Forum - Sex-shop - Berri à mille lieues de ses premiers films...
Accueil
Forum : Sex-shop

Sujet : Berri à mille lieues de ses premiers films...

VOTE
De David-H, le 26 mars 2005 à 12:22
Note du film : 1/6

En pleine époque de libération sexuelle, le cinéma français eut droit a tout "un lot" de film relatant au sujet. "Sex-Shop" en fait partie et raconte l'histoire d'un petit libraire (Claude Berri) décidant de transformer son commerce en "magasin du sexe", en espérant le booster.

Intéressant à voir pour son côté novateur du début des seventies, et pour la dévoilement de ses pratiques alors inconnues (échangisme, fétichisme, sado-masochisme…), ce film voyeuriste de Berri reste à mille lieues de ses trois premières oeuvres.

A mon avis trop heureux de pouvoir mettre enfin à la lumière du jour les fantasmes de monsieur tout-le-monde, assez crûment d'ailleurs, le réalisateur délaisse un romantisme autobiographique qui fit toute la force de ses débuts. Mais dans le contexte de l'époque, préfigurant bien l'actuelle industrialisation du sexe, on lui pardonnera…

A noter la très bonne musique de Gainsbourg, le charme de Nathalie Delon – bien qu'un peu égaré ici- la présence de Jacques Martin et une figuration de…Coluche!


Répondre

De fretyl, le 20 septembre 2016 à 14:56
Note du film : 4/6

Berri n'a apparemment pas du tout voulu tourner un film sociologique sur la libéralisation du sexe bien que le film l'effleure parfois volontairement ou involontairement mais juste à mon avis une comédie effectivement un brin voyeuriste.

Dans Sex-shop on retiendra surtout l'excellente interprétation de seconds rôles dans des rôles extravagants. Jacques Legras en fétichiste du caoutchouc, Claude Pieplu en militaire voulant s'essayer à l’échangisme…

Mais surtout Jean-Pierre Marielle extraordinaire en libertin haut en couleur, boute en train terrible, sa prestation pleine de superbe est une de ses plus drôle des années 70 avec le Morlock de On aura tout vu et Les Galettes de Pont-Aven. Son réquisitoire ahurissant à table contre l’Éducation nationale, qui devrait apprendre aux enfants de treize ans à savoir bien faire l'amour, reste un grand moment. Berri quant à lui joue le phallocrate, désirant que son épouse (Juliet Berto) accepte un plan à trois avec une autre femme, mais refuse fermement l'idée d'un plan à trois avec un autre homme…

C'est vaguement parfois un peu malsain (interdit aux moins de douze ans) mais jamais sordide ou scandaleux. Un peu dénonciateur de la misogynie de l'homme, mais guère moralisateur. Sans jamais être dégradant le film réussit quand même à faire tomber quelques tabous. Bien évidemment l'excellente musique ne pouvait être signée que par Gainsbourg. Un petit film dans la carrière de Claude Berri, mais quand celui-ci voudra plus tard retenter le même genre avec La débandade ce sera nettement moins drôle et finalement beaucoup plus vulgaire !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0027 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter