Forum - L'Homme à l'imperméable - Sur un conseil donné...
Accueil
Forum : L'Homme à l'imperméable

Sujet : Sur un conseil donné...

VOTE
De Arca1943, le 13 février 2005 à 15:07
Note du film : 4/6

…je vote pour ce film qui me met l'eau à la bouche. Fernandel forever !


Répondre

De Arca1943, le 13 février 2005 à 16:50
Note du film : 4/6

Oh ! Vérification faite, il est déjà sorti en DVD. Ah, bon ! Je n'ai plus qu'à le faire venir de France. Après tout, voir un ou deux films non-italiens à l'occasion, ça ne peut pas faire de mal…


Répondre

De Arca1943, le 8 mars 2005 à 13:26
Note du film : 4/6

Trop tard…

Je tiens l'objet et croyez-moi, je ne suis pas déçu ! C'était au départ une curieuse idée de marier Fernandel et James Hadley Chase. Mais en fait le personnage du faux coupable – protagoniste de nombreux récits policiers – a toujours eu un potentiel comique qu'il suffisait de savoir exploiter. On pourrait dire aussi que, pour ce qui est d'introduire le comique Fernandel dans un univers plus sombre, il y avait eu au moins le précédent avec L'Auberge rouge : Fernandel y est toujours Fernandel, mais on constate qu'il est adaptable à toutes sortes de récits. Et puis comique et suspense, on le sait depuis Hitchcock, peuvent très bien faire bon ménage.

Duvivier a beaucoup de métier et contrôle parfaitement les règles du jeu. Moi qui ne dédaigne pas l'humour noir teinté de rouge, je me suis follement amusé à voir les cadavres s'empiler autour du pauvre clarinettiste. Fan de Fernandel, je suis bien content aussi d'avoir vu cette pantomime du petit-déjeuner… Certes, je savais que ça allait bien finir : la comédie à la française, tout comme sa concurrente d'outre-Atlantique, ne peut pas faire mourir ses protagonistes. Il serait inimaginable – même dans La Vache et le prisonnier – de finir sur l'image de Fernandel abattu ou fusillé. Pour ça, il faut aller de l'autre côté des Alpes… Mais ça me va, je joue le jeu !

Et puis la galerie des personnages de soutien est bien garnie, la palme revenant de droit, bien sûr, ex aequo à Bernard Blier et à son horrible petit chien. Bien sûr, les bagarres sont des bagarres de 1957… Les fusillades aussi… Et alors? Jouer le jeu, c'est cela, aussi. Ça fait partie du charme.

En plus, sur le court supplément, on apprend que François Truffaut avait démoli ce film lors de sa sortie, preuve qu'il s'agit d'un bon film !

Arca1943


Répondre

De Impétueux, le 14 septembre 2005 à 09:55
Note du film : 4/6

Dieu me garde ! J'ai eu le malheur de donner un conseil qui a toutes les apparences d'être suivi ! Et voilà que je m'effraye devant la déception que le subtil dispensateur d'anecdotes et d'analyses sur le cinéma italien va ressentir, peut-être, si L'homme à l'imperméable – qu'il va faire venir, sans doute à grands frais – de la lointaine Europe n'est pas à la hauteur de ce que j'ai propagé !

Il faut dire, cher Arca, qu'il y a des moments de gros comique un peu ballot ; que les bagarres sont assez tartes et n'atteignent pas le niveau Eddie Constantine (alors qu'entre Tigre et dragon et Matrix on a vu des scènographies hallucinantes), que Fernandel vous semblera sans doute bien niais dans son effroi d'avoir paru vouloir, profitant d'une absence inopinée de sa légitime, donner un coup de canif au contrat avec la sulfureuse Judith Magre

Mais enfin, il y a cette mécanique implacable qui va envahir la vie d'un brave clarinettiste du théâtre du Châtelet, il y a ces assassinats si joyeusement perpétrés, il y a un Bernard Blier dégoulinant de veulerie et superbe d'abjection, il y a un Jacques Duby, bien oublié aujourd'hui, mais si excellent acteur dans les rôles de mari minable et trompé (époux de Dany Carrel dans le Pot-Bouille de Julien Duvivier, de Simone Signoret dans Thérèse Raquin de Marcel Carné) et qui, là, joue à contre emploi le rôle d'un tueur cynique, délicieusement loin de tout scrupule…

Vous verrez et jugerez par vous-même ; mais c'est un film vraiment noir…(même s'il finit bien…enfin…apparemment…)


Répondre

De paul_mtl, le 27 janvier 2007 à 04:10
Note du film : 3/6

Le personnage maitre-chanteur rusé interpreté par Bernard Blier est pittoresque et amusant.

Fernandel joue un type tres maladroit ayant peur de son ombre qui m'a rappelé un peu les rôles de crétin de Jerry Lewis davantage que son jeu dans l'armoire volante. Les autres acteurs/actrices je ne les connais pas excepté Judith Magre qui a un petit rôle de "call-girl" (1er cadavre) et un "comique" de troisieme catégorie qui ne merite pas d'être cité.


Répondre

De PM Jarriq, le 14 mars 2009 à 19:13
Note du film : 3/6

Duvivier a semble-t-il inventé avec ce film, le "burlesque noir", un mélange assez peu digeste à la longue, de suspense basé sur le principe de l'engrenage, et le gros comique qui tâche, avec un Fernandel roulant des yeux, gémissant "ouh-là-là" dès qu'un cadavre lui tombe dans les bras, et qui se lâche dans une longue impro, où le réalisateur le laisse faire littéralement ce qu'il veut, avec des oeufs et du jambon comme accessoires. Si on est fan de l'acteur, pas de souci. Autrement, on peut se demander si le film n'aurait pas été meilleur, avec un tout petit peu plus de finesse dans l'interprétation. Blier par exemple, ne lésine pas non plus sur le cabotinage, mais il demeure réjouissant, se vautrant comme personne dans l'abjection la plus absolue, et composant malgré tout, un vrai personnage.

L'homme à l'imperméable fait penser à un aïeul de After hours franchouillard, dilué sur une semaine, la photo est belle, le scénario bien ficelé, même s'il passe trop de temps avec ces malfrats américains de pacotille. Reste que pour l'apprécier pleinement, il faut accepter les numéros de Fernandel, d'une lourdeur parfois effarante, qui paraît faire un film à lui, parallèlement à celui de Duvivier.


Répondre

De Romuald, le 14 mars 2009 à 19:27
Note du film : 2/6

Je suis tout à fait d'accord avec Pm Jarriq, et me suis toujours étonné de l'engouement de notre ami "Impétueux" ( Fan es Duvivier ) pour ce Duvivier…..limite. Loin d'être un mauvais film, cet opus là est prometteur au début mais très vite, j'ai envie de dire que c'est une "Fernandelerie" de plus. Et d'accord aussi pour dire que Blier en fait beaucoup plus qu'il ne lui ait demandé. Ca devient lourd par instant. Et puis ce scénario….Odette Sorensen en écrivait dix comme celui là à son petit déjeuner. Allez : Disons q'un Duvivier mal inspiré vaut mieux que pas de Duvivier du tout, mais quand même….Il faut raison garder, même devant un geant qui nous a offert, il est vrai, parmi les plus grands films du cinéma français.

                                                pour \Lagardère

Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.020 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter