Forum - La Terre des pharaons - Très beau suicide collectif !
Accueil
Forum : La Terre des pharaons

Sujet : Très beau suicide collectif !


De Impétueux, le 7 août 2005 à 20:24
Note du film : 5/6

Quarante ans après que je l'ai découvert, à sa sortie, ce film reste encore bien présent dans ma mémoire…

La façon dont on traitait l'Antiquité n'était peut-être pas très fidèle, nourrie de toutes les gloses et les éruditions des archéologues, mais elle donnait aux gamins – dont j'étais – l'envie d'en savoir plus sans les décourager par trop de précision maniaque…

Et puis la fin angoissante, l'ensevelissement volontaire des prêtres dans la Grande pyramide, les blocs de pierre libérés qui fracassent les ampoules de verre, le sable qui coule comme de l'eau….

Puissant ! Du Hawks, quoi…


Répondre

De Arca1943, le 7 août 2005 à 21:01

J'avoue que vous piquez ma curiosité. C'est la première fois que j'entends parler de ce film, qui ne passe jamais à la télévision U.S. (on capte tous leurs canaux ici). Étrange, tout de même… Peut-être une malédiction? En revanche, je constate avec plaisir que le monumental Pharaon de Kawalerowicz est disponible sur DVD Zone 2.


Répondre

De Impétueux, le 8 août 2005 à 10:27
Note du film : 5/6

Etrange, en effet, parce qu'on ne peut pas dire que pour vos voisins du Sud, Howard Hawks soit un inconnu au pedigree incertain, ni Jack Hawkins et Joan Collins des tâcherons exotiques.

Cette Terre des Pharaons est un de ces mélos flamboyants et superbes qu'Hollywood mettait en scène pour ravir nos yeux émerveillés, alternant scènes de foule et bavardages languissants, au service d'une intrigue souvent niaise, mais bien tournée ; des films souvent un peu longs, toujours pompeux, mais d'un brillant technicolor…

Je sais que j'ai tort, mais je n'ai pas vu le Pharaon de Kawalerowicz et ne peux pas esquisser de subtil parallèle, hélas !


Répondre

De ericparfait, le 25 janvier 2006 à 13:30
Note du film : 6/6

Dommage que ce chef-d'œuvre qui compte parmi les plus beau films du monde soit actuellement introuvable au format DVD et même en VHS. Ce qui m'a marqué dans ce film historique, c'est le génie des bâtisseurs des pyramides dont la construction est demeurée une énigme jusqu'au visionnage de ce film. La Terre des pharaons est un film très édifiant et un excellent support pédagogique qui devrait être réédité.

Bravo !


Répondre

De Ninjakidnapper, le 25 janvier 2006 à 14:10
Note du film : 6/6

Pendant que des dizaines de navets font l'objet de rééditions, des chefs d'oeuvre comme cette excellente Terre des Pharaons croupissent dans leur fonds de catalogue !

On peut s'interroger sur le niveau de connaissances cinématographiques des responsables de programmes de réédition.

A moins qu'il n'y ait un problème de droits ?


Répondre

De verdun, le 1er mai 2006 à 14:36

La terre des Pharaons est l'un des meilleurs péplums de l'histoire du cinéma. Il s'agit d'un film étrange dans la carrière d'Howard Hawks, qui pour une fois aborde le film à grand spectacle en cinémascope.Pour autant on retrouve des thèmes habituels à Hawks: l'arrivisme, les rapports homme-femme, le pouvoir et la mort.

Le film est frappant pour son souci du réalisme et de la cruauté.

Il faut croire que sa non-réédition est dûe à son insuccès commercial ou au fait que le péplum soit peu côté en dvd. Le médiocre mais populaire Quo Vadis aussi encore absent sur ce support. Faut-il voir dans cette Terre des Pharaons, un film plus apprécié en France qu'aux Etats-Unis comme Traquenard ou Les contrebandiers de Moonfleet, qui sont sortis en dvd ici mais pas aux Etat-Unis ??

Il est à noter enfin que ce film n'était pas très apprécié en Egypte: en effet, dans le film, l'architecte est un certain Vashtar, un … Juif, quel sacrilège.


Répondre

De PSYCHEROCK, le 18 juin 2006 à 18:58

Tout à fait d'accord avec vous, j'aimerai bien que ce film LA TERRE DES PHARAONS soit réédité en DVD. Toute un jeunesse à redécouvrir


Répondre

De droudrou, le 20 janvier 2007 à 14:01
Note du film : 5/6

Je m'étonnais soudainement que ce film ne figurât pas en DVD.

Etant une superproduction de qualité, dirigée par Howard Hawks avec d'excellents acteurs, c'est bien évidemment que je réclame sa parution en DVD… et avec suppléments, s'il vous plaît !

Par contre, comme notre ami Arca avait fourni une information à propos de l'immense Pharaon, je vais de ce pas me renseigner car, bien évidemment, c'est un film doté d'une certaine aura mais que l'on ne voit pas beaucoup, hélas…


Répondre

De christberg1, le 25 mars 2007 à 04:27
Note du film : 6/6

vivement une réédition de ce chef-d'oeuvre. l'histoire du pharaon Khéops à la sauce hollywoodienne.


Répondre

De DelaNuit, le 29 mai 2007 à 19:27
Note du film : 5/6

Pour les amateurs de La Terre des pharaons, je vous informe que le journal du tournage sur place en Egypte, rédigé par Noël Howard, a été édité chez "Ramsay" sous le titre "Hollywood sur Nil".

Le film est brièvement sorti en K7 vidéo il y a une dizaine d'années, à peu d'exemplaires. J'ignore l'éditeur. La jaquette ne reproduisait pas une affiche du film mais une photo de Joan Collins en maillot de bain sur fond de désert ! Sans doute dans l'espoir d'attirer le client ? Moralité, les cinéphiles ont passé leur chemin et les amateurs de comédies à pin-up ont du être déçus !

Quoi qu'il en soit, il s'agit d'un excellent film visant avant tout à nous replonger dans l'Egypte pharaonique et les conditions de construction des pyramides. Les aventures personnelles des héros pimentent ce grand spectacle mais ne prennent pas le pas sur l'évocation historique. Les acteurs ne sont d'ailleurs pas de grandes têtes d'affiche. C'est peut-être la raison pour laquelle le film n'a pas encore été réédité ?

Ah, le chantier de la pyramide, les processions funéraires chantées avec fougue, les prêtres parlant par la voix des dieux à travers les statues monumentales… et Joan Collins, déjà peste bien avant "Dynastie", femme fatale y compris à elle même, emmurée vivante dans la pyramide…

Pour l'occasion, le compositeur Dimitri Tiomkin composa des chants égyptiens épiques plus vrais que nature !

Un petit effort, messieurs les distributeurs !


Répondre

De DelaNuit, le 19 juillet 2007 à 00:33
Note du film : 5/6

Avis aux amateurs : La terre des pharaons vient de sortir en dvd zone 1… C'est déjà cela !


Répondre

De Arca1943, le 19 juillet 2007 à 00:38

Tout cela est juste et bon, mais j'en profite pour rappeler l'absence (de plus en plus cruelle) sur DVD de ce chef-d'oeuvre du cinéma égyptien qu'est La Momie. Et là, je crois qu'il ne faut pas compter sur la Zone 1 pour nous le sortir…


Répondre

De droudrou, le 19 juillet 2007 à 08:04
Note du film : 5/6

"dignum et justum est !" – là, Arca, nous nous approchons des sommets… Si le film sort en zone 1, au moins, aujourd'hui, nous avons l'espoir de le voir prochainement en zone 2. Ce serait parfait que le père Noël exhaussât nos voeux !

Et puisque nous parlons de père Noël, il serait plus sympa encore de nous apporter les versions longues de "Heaven's gate" de Cimino et "Alamo" de notre ami John Wayne…


Répondre

De De passage..., le 8 septembre 2007 à 23:29

Je profite de ce message sur ce site (décidément bien intéressant ) pour poser une question. Bien que féru de cinéma , je suis parfaitement étranger à la technologie moderne. Peut-on m'expliquer la différence entre un dvd zone 1 et zone 2 ? Grand merci pour une éventuelle réponse..


Répondre

De Impétueux, le 24 octobre 2007 à 18:42
Note du film : 5/6

J'ai revu le film hier, découvert à sa sortie en 1955 – et l'ensevelissement volontaire au fond de la Grande pyramide m'a durablement terrifié – revu sans doute il y a vingt ou trente ans à la télévision…

Et bien, c'est encore mieux que dans mon souvenir : c'est rythmé, coloré, bien raconté et bien filmé, ça n'est pas trop long (comme le sont souvent ces grosses machines), à peine plus de 1h40, et c'est extrêmement bien interprété si, du moins, et naturellement, on accepte les conventions inhérentes aux péplums, dialogues imagés et un peu trop nobles, acteurs un peu emphatiques et hiératisés.

Et puis c'est terriblement cruel, ce que n'était pas toujours le cinéma américain de l'époque : on s'y tue avec abondance avec l'épée ou grâce à des moyens plus originaux et démoniaques : ainsi Nellifer-la-méchante (Joan Collins) se débarrasse-t-elle de sa rivale, la première épouse de Pharaon en faisant apprendre au petit prince Xénon un air de flûte qui attire un redoutable cobra ; n'écoutant que la voix du sang, la première épouse, avisant le serpent qui s'insinue vers le bambin mélomane, se jette sur lui pour protéger son fils et se trouve, naturellement, rayée de notre vallée de larmes (je ne sais pas si vous m'avez suivi, mais c'est ingénieux et original).

Et puis Pharaon (Jack Hawkins) n'est pas un bon géant courageux et un peu pataud, qui a les sens tourneboulés par Nellifer-la-sensuelle : c'est une sorte de brute obsédée par l'or et les pierreries, ne songeant qu'à sa propre gloire et souhaitant amasser le plus grand nombre de richesses pour pouvoir mener, aux enfers, une vie de magnificence (et de fornication, n'en doutons pas !).

Les rapports humains sont sauvages et violents et tout se termine par plein de morts atroces, alors que quitte l'Égypte, où Pharaon l'avait déporté, le peuple dont était issu Vashtar (James Robertson Justice), génial architecte de la pyramide et de son labyrinthe.

Est-ce le peuple juif, comme le pense notre ami Verdun dans son message de mai 2006 ? Ce n'est pas certain… D'abord parce que les Écritures ne font nullement mention d'un premier (en termes chronologiques) départ des Juifs d'Égypte, avant l'Exode conduit par Moïse (revoir Les dix commandements), ensuite parce que la désinence Sthar n'est pas spécifiquement hébraïque (me glisse quelqu'un qui s'y connaît un peu mieux que moi en philologie). Mais il est peu contestable qu'il y ait là un clin d'oeil de Howard Hawks comme l'a justement noté Verdun.

Bon. Enfin c'est très bien. Du grand spectacle de l'Hollywood que l'on a aimé jadis…


Répondre

De Arca1943, le 24 octobre 2007 à 20:25

Tout ça m'a l'air bien tentant… et la courte durée est encourageante. Et en plus, il y a même Kérima ! Je constate avec plaisir que vous avec un goût pour les peplums, Impétueux. Qui sait, peut-être même irez-vous un jour jusqu'à voter pour Théodora, impératrice de Byzance, qui date plus ou moins des mêmes années (mais qui n'est pas américain, je vous l'accorde) ?


Répondre

De DelaNuit, le 24 octobre 2007 à 22:58
Note du film : 5/6

Eh bien voilà, j'ai voté pour Théodora impératrice de Byzance. Je l'ai vu à la télévision il y a longtemps dans une version bien abîmée. Dans le genre peplum, le film ne manquait pas de charme, même si on est loin des grands spactacles épiques hollywoodiens. Et Gian Maria Canale ne manque pas de piquant !

Pour répondre sur la question du peuple de Vashtar, il semblerait, vu les dessins qui ornent leurs tuniques, qu'il s'agisse d'un peuple du proche orient de type sumérien ou sémite. Mais pas forcément des Hébreux. A l'époque, ils étaient d'ailleurs souvent mélangés. D'où des interférences entre monothéistes et polythéistes.

Dans la catégorie films inspirés de l'Antiquité introuvables et pourtant de qualité, pourra t-on un jour voir en dvd le Salomé de Dieterle avec Rita Hayworth dans le rôle titre, exécutant la danse des 7 voiles (le strip-tease de l'époque) devant un Charles Laughton bavant de concupiscence, et Le fils prodigue de Thorpe avec Lana Turer, grande prêtresse de la déesse de l'amour dans ses jardins du plaisir ? Ont-ils seulement une fiche sur dvdtoile ???


Répondre

De Impétueux, le 24 octobre 2007 à 23:02
Note du film : 5/6

Mais j'aurais grand plaisir à découvrir, de l'excellent Riccardo Freda, cette Théodora, impératrice ! Tout ce qui touche l'Empire Romain d'Orient est si méconnu et si extraordinairement intéressant !

Vous n'ignorez évidemment pas que c'est sous le règne de Justinien – et de Théodora, donc – qu'a été édifiée une des merveilles absolues d'Europe, la basilique Sainte Sophie, de 532 à 537. Pendant que l'Occident subissait le choc des invasions barbares, l'Orient gréco-latin resplendissait d'une multiple splendeur !

Cela étant, sur ce fil, nous étions en Égypte, au temps de Chéops, et il y a à peu près 3000 ans d'écart… (3000 ! incroyable, non ?)


Répondre

De DelaNuit, le 11 février 2008 à 19:36
Note du film : 5/6

Et bien voici un nouveau scoop, mais qui ne réjouira que les amateurs de musiques de films : la musique complète (plus quelques bonus) de La terre des Pharaons composée par Dimitri Tiomkin, au style si particulier, est éditée depuis peu par "Filmscore" (limitée à 3000 exemplaires).

Pour vibrer au rythme des chants païens des bâtisseurs de pyramides et des processions pharaoniques !


Répondre

De pamina, le 11 février 2008 à 20:07

Tout à fait d'accord.. que du bonheur… surtout présenté en 2 CD !… mais il faut (si je ne m'abuse) faire ses achats Outre-Atlantique, notamment chez "Screen Archives Entertainment" qui (en dehors de toute publicité) mérite de présenter des rééditions de musiques de films tous azimuts…

Et parler de la musique de Tiomkin, c'est se souvenir d'"Alamo", de "La chute de l'Empire Romain"… j'en passe et des meilleurs !…


Répondre

De DelaNuit, le 12 février 2008 à 18:58
Note du film : 5/6

Inutile de faire vos achats outre-Atlantique, alors que la boutique Ciné-Musique, rue de l'arbre sec à Paris, vous commande tout ce que vous voulez et vous le met de côté ou vous l'envoie à domicile, et vous renseigne aimablement sur tout ce qui est disponible en musiques de films de par le monde !

Pour Dimitri Tiomkin, rappelons nous, outre les westerns qui ont fait sa célébrité (Règlement de comptes à O.K. Corral, Le train sifflera trois fois, Géant, La rivière rouge, Alamo…) de magnifiques partitions pour des films d'aventure parmi les plus beaux et les mieux réussis, auxquels ses partitions apportent un réel "plus" : La chute de l'Empire romain, La terre des Pharaons, Horizons perdus, Les canons de Navarone… et j'avoue un intérêt particulier pour Les 55 jours de Pékin, sa Chine millénaire tour à tour tumultueuse et sereine, son quartier des ambassades multiculturel… et sa baronne russe (indomptable Ava Gardner !) accompagnée d'une valse tzigane virtuose…


Répondre

De pamina, le 12 février 2008 à 19:51

Merci du renseignement. Cependant il faut "connaître" ce genre de boutique et par ailleurs, résider à Paris facilite pas mal les choses !… Toutefois le site n'offre pas des titres à profusion et la demande expresse (commande) d'une oeuvre peut ouvrir la porte à beaucoup d'interrogations, notamment lorsqu'il y a eu réenrégistrements de bandes originales… Il vaut mieux avoir un échantillonnage sonore pour se faire une idée… la formule d'Import est, qu'on le veuille ou non, une solution à la satisfaction de nos désirs !

C'est le cas pour "La chute de l'Empire romain"… Cette musique est grandiose, et je pense notamment au thème d'ouverture où Tiomkin n'a pas hésité à faire appel à de l'orgue… La BO est sombre et j'ai eu le plaisir d'entendre un nouvel enregistrement par le "Prague Symphony Orchestra"… une pure merveille !… malheureusement, ce n'est pas l'oeuvre entière, puisque ce CD (je devrais dire ces 5 CD) sont dédiés à la musique des films pour lesquels Tiomkin a contribué.


Répondre

De DelaNuit, le 12 février 2008 à 20:22
Note du film : 5/6

Pour ce qui concerne La terre des Pharaons, certaines plages du CD sont en écoute sur le site de Filmscore : www.filmscoremonthly.com car il vient de sortir.

Des extraits des derniers CD de BOF sont aussi en écoute sur le site intrada.com

Pour la boutique Cinémusique, c'est la boutique référence en France et les amateurs de musique de film les interrogent par téléphone et leur commandent des CD de partout dans le pays. Ils répondent à vos question et vous informent notamment sur la qualité des enregistrements.

Chez FilmScore, il s'agit d'enregistrements d'époque, mais restaurés et donc tout à fait acceptables.

La qualité de son est bien-sûr meilleure sur des enregistrements récents, mais la qualité de la direction d'orchestre n'a souvent rien à voir avec celle du compositeur… et les dieux savent combien les partitions de Tiomkin sont difficiles à jouer !

Pour La Chute de l'Empire romain, il existe deux CD : l'un édité chez Varèse Sarabande, qui reprend le disque micro-sillon d'époque, et un autre appelé "More music from The fall of the Roman Empire" chez Silva Screen / Archive Music Serie, qui présente quelques différences avec l'autre : quelques morceaux en plus (notamment l'intermezzo : chants de Vestales sur le thème d'amour) et en moins.

Quelques compilations présentent l'ouverture avec orgue dont vous parlez et parfois aussi le boléro de la Pax Romana sur lequel défilent les légions devant Marc-Aurèle (Alec Guiness), déjà présents sur les deux CD cités.

Mais à ma connaissance, aucun CD ne rassemble la totalité du score, et c'est bien dommage, car c'est du grand art !


Répondre

De droudrou21, le 24 septembre 2009 à 14:06

Je me suis fort amusé à le revoir : d'abord les Egyptiens ponctuent les interventions de Pharaon et du grand prêtre d'un amen quand "amen" Le Credo, est hébreuxcomme aussi le dernier livre de l'Écriture Sainte (cf. Ap 22,21), se termine avec le mot hébreu Amen. On le trouve fréquemment à la fin des prières du Nouveau Testament. De même, l'Église termine ses prières par " Amen "…. d'autre part la musique signée de Dimitri Tiomkin identifiable comme celle de Hans Zimmer est une répétition de ce que sera la partition des Canons de Navaronne! quelle inspiration antique et authentique pour les grands moments du "western" !…


Répondre

De DelaNuit, le 25 septembre 2009 à 14:04
Note du film : 5/6

En fait, il ne s'agirait pas exactement d'un "amen", mais d'un "Am'min" (prononcer "Amine"), soit une marque de dévotion au dieu suprême Amon, dans sa forme Amon-Min (le dieu Min étant l'un des nombreux visages d'Amon, entité divine englobant la plupart des dieux du panthéon égyptien.

La forme "Amon-Min" aurait subi une fusion/simplification sous la forme Ammin ou Amin, exactement comme la fusion des dieux Hermès et Anubis a donné à l'époque romaine "Hermanubis".

Par l'astuce du recours à ce nom sacré prononcé de façon rituelle lors des cérémonies, les scénaristes de La terre des pharaons rendent celles-ci plus compréhensibles aux spectateurs, grâce au rapprochement avec le "Amen" judéo-chrétien, tout en restant dans le cadre de la spiritualité égyptienne !


Répondre

De droudrou21, le 25 septembre 2009 à 16:04

merci Laurent – à propos du film Noël Howard a écrit Hollywood sur Nil où il raconte diverses anecdotes sur la réalisation du film : de fait c'est un projet "comme cela" qui semblerait né spontanément Howard Hawks l'ayant appelé en disant "Nous allons monter un film sur les Pyramides et les Pharaons…" n'ayant aucune base scénaristique disant nous allons embaucher Faulkner. Les choix du casting ont relevé de l'improvisation et des amitiés et relations pour James Robertson Justice ses bonnes relations avec la couronne depuis Whisky à gogo… alors qu'il était indésirable dans les pays arabes…pendant le tournage les orgies et les libations ont été de rigueur ! Amen !


Répondre

De DelaNuit, le 25 septembre 2009 à 17:33
Note du film : 5/6

Il parait même que sur le tournage, Joan Collins était tellement dissipée qu'on l'avait surnommée "British Open" !

Je pense que la raison de la mise en chantier de ce film gigantesque sur l'Egypte est que la Paramount sortait à la même période Les dix commandements, la Fox sortait L'Egyptien… (dont on attend toujours le dvd !) Il fallait donc pour les autre studios proposer un spectacle comparable et concurrent !

Au final, le film reste beau à regarder. Toutefois, si on peut lui faire un reproche, à mon avis, outre quelques anachronismes tels que l'utilisation de chameaux, c'est surtout que le scénario, s'il fait la part belle d'une part à l'imagerie égyptienne (construction de la pyramide, rites funéraires, fastes de palais…) et d'autre part à des personnalités marquées cherchant à donner un sens à leur vie de façons différentes (recherche du pouvoir ou de l'or, ou au contraire dévotion pour sa famille ou pour son peuple), il ne rend pas vraiment justice à la philosophie et à la spiritualité égyptiennes antiques, en les présentant de façon très binaire et caricaturale.

En effet, les rites et la spiritualité égyptiennes reposaient essentiellement sur la recherche ou le maintien d'un équilibre entre les forces positives et négatives du monde, parmi lesquelles la vie et la mort. On ne retient ici que la cupidité, la concupiscence, donnant une image très matérialiste d'une civilisation qui était en fait essentiellement tournée vers la spiritualité.

De ces aspects là, il ne reste dans ce film pas grand chose, mais tel n'était sans doute pas le but du réalisateur et du studio…

Une réflexion intemporelle sur l'être humain donc, ses forces et ses faiblesses, dans des décors de l'Egypte antique. Mais finalement pas vraiment un film sur l'Egypte antique


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.098 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter