Forum - ''"Le cinéma français n'a plus peur..."'' - Avis
Accueil''"Le cinéma français n'a plus peur..."''
Forum : ''"Le cinéma français n'a plus peur..."''

Sujet : Avis


De Arca1943, le 11 avril 2005 à 13:48

Curieuse remarque, car à mes yeux le cinéma français n'a jamais eu peur d'être "commercial". Ce qui a changé, c'est que ceux qui s'y collent ne sont plus automatiquement vus comme des pestiférés par la critique (presque) unanime ! Prenez Henri Verneuil, par exemple: ça vaut vraiment la peine de relire les critiques de l'époque de Cent mille dollars au soleil ou Un Singe en hiver pour mesurer le chemin parcouru.


Répondre

De Impétueux, le 11 avril 2005 à 19:58

Vous avez raison ; je ne saurais pas vraiment bien dater le retournement des choses, de la fin des ukases, mais il me semble que Tavernier, malgré de nombreuses balourdises, a fait du vraiment bon travail en redonnant du lustre à ce qu'on appelait la qualité française, et qui était vomie par la critique des Cahiers et de Positif ; en appelant à ses côtés les deux compères Bost et Aurenche pour l'excellent Juge et l'assassin, en adaptant Simenon avec L'horloger de Saint-Paul, en osant le film de genre, historique avec Que la fête commence ou exotique et noir avec Coup de torchon

Et parallèlement, Godard, d'emmerdant était devenu fou, Chabrol tournait trop et n'importe quoi, Truffaut faisait dans le consensuel, Resnais ou Rivette s'enfermaient dans leur cénacle…

Les bons films, comme les bons vins réapparaissent toujours…


Répondre

De PM Jarriq, le 12 avril 2005 à 08:59

C'est vrai, les bons films réapparaissent toujours. Mais les mauvais ? Je suis curieux de voir ce qu'il restera des années 90 et début 2000 dans quelques décennies. "Iznogoud" ? "Brice de Nice" ? "Blueberry" ? "L'antidote" ? "Les Dalton" ? ou alors les films d'Assayas ou Catherine Breillat ? Notre postérité m'inquiète…


Répondre

De Impétueux, le 18 avril 2005 à 19:43

Il serait amusant de se livrer, à quelques uns, ici, au jeu des pronostics !

Qui aurait voulu, dans les années Soixante déterminer ce qui serait regardé quarante ans après se serait pour une large part trompé, en susurrant Godard ou Resnais et en frémissant de dégoût à la seule idée d'évoquer Lautner, voire Grangier !!

Aujourd'hui ? Assayas ou Breillat, dites-vous ? D'autres (pas moi !) diront Desplechin et il ne faudrait pas beaucoup me pousser pour que je cite Ozon, mais je suis certain que là, je vais éveiller la polémique…

Je dirais volontiers, aussi, Leconte….mais surtout – pour les Français, bien sûr – ce qui m'a le plus emballé depuis des années, c'est Lucas Belvaux ; la trilogie Un couple épatant, Cavale, Après la vie m'a laissé pantois ; ce n'est pas, ou très superficiellement, un exercice de style ; c'est bluffant de force, d'intelligence et de qualité…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.011 s. - 4 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter