Forum - Laura - Laura ou Laura pas ?
Accueil
Forum : Laura

Sujet : Laura ou Laura pas ?


De spontex, le 17 décembre 2004 à 15:37
Note du film : 6/6

Comme Laura est annoncé en zone 1, il y a de fortes chances pour que le zone 2 suive. Tant mieux !


Répondre

De nermcrure, le 20 février 2005 à 19:47
Note du film : 6/6

Attention pour ceux qui ne connaîtraient pas : "Laura" de Preminger est un pur chef-d'oeuvre du cinéma. Un film haletant, captivant de bout en bout. Gene Tierney y est belle comme nulle part ailleurs. Dana Andrews, acteur relativement méconnu, a vraiment la grande classe.

Cette oeuvre doit absolument sortir en zone 2, messieurs les éditeurs. Les fans attendent, que dis-je ils trépignent. Ils n'en peuvent plus, pour tout dire, obligés qu'ils sont à se rabattre sur le VHS loué en médiathèque ! Ce n'est pas suffisant, les collectionneurs se jetteront comme des affamés sur le DVD, vous verrez. Alors, vous nous le sortez de derrière les fagots, ce fameux "Laura" ? Qu'on puisse le déguster comme un grand cru 1944, comme il se doit, quoi !


Répondre

De Hadaly, le 1er mars 2005 à 16:09

J'ai vu laura, un dimanche soir, dans le cadre de cette fabuleuse émission diffusée sur la 3 et dont je ne me souviens plus le nom (ciné-club, cinema de minuit ?)

J'en ai gardé un souvenir impérissable, et j'attends desespérement sa sortie en dvd zone 2 !!


Répondre

De cormega, le 14 octobre 2005 à 19:08
Note du film : 6/6

Paraît qu'il va sortir début 2006.Enfin!!!


Répondre

De Lucija, le 5 octobre 2006 à 10:34

Je ne suis pas d'accord Laura n'est ni la plus belle prestation de Gene Tierney ni son plus beau visage, à mon avis l'objectivité pencherait plus du côté de Shangai Gesture, Leave her to heaven étant inclassable…


Répondre

De Freddie D., le 21 février 2013 à 12:59

En observant attentivement la photo sur le nouveau Bluray, on s'aperçoit que la jeune femme dans les bras de Dana Andrews ne ressemble ni de près ni de loin à Gene Tierney. Alors qui est-ce ?


Répondre

De DelaNuit, le 23 février 2013 à 18:16
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Je me suis posé la même question ! Il m'apparaît en effet que cette femme n'est pas Gene Tierney… Mais alors qui ? La question reste posée. Il faut enquêter…


Répondre

De spontex, le 23 février 2013 à 18:24
Note du film : 6/6

Il s'agit bien de Gene Tierney, outrageusement photoshopée. On trouve la photo originale sur des forums américains :


Répondre

De Freddie D., le 23 février 2013 à 18:30

En effet! Mais pourquoi l'avoir métamorphosée comme ça? Le photoshopeur fou la trouvait moche?


Répondre

De DelaNuit, le 23 février 2013 à 18:40
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Il n'a pas dû se rendre compte qu'il déformait son visage à ce point… Sans doute fait-il partie d'une génération pour qui le visage de Gene Tierney ne veut rien dire… Elle qui incarne pourtant la magie et le mystère du cinéma… Elle n'avait pas mérité ça ! Ceci dit, vu qu'elle considérait sa carrière et son image avec beaucoup de détachement, je ne pense pas qu'elle détournerait pour cela ses beaux yeux des lointains où ils avaient coutume de se perdre, et où elle s'est évaporée…


Répondre

De vincentp, le 9 septembre 2013 à 23:13
Note du film : Chef-d'Oeuvre

C'est le film parfait par excellence… aussi je me limiterai à quelques remarques. Quand on revoit ce film et que l'on connait l'histoire, on s'attache à regarder la façon dont le film est construit. Les plans (Joseph LaShelle, Lucien Ballard et forcément Otto Preminger pour les construire) représentent un cas d'école : distance et angles de prises de vue entre la caméra et les personnages, succession des images… On mesure tout ce qu'il est possible de produire avec une mise en scène optimisée : de l'émotion, du suspens, donnant vie à des personnages et leur histoire…

Les nombreuses visites des grands appartements en particulier sont admirablement réalisées (de façon très sophistiquée), avec une utilisation parfaite des décors et de la lumière. L'opposition des caractères (et des acteurs, le bourru Dana Andrews face au raffiné Clifton Webb) permet de produire de façon naturelle les effets dramatiques ou comiques souhaités. Je ne pense pas que Gene Tierney ait une si grande importance que cela dans la réussite de ce film, même si il émane d'elle un charme naturel. Le succès de Laura tient dans tout un ensemble de choses, parfaitement assemblées.


Répondre

De Impétueux, le 1er novembre 2013 à 21:43
Note du film : 3/6

Je découvre ce film mythique et je suis de ceux qui pensent que s'il était dépourvu de l'extraordinaire beauté de Gene Tierney, il y a longtemps qu'il aurait été classé parmi les productions de série d'un Hollywood omnipotent, avec les autres films de l'honnête artisan Otto Preminger, une sorte de Decoin ou de Joannon du cinéma étasunien, aussi oublié aujourd'hui que ses confrères français.

Ce n'est pas mal, Laura, mais c'est bien convenu, à partir du moment où, à la 45e minute, celle qui était censée avoir été assassinée refait surface. S'ensuit alors une de ces intrigues invraisemblables qui ne fonctionnent qu'au théâtre, où les spectateurs sont bien obligés de suivre le rythme de ce qui leur est conté. Et, de fait, le film s'apparente souvent au théâtre, les protagonistes se réunissant, comme par magie, lors des scènes où l'on a besoin qu'ils soient tous simultanément présents. Je ne dis pas que c'est désagréable, mais enfin à partir du moment où, l'un après l'autre, tous les assassins possibles ont été disculpés, l'évidence du crime du précieux et péteux Waldo Lydecker (Clifton Webb) apparaît. Et tous le monde est bien content, parce que la jactance, la morgue, la suffisance, la prétention dudit sont devenues insupportables et qu'on est ravi de le constater aussi cinglé et aussi méchant. Et qu'il se fasse dessouder à la fin est de l'ordre de l'évidence.

Scénario bien médiocre, donc, alors que, aux débuts du film ou mieux, jusqu'à ce que Laura Hunt réapparaisse (coiffée, soit dit en passant d'un hideux chapeau de terre-neuva), on pouvait rêver à un autre film où apparaît Gene Tierney, L'aventure de Mme Muir, nimbé de poésie fantastique ; j'ai naïvement pensé que le lieutenant McPherson (Dana Andrews), contemplant le portrait de Laura allait s'assoupir et se retrouver en face d'une sorte d'apparition ectoplasmique, à la Poe qui le conduirait vers un monde enchanté ; au lieu de cela, il tombe sur une jeune femme qui joue à l'ahurie et dit revenir d'un week-end de jardinage. C'est la distance qui sépare Mankiewicz de Preminger, pourrait-on dire…

La beauté de Gene Tierney est, je l'ai dit, éclatante et suffit à donner la moyenne au film ; Clifton Webb interprète avec talent l'odieux Lydecker, qui écrit dans sa baignoire ses articles fielleux et le rend suffisamment intolérable, tout au moins au début du film (il s'éteint passablement ensuite) pour qu'on le déteste chaleureusement ; mais à peine ai-je reconnu l'alors tout jeune Vincent Price, plus tard acteur majuscule des films d'horreur de Roger Corman dans le très fade Shelby Carpenter, au personnage mal taillé et mal défini.

En résumé, un bon petit film de série qui bénéficie, à mes yeux, d'une aura peu compréhensible. Aura au demeurant bien forte, puisqu'on ne m'ôtera pas de l'idée que ce Qui a tué Laura Hunt ? aura inspiré au grand David Lynch l'interrogation majeure Qui a tué Laura Palmer ? de Twin peaks ; s'il était besoin de preuves, je note que le premier soupirant de Laura Hunt, l'homme qui a peint son portrait s'appelle Jacoby, comme un des personnages importants de la série. Je ne crois pas au hasard.


Répondre

De vincentp, le 1er novembre 2013 à 23:08
Note du film : Chef-d'Oeuvre

…l'honnête artisan Otto Preminger, une sorte de Decoin ou de Joannon du cinéma étasunien, aussi oublié aujourd'hui que ses confrères français.

Je reste sans voix.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.013 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter