Forum - La Grande guerre - Miracle ! Il sort !!!
Accueil
Forum : La Grande guerre

Sujet : Miracle ! Il sort !!!


De Arca1943, le 26 février 2005 à 23:46
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Bon sang, ça y est ! J'ose à peine le croire…

La Grande guerre sort le 22 mars !!!


Répondre

De david-paul, le 8 mars 2005 à 22:40

tu es certain?parce qu'attention, pas de fausse joie, je n'y survivrais pas.Moi, bonne nouvelle la médiathèque près de là où j'habite vient d'acquérir 1500 DVD, y doit y avoir des petites comédies italiennes là dedans, non?


Répondre

De Arca1943, le 27 mars 2005 à 08:44
Note du film : Chef-d'Oeuvre

« Tu es certain? Parce qu'attention, pas de fausse joie, je n'y survivrais pas. »

Bou-hou-hou-hou…! Moi non plus ! La sortie annoncée n'a pas encore eu lieu. Je retiens mon souffle…


Répondre

De Impétueux, le 28 mars 2005 à 21:17
Note du film : 4/6

C'est annoncé comme sorti sur le site de la FNAC ! Donc ce n'était qu'un léger retard !

Cessez de pleurnicher ! Dans votre climat, ça se transforme trop vite en stalagtites !


Répondre

De Arca1943, le 30 mars 2005 à 14:09
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Bou-hou-hou-hou ! Snif… Sortie remise au 19 mai, vous appelez ça un léger retard, vous ? Bou-hou-hou-hou… C'est injuste! c'est vraiment trop injuste!


Répondre

De Impétueux, le 30 mars 2005 à 15:39
Note du film : 4/6

Je sors de la Fnac où le léger retard annoncé s'est transformé en retard substantiel ! Un niquedouille prétentieux m'a même affirmé que, comme c'était un tout petit éditeur, on ne pouvait pas compter sur sa régularité ! (et ce niquedouille arrogant doit être trotskyste, si ça se trouve).

Qu'y faire ! Espérons que le mois de mai sera plus faste…


Répondre

De Impétueux, le 30 mars 2005 à 17:55
Note du film : 4/6

Non, je ne suis pas Ramon Mercader, je le jure !! (et encore moins le regretté Joseph S. !!)

C'était une fine allusion au passé politique des fondateurs de la Fnac et à l'arrogance fréquente de ses vendeurs, dont le propos méprisant sur les "petits éditeurs" m'a agacé !

Promis ! Je ne recommencerai plus !


Répondre

De Arca1943, le 14 mai 2005 à 23:46
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Bou-hou-hou-hou-hou, bis ! Sortie remise au 14 juin… Cet éditeur peut s'estimer heureux que je sois de l'autre côté de l'Atlantique ! Et j'attends… et je scrute l'horizon… on se croirait dans un remake du Désert des Tartares, tabarnac ! Qu'est-ce que c'est que ce planning à la noix ?


Répondre

De moumouju, le 5 juin 2005 à 01:30
Note du film : 6/6

C'est un vrai miracle, oui, qui se fait attendre, oui et à quand la sortie des autres chefs d'oeuvres du cinéma italien…!!


Répondre

De Arca1943, le 9 juin 2005 à 13:27
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Le suspense est insoutenable. Je n'en dors plus. Sortira? Sortira pas? Certes, si on était en 1914, je serais sans doute moins pressé qu'arrive enfin La Grande guerre


Répondre

De Arca1943, le 10 juin 2005 à 06:00
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Et voilà ! Qu'est-ce que je disais ! Sortie remise au 22 juin.


Répondre

De moumouju, le 12 juin 2005 à 06:42
Note du film : 6/6

La date approche.. pourvu que ce soit bon cette fois!

Au fait, n'étant pas apolitique j'ai voté 6/6 et pour cause: difficle d'oublier ce mélange savant de satire, de tendresse, d'humour, et de tragédie héroïque;à bientôt peut-être!


Répondre

De Arca1943, le 22 juin 2005 à 00:22
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Tiens, la date prévue pour cette réédition n'a pas changé. On lit toujours : 22 juin. Est-ce que cette fois…?


Répondre

De verdun, le 22 juin 2005 à 02:23
Note du film : 4/6

Je ne l'ai pas vu mais les classiques italiens se font si rares de nos jours en dvd , salles et télés qu'on les attend comme le messie!

Mais ce n'est pas ce film qui a un rapport avec "Le bon, la brute et le truand" du sans doute à Age et Scarpelli?


Répondre

De Arca1943, le 23 juin 2005 à 03:30
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Les deux films ont les mêmes scénaristes, en effet : Age-Scarpelli et Luciano Vincenzoni. Certes, en soi, ce n'est pas une raison pour conclure à la ressemblance des deux films. La plus grande qualité des scénaristes italiens? « Nous n'avions pas d'ego », dit Scarpelli sur le supplément de mon DVD des Monstres. C'est-à-dre que ce sont des professionnels qui se mettent souvent au service de la vision d'un autre et changent d'univers quand ils changent de films. Mme Suso Cecchi d'Amico, par exemple, était incroyable pour ça. Ses deux collaborations les plus stables sont avec Visconti et Comencini : deux univers TRÈS différents et je dirais même des univers qui, à l'époque – les années 60 – ne se parlaient pas, ne se fréquentaient pas. Ou encore Ennio de Concini, qui passait sans sourciller d'un peplum à un Antonioni à une farce de Luciano Salce

(Cela dit, ego ou pas, ces scénaristes avaient pourtant leur "touche" bien à eux. Ils "portaient" mieux que d'autres certains univers, certains sujets. Ainsi, on ne va pas chercher Agenore Incrocci et Furio Scarpelli si on n'a aucune intention de faire rire le public, de raconter une histoire sans ironie ni réalisme).

Mais même si ce n'est pas une raison en soi pour conclure, donc, on peut, en jetant un oeil sur les deux films, voir qu'en effet il y a une parenté, disons au moins narrative. Prenez la blague des uniformes bleus sous la poussière grise, dans Le Bon, la brute et le truand : on aurait très bien pu trouver l'équivalent dans La Grande guerre, avec des uniformes italiens et autrichiens. Cette scène du western de Leone est un gag typique de comédie à l'italienne. Et Tuco (extraordinaire Eli Wallach) un "monstre" typique, c'est-à-dire un personnage surtout négatif mis avec une épaisseur humaine irréductible, une complexité qu'on ne trouve ni chez les bons purs et simples, ni chez les méchants purs et simples. (Et ce n'est certes pas pour rien qu'on le confronte avec son frère moine). J'imagine que pour Leone, faire appel à Vincenzoni (qui a également scénarisé Il était une fois la Révolution, mais aussi Liberté, mon amour) et Age-Scarpelli, spécialistes de la comédie satirique, cela servait à développer la dimension picaresque de son film.

Ce qu'il y a de commun aux deux films, pour le dire en bref, c'est ce mélange – qui selon moi est une des contributions majeures du cinéma italien au spectacle cinématographique – de dérision et d'épique, de satire et de réalisme. Tu mets un peu trop de l'un, un peu trop de l'autre, et ton cocktail vient de foirer. Une autre bonne raison d'engager de vrais pros de la scénarisation, qui travaillent et retravaillent cent fois leurs personnages, leurs folles variations.

Il y a plus, évidemment, sauf que nous entraînerait trop loin : c'est que la façon de voir la Guerre de sécession et la Première Guerre mondiale, la conception générale de ce qu'est une vraie bonne reconstitution historique, ont un sérieux air de famille… Mais ça, c'est Cinecittà…

Arca1943


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0048 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter