Forum - Les Trois lanciers du Bengale - La grande aventure
Accueil
Forum : Les Trois lanciers du Bengale

Sujet : La grande aventure


De AJCSEF, le 4 mars 2005 à 10:41

Un film d'aventure prenant à voir revoir et avoir dans sa panoplie.


Répondre

De Rio, le 15 mai 2005 à 18:45
Note du film : 5/6

Je suis bien d'accord. J'ai 60 ans et ce film m'a fait rêver quand j'étais jeune. C'est un magnifique film d'aventure, sans compter le sens du sacrifice pour que vivent les autres.


Répondre

De marcopolo, le 20 janvier 2006 à 02:25
Note du film : 6/6

c'est effectivement un excellent film.


Répondre

De Amine, le 21 janvier 2006 à 09:11

Probablement un des plus grands films d'aventures.A voir absolument .

Et comment cet acteur deviendra immortel…


Répondre

De lio, le 5 mars 2007 à 01:37

C'est la première fois que j'ai pleuré pour un film, je devais avoir dix ans. Mon plus beau souvenir cinématographique.


Répondre

De droudrou, le 8 octobre 2007 à 21:52
Note du film : 6/6

Je l'avoue : "je ne le connaissais que de titre !". Je viens de le découvrir. C'est vraiment sympa. C'est le panache de toute une époque où le film d'aventure était roi. Dommage que le film ne soit pas en couleur et en cinémascope…


Répondre

De s é p i a, le 8 octobre 2007 à 22:05
Note du film : 3/6

C'est drôle que vous ne connaissiez pas ce film , cher droudrou. J'entendais dernièrement une poignée de vendangeurs , évoquant leurs tendres enfances , dire , en riant aux éclats , qu'ils en avaient soupé des " Trois lanciers du Bengale "!. En effet , L'ORTF de l'époque leur imposait cette oeuvre chaque jour de grève , chaque jour de pluie , chaque Noêl , Paques ou la Saint Jean , et ils redoutaient presque de voir arriver le Jeudi béni des écoliers , de peur de retrouver ces trois gaillards là !

Mais oû étiez vous donc ? Déja occupé avec les cakes ?


Répondre

De Impétueux, le 27 avril 2015 à 17:22
Note du film : 3/6

Soixante ans après avoir découvert, dans la collection Idéal bibliothèque (la concurrente de la plus notoire Rouge et Or), le roman de Francis Yeats-Brown, je me rappelais encore avec horreur l'affreux supplice infligé aux malheureux prisonniers du féroce potentat Mohammed Khan (Douglass Dumbrille) : des tiges de bambou enfoncées sous les ongles et ensuite enflammées ! Tout cela nous paraissait le comble de la cruauté satanique prêtée aux peuples lointains de l'Orient. Dieu merci les valeureux officiers britanniques s'en sortaient la tête haute et le courage en bandoulière et mettaient fin aux agissements du sinistre chef de bande. Les enfants de France n'aimaient pas beaucoup les sujets de Sa Gracieuse Majesté, mais en étaient pleinement solidaires dès qu'ils luttaient hors d'Europe contre des peuplades indigènes.

C'est dire si l'exotisme actuel des Trois lanciers du Bengale réside en fait bien ailleurs que dans le théâtre des opérations, situé aux confins de l'Empire des Indes et des zones tribales de l'Afghanistan, qui étaient fort sauvages et le sont d'ailleurs restées. Après tout, l'Inde, c'était un peu un Far-West asiatique avec des séditions indigènes (La révolte des Cipayes de László Benedek) et la cavalerie qui arrivait toujours au bon moment pour rétablir l'Ordre. Un Far-West en plus civilisé, raffiné et subtil, nous disions nous, mais où ça se terminait toujours par la victoire de notre camp.

Le film de Henry Hathaway n'a donc rien pour surprendre d'un point de vue pittoresque, lorsque l'on a été un peu frotté au western. Et, si je suis loin d'être adversaire du Noir et Blanc, je regrette tout de même, pour certaines amples machines comme Les trois lanciers du Bengale, que la couleur et le format large n'aient pas encore été inventés, ce qui aurait permis de mettre notamment en valeur les chatoyants uniformes de parade de Sa Majesté britannique.

En revanche les quatre-vingts ans qui ont passé depuis la réalisation du film montrent d'autres abysses. Passablement le hiatus avec les valeurs exaltées à l'écran de courage, de sacrifice, de rigueur militaires avec, en symbolisme, l'attitude du colonel Stone (Guy Standing) vis-à-vis de son fils Donald (Richard Cromwell) aussi pleine d'amour informulé que de sévérité glaçante. Et davantage encore le renversement du jugement sur la bonne conscience coloniale qui fait énoncer par deux fois par des personnages Nous ne sommes qu'une poignée d'hommes pour veiller sur 300 millions de personnes. Le regard n'est pas vraiment condescendant sur les mystères et raffinements d'une civilisation reconnue comme fascinante, mais la supériorité du mode de vie occidental est naturellement si éclatante et évidente que ça passe comme une lettre à la poste. Au fait, un truc qui ferait hurler aujourd'hui les grandes consciences : pour faire parler les méchants (qui sont musulmans : on est du côté de l'actuel Pakistan, dans l'histoire), on menace de les enfermer dans une peau de porc fraîchement écorché, ce qui les fait immédiatement se déballonner.

À part ça, Gary Cooper qui interprète le brave et nigaud lieutenant McGrégor, qui meurt à la fin, joue sans éclat un rôle de grand dadais. Il est bien éclipsé par Franchot Tone, lieutenant Forsythe, homme du monde spirituel, élégant et tout autant courageux. Et le seul rôle féminin, (Kathleen Burke) une garce hautaine, maîtresse de Mohammed Khan, laisse une certaine trace…


Répondre

De Arca1943, le 27 avril 2015 à 23:50

«Après tout, l'Inde, c'était un peu un Far-West asiatique avec des séditions indigènes et la cavalerie qui arrivait toujours au bon moment pour rétablir l'Ordre.»

Vers le milieu du XIXe siècle, à l'aube de l'aventure impérialiste (à ne pas confondre avec le colonialisme), le vieux Tory (conservateur) anglais, M. Edmund Burke, voyait les choses un tantinet différemment:

«Il ne faudrait pas que les briseurs de lois de l'Inde deviennent les faiseurs de lois de l'Angleterre.»

«The law-breakers of India» : les briseurs de lois de l'Inde. En quelques mots, le grand penseur de Droite résumait en quoi allait consister réellement le prétendu «Ordre» en question.


Répondre

De Impétueux, le 28 avril 2015 à 18:05
Note du film : 3/6

Mais je suppose que vous avez vu, Arca, tout ce que mon commentaire pouvait avoir d'ironique. Et ma candeur d'enfant n'est pas mon plus mince sujet de moquerie…


Répondre

De Arca1943, le 28 avril 2015 à 23:34

Ah, premier degré que je suis, l'ironie m'échappe toujours ! Il faut dire que cette période de l'histoire, dont je commence à connaître les tenants et aboutissants, a le don de me faire monter sur mes grands chevaux.


Répondre

De droudrou, le 30 avril 2015 à 18:35
Note du film : 6/6

je me permets de répondre au grand et candide gamin Impétueux certes l'interprétation de Gary Cooper n'est peut être pas extraordinaire mais vous ne pourrez m'empêcher d'apprécier la fin du film où sur la couverture de selle de son cheval on vient épingler la médaille militaire qui lui revient pour acte de bravoure ! – du coup j'ai relevé ma note de 5 à 6 !…

grand gamin moi aussi qui avec mes 71 printemps aime beaucoup les films et les uniformes du colonialisme anglo-saxon j'applaudis !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0055 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter