Forum - Je n'ai pas tué Lincoln - Critique
Accueil
Forum : Je n'ai pas tué Lincoln

Sujet : Critique


De dumbledore, le 30 mars 2005 à 10:24
Note du film : 5/6

Je n'ai pas tué Lincoln est un film clé dans les rencontres qu'il créa. Il y a tout d'abord la rencontre entre John Ford et Nunnally Johnson, grand scénariste avec lequel John Ford travaillera à de très nombreuses reprises. Il y a ensuite la rencontre du producteur Darryl F. Zannuck avec la 20th Century Fox dont il prend le contrôle. Ce film le symbole d'un changement d'époque, une évolution, faute d'être une révolution, ce film marque dans l'œuvre de John Ford le tournant d'un cinéma du muet vers un cinéma du parlant. La mise en scène est en effet très proche du muet, avec un rythme narratif souvent proche du mélodrame, avec très peu de dialogues et un jeu emprunt au muet.

L'histoire est celle de Samuel Mudd, un médecin qui soigna par hasard un homme blessé, cet homme se révèle être John Wilkes Booth, l'homme qui vient de tuer Lincoln. Le médecin va être considéré comme complice, condamné à la prison à vie. Il ne cessera de se battre, avec sa femme, pour que son cas soit rejugé.

On retrouve ici pleinement l'univers de Ford. La famille d'abord, ici éclatée par une erreur judiciaire mais qui continue à exister malgré tout, l'idée que la femme est le garant de cette famille et qu'elle est plus forte, plus combative que le mari. Très fordien aussi cette interrogation de la naissance des Etats-Unis : Ford ne traite pas de la mort du héros Lincoln mais de l'erreur judiciaire qui en suivit.

Plusieurs scènes font preuve d'une très belle qualité visuelle. La présentation de Lincoln d'abord, très onirique. Le procès est également particulièrement réussi, ressemblant plus à une execution qu'à un procès équitable.

La fin est par contre un peu poussive, notamment dans la manière dont le médecin, dans sa prison, va réussir par héroïsme à se racheter aux yeux des autres.


Répondre

De cormega, le 10 novembre 2006 à 11:20
Note du film : 5/6

Je n'ai pas tué Lincoln est vraiment un film intéressant dans la filmographie de John Ford, toujours inspiré par cette période d'unification Nord-Sud symbolisée par Abraham Lincoln. Cette union ne peut pas se faire sans une justice forte et le docteur Mudd fait les frais de l'absence de présemption d'innocence, le but étant simplement de calmer la foule.

Lors de la conclusion, l'esprit Fordien reprend le dessus par le repentir de ceux qui condamné sans juger le docteur Mudd, et Rosabelle va pouvoir reprendre des activités normales.


Répondre

De droudrou, le 10 novembre 2006 à 14:47

Le problème "Fordien" est certainement celui de ses conclusions. Au moins, on ne peut pas dire qu'il n'ait pas confiance en l'Homme et si durs soient les sujets qu'il aura traités. Un semblant d'explication : Ford est un homme d'action, donc, normalement, un homme de ressource et un optimiste quand on voit les personnages truculents qui traversent ses films.

Cette réflexion n'engage que son auteur.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0027 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter