Forum - Un Cœur en hiver - Un p'tit vote...
Accueil
Forum : Un Cœur en hiver

Sujet : Un p'tit vote...


De spontex, le 30 mai 2003 à 10:28

… pour pouvoir découvrir ce film en DVD !


Répondre

De Pigeon Lane, le 30 mai 2003 à 10:33
Note du film : 4/6

J'adore Sautet, mais Emmanuelle Béart est un bien pauvre substitut à Romy Schneider… Je pense que le réalisateur a de moins en moins tourné sur la fin, faute d'acteurs s'intégrant à son univers. Auteuil et Dussollier étaient bien, néanmoins.


Répondre

De Pigeon Lane, le 30 mai 2003 à 18:03
Note du film : 4/6

Pour ce qui est de Béart, c'est vraiment une question de goûts et de couleurs… Je ne pense évidemment pas qu'un réalisateur doive cesser de tourner quand ses acteurs ne sont plus là, mais à part Hitchcock, Gérard Oury, Blake Edwards, Sam Peckinpah, Werner Herzog, sont là pour témoigner que sans leurs stars fétiche, leur cinéma ne retrouve jamais la même saveur.


Répondre

De jbouzou, le 20 juin 2005 à 19:39

Personnellement je trouve l'interprétation d'Emmanuelle Béart très bonne que cela soit pour les personnages de Camille ou de Nelly ; mais celui qui me séduit le plus dans ce film, c'est Daniel Auteuil… enfin plutôt le personnage de Stéphane dont la personnalité et la psychologie me rappellent un ami proche…

J'ai vu plusieurs fois ce film comme la plupart des films de Sautet et ne m'en lasse pas…

Son cinéma avec ses héros du quotidien – où chacun d'entre nous peut se retrouver – me manque; énormément… bien que je trouve chez quelques autres encore (Téchiné, Rohmer) un peu de cela…


Répondre

De ltruffier, le 5 août 2005 à 13:55
Note du film : 6/6

Du très grand Sautet.

Vite, une édition DVD pour ma DVDthèque idéale (avec La Belle Equipe )


Répondre

De giamp, le 24 novembre 2005 à 18:38
Note du film : 6/6

Impérative cette réédition pour figer à jamais sur un DVD l'émotion à l'état pur que dégage Emmanuelle Béart lorsqu'elle regarde amoureusement Daniel Auteuil. Urgent !!!


Répondre

De PM Jarriq, le 8 septembre 2007 à 17:01
Note du film : 6/6

Un de ces films qui atteignent une sorte de perfection, qui vont au bout de leur sujet, sans dévier d'un pouce. Sautet, au sommet de son art de l'ellipse et du non-dit (la plupart des répliques restent en suspens, inachevées), brosse le portrait intime d'un homme qui dit de lui-même "Il y a quelque chose en moi, qui ne vit pas". Auteuil, dans le rôle de sa vie, est positivement extraordinaire. Distant, absent, pervers, indifférent, perdu, il a des moments dignes des plus grands comédiens : la séquence (muette) d'euthanasie est inoubliable. Dussollier a également rarement été plus subtil, et Béart un peu inexpressive et monocorde, incarne parfaitement ce personnage à vif, connaissant l'humiliation suprême. Tous les petits rôles ont quelque chose à défendre, de Bourgine à Myriam Boyer.

Un coeur en hiver est un drôle de film, dont le sujet est difficile à résumer, mais qui parle de choses essentielles, comme l'émotion, l'amour, l'amitié. Sautet parlait déjà des mêmes choses dans ses films des années 70, mais il enrobait le tout de comédie (César et Rosalie) voire de film noir (Mado), ou se "cachait" derrière des numéros d'acteurs (Garçon). Dans Un coeur en hiver, il traite frontalement de ses thèmes de prédilection, sans fioriture, sans prétention. Superbe.


Répondre

De paul_mtl, le 9 septembre 2007 à 12:53
Note du film : 4/6

Faut-il s'arrêter de tourner parce que son actrice (ou acteur) "fétiche" a disparu ?

Oui Alain il FAUT ! lol

Le cinéma n'est pas une nécessité. Si le réalisateur n'a plus le goût de filmer suite a une disparition d'une amie et actrice fétiche pourquoi devrait il se forcer ? Reste que le nombre d'actrice est considérable il suffit de bien chercher.

J'avais bien aimé le rôle et jeu de Dussollier mais de là a revoir ce drame sentimental, non merci une fois ca va bien.


Répondre

De vincentp, le 18 mars 2012 à 22:17
Note du film : 5/6

4,8/6. Très très bon argumentaire de PM Jarriq mais je ne le suivrais pas tout à fait dans son avis. Il y a les intentions de Sautet, parfaitement décrites par notre collègue, mais je trouve (et c'est un ressenti très subjectif) qu'il manque un tout petit quelque chose à Un Cœur en hiver pour être qualifié de grand film ou de chef d'oeuvre. A mon sens, un très bon film tout de même, à voir absolument. Que manquerait-il donc à Un Cœur en hiver ? Un peu d'inspiration, ou de naturel par moment, une actrice un peu plus charismatique (?) même si Emmanuelle Beart fait du bon travail. Il y a un côté très légèrement hiératique, figé à l'ensemble (lié au sujet ?). C'est un film qui porte sur l'expression de sentiments, traité de façon particulière (avec des non-dits), et la perception du spectateur pourra être très différente selon l'humeur ou la sensibilité de chacun. Mais Daniel Auteuil est de son côté fabuleux (comme PM Jarriq, je pense qu'il trouve là le rôle de sa vie) dans la peau d'un individu qui masque ses émotions. Les personnages secondaires sont bien traités (mais moins bien que Mado par exemple), et la fin du film est réussie.

Je pense que Sautet aura été LE cinéaste français des années 70, et que par la suite, son cinéma n'a pas eu la même portée émotionnelle, ou la même envergure sociale en arrière-plan (il faut être aveugle pour ne pas s'en rendre compte). Un cinéma bien rodé, certes, mais moins d'inspiration du à l'âge, des acteurs différents, ou autre ? Allez savoir !


Répondre

De Impétueux, le 4 août 2016 à 11:53
Note du film : 2/6

Eh bien moi, j'ai à peine reconnu le cher Claude Sautet, le si exact cinéaste des fiévreuses années 70, à part ici et là dans son goût pour le brouhaha des scènes de restaurants… Mais il n'y a plus (ou je ne les ai pas vues, peut-être) les fumées des cigarettes et c'est bien important, cela. Et s'il n'y avait le souvenir de cette décennie extraordinaire, qui va des Choses de la vie en 1970 à Un mauvais fils en 1980, avec cette densité des groupes, des personnages, des situations, j'aurais sans doute donné une note encore inférieure à cet exercice de style glacial.

Ma mauvaise humeur est sûrement à la mesure de ma déception et je peux volontiers convenir qu'elle a quelque chose d'excessif ; il y a tout de même de la belle ouvrage dans Un cœur en hiver. Le regard attentif et intelligent posé sur le monde restreint, rare, particulier de la musique de chambre. Extrême passion des mélomanes, précision artisanale des luthiers, sensibilité des interprètes, rudesse sourcilleuse des agents : un monde hors du monde, hors du temps, peut-être encore plus intransigeant et à tout coup plus austère que celui des amateurs d'opéra. Un monde où rien n'existe vraiment que le son et tout ce qui l'entoure : l'instrument, la salle, le partenaire.

Qui n'en est pas féru regardera les émotions représentées avec beaucoup d'étonnement, avec beaucoup d'extériorité, d'autant que l'ennuyeuse musique de Ravel, omniprésente, est là pour lui rappeler, s'il en était besoin que la pauvreté de ses sens lui interdisent d'être admis dans ce monde là.

Et après, qu'est-ce qui reste ? Trois personnages dont les relations m'ont paru être purement artificielles, similaires à celles d'éléments chimiques purs placés dans un certain milieu et inter-réagissant comme il est attendu qu'ils le fassent… Je n'incrimine pas les acteurs, même si je supporte de plus en plus difficilement la mièvrerie blondasse d'André Dussolier. Emmanuelle Béart est aussi ravissante que glaciale – ce qui est son rôle – et Daniel Auteuil fait admirer un jeu resserré, tendu, extérieur au monde, pourtant. Mais on n'entre pas, ou mal, dans leur histoire qu'on voit se dérouler sans émotion et avec beaucoup d'ennui.

Ceux qui tirent le mieux leur épingle du jeu, finalement, (les personnages, non les acteurs, j'insiste) sont ceux qui sont à la périphérie : Régine (Brigitte Catillon), l'agent de Camille/Béart et le vieux professeur misanthrope Lachaume/Maurice Garrel. Eux ne sont pas figés, marmoréens et hiératiques…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.026 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter