênant. Ce qui est encore plus gênant, c'est de voir finalement un Asiatique faire un film pro-américain, contre les Asiatiques sans, visiblement, se poser de questions!

C'est à croire que ce qui intéressait John Woo ce n'etait pas la guerre (il réussit heureusement à éviter la propagande dans son film, c'est déjà très bien !), mais la relation des deux personnages. Pourquoi pas ? (même si c'est une digression un peu forte). Seulement, les personnages (comme souvent aussi chez John Woo) n'ont pas vraiment de consistance. Ils sont plus des icônes que des personnages riches de leurs contradictions et de leurs incompréhensions…

Si bien que l'on sort de la salle avec la désagréable impression d'avoir vu un bon film raté…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0055 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter