Forum - Alamo - De cuello
Accueil
Forum : Alamo

Sujet : De cuello

VOTE
De Moonfleet, le 13 mai 2003 à 16:49

Je viens justement de revoir ce week end la version courte et c'est vrai que ça fait un peu charcuté. Depuis le temps que l'on nous la promet en DVD cette intégrale, il serait temps qu'elle arrive puisque le film est magnifique.


Répondre
VOTE
De Pigeon Lane, le 15 mai 2003 à 12:36

Seule la version longue a de la valeur. L'autre n'est qu'un "best of" déséquilibré. On l'avait restauré pour une édition LD, jadis, pourquoi pas en DVD puisque le remontage est déjà accompli ?


Répondre

De Moonfleet, le 15 mai 2003 à 13:00

Un beau best of déséquilibré quand même  ;-)


Répondre
VOTE
De PM Jarriq, le 18 octobre 2005 à 08:06
Note du film : 5/6

Incroyable que Alamo, film mythique s'il en fut, ne soit pas encore sorti en version director's cut ! La courte circule depuis des années, on ressort des séries B de Wayne (Hondo ou ses polars de fin de carrière style "McQ") et pas trace de Alamo ?


Répondre
VOTE
De droudrou, le 9 février 2006 à 11:57
Note du film : 6/6

Je me joins aux avis. Il faut rééditer ce film dans sa version intégrale et en version originale, et en respectant la dimension de l'écran. C'est un chef-d'oeuvre mutilé. Ce n'est pas normal. Trop de gens en ont une vision diffuse. Ce n'est pas du John Wayne. C'est John Wayne en tant qu'acteur et en qualité de metteur en scène face à un sujet qui le passionne et dans lequel il exprime toutes ses convictions de citoyen. C'est aussi un prolongement de John Ford de la même façon que Cimino a pu le faire dans sa "Porte du Paradis".


Répondre

De droudrou, le 2 juin 2006 à 17:01
Note du film : 6/6

Alleluhia ! Réjouissez-vous ! On nous annonce une sortie prochaine d'Alamo en version longue… Voyez d'ailleurs sur les prochaines sorties annoncées par DVD Toile.


Répondre

De droudrou, le 8 mars 2007 à 13:46
Note du film : 6/6

Il y a longtemps que je voulais apporter un rédactionnel un peu plus élaboré que les divers messages qui circulent sur le forum de ce grand film de John Wayne.

Alamo !

Je ne le cacherai pas : c'est mon film préféré.

Chez moi, c'est un film culte pour diverses raisons :

  • d'abord, il exalte l'esprit de courage et de sacrifice, ces gens qui, dans une totale abnégation, savent qu'ils vont sacrifier leur vie et qu'il y a de fortes chances qu'aucun d'entre eux ne survive
  • c'est un film sur l'héroïsme car jusqu'au bout il va falloir résister
  • c'est un hymne à la liberté et à l'amour du pays, ces derniers instants où les uns et les autres évoquent tout à la fois leurs souvenirs et leurs croyances profondes
  • c'est un hymne à Dieu et à la vie, les derniers instants qui précèdent la grande attaque
  • c'est un hymne à la nature quand on voit ces quelques images où Crockett évoque à Flaca ce pays que tout un chacun a tendance à voir comme un désert quand il y a autre chose
  • c'est un hymne à l'amitié virile
  • c'est un hymne qui prône le respect de chacun, blanc ou noir ou bis, il n'y aura plus d'esclavage, le capitaine Bowie rend la liberté à Jethro…
  • c'est un hymne à l'amour, de l'homme pour la femme, de la femme pour l'homme, et celle de la famille et du prochain…
  • et c'est aussi un film à la générosité, cet instant où les défenseurs de la mission (ce n'était pas un fort) parlent de leurs ennemis, qu'ils étaient fiers de la façon dont ils avaient combattu…

J'oublie certainement d'autres choses. Mais il y a de tout dans ce film. Il y a un ensemble de réflexions profondes mais il y a aussi de l'action, de l'humour, de la générosité. On est très proche de l'esprit particulier à John Ford. Il y a des instants qui peuvent apparaître quelque peu faciles ou on se demande leur utilité profonde, mais ils ne nuisent en rien à l'interprétation que l'on peut faire du film et des évènements qu'il raconte.

Et puis, c'est une épopée qui a sa place dans l'histoire de la civilisation américaine…

A toutes ces vertus, il convient de faire la part d'une mise en scène de qualité avec peu de temps morts, que l'œuvre ne soit pas entièrement de John Wayne et que John Ford y ait apporté sa contribution, je dirai que personnellement je m'en fous (ce n'est rien par rapport aux qualités du film) si j'ajoute une image superbe qui utilise avantageusement les possibilités du 70 mms, une musique qui, à son tour, exalte ces trois temps, vivre, aimer, mourir. Je dis que l'on est vraiment face à un film de grande qualité injustement méconnu et reconnu à la fois du public et des critiques.

Certes l'interprétation peut sembler inégale et je m'amuse souvent à parodier Laurence Harvey : « Ouvrez les portes ! » « Fermez les portes ! » mais, heureusement, il n'y a pas que cela et le climat de ce drame qui se joue à divers degrés pour les uns et les autres est bien rendu.

Enfin, n'oublions pas la beauté de Linda Cristal, Flaca, une beauté qui manquerait à toutes celles qui ont encore à tenir toutes leurs belles promesses…


Répondre

De Impétueux, le 8 mars 2007 à 14:59

J'évite de mettre une note : mon souvenir est flou !

J'ai vu cette grande machine (le terme n'a rien de péjoratif) à sa sortie, et j'en ai été émerveillé. Mais, me méfiant de mes souvenirs de prime adolescence, craignant que ce soirt trop long, trop verbeux, trop primaire, je me suis abstenu de le revoir depuis lors…

Je conserve toutefois bien en tête la superbe musique de Dimitri Tiomkin qui a connu, presque indépendamment du film, un renom extraordinaire (en France, le thème principal sous le titre Le bleu de l'été, mais d'autres morceaux aussi).

Eh bien, cher Droudrou, votre plaidoyer passionné me donne sacrément envie de changer de poinrt de vue et de m'y replonger !

Bravo !


Répondre

De PM Jarriq, le 8 mars 2007 à 15:35
Note du film : 5/6

Dans un docu sur le tournage (images à l'appui !), il semblait parfaitement clair que Ford n'a pas signé un seul plan de Alamo. Il venait souvent voir Wayne, et le soûlait de conseils. Donc, pour s'en débarrasser – gentiment – Wayne lui avait demandé de tourner quelques plans de seconde équipe. D'après le monteur, aucun n'a été utilisé, mais cela a suffi à faire courir le bruit que Alamo avait été à moitié tourné par Ford !

D'ailleur, le film n'a pas grand-chose de fordien, à part quelques éléments de casting. Et ce fut un coup isolé dans le parcours de Wayne, car son sinistre Green berets ne bénéficie d'aucune des qualités de ce premier film.


Répondre

De droudrou, le 8 mars 2007 à 15:49
Note du film : 6/6

Ouaip, JM Jarriq ! Si on peut aimer ce qui se dégage d'Alamo, en revanche, effectivement, John Wayne est beaucoup plus contestable quand il aborde ses "bérets verts". De fait, toutes nos discussions sont venues de l'évocation de la filmographie de Wayne et de Première Victoire. Comme au cinéma, les ragots vont bon train, il peut être possible que Wayne et Douglas se soient engueulés bon train pendant le tournage de Première Victoire parce que ne partageant pas les mêmes opinions politiques. Mais c'est très vrai que ses "bérets verts" apparaissent peu ragoutants…


Répondre

De Impétueux, le 8 mars 2007 à 16:56

Cela dit sans aucune arrière-pensée autre que de curiosité, j'aimerais savoir de vous deux, PMJarriq et Droudrou, pourquoi vous jugez Les bérets verts indignes. Je n'ai jamais vu ce film qui, me semble-t-il, défendait la politique américaine au Vietnam.

En bon gaulliste, j'étais plutôt Discours de Pnom-Penh et partisan de laisser les affaires indochinoises aux Indochinois, mais la réprobation, ou l'indifférence idéologiques ne me paraissent pas des critères cinématographiques pertinents (il y a eu plusieurs débats à ce sujet sur ce site).

Alors ? C'est si mauvais que ça ? Parce que, pour voir un bon film, je suis prêt à dîner avec le Diable (avec une longue cuillère, naturellement !)


Répondre

De PM Jarriq, le 8 mars 2007 à 17:44
Note du film : 5/6

Mauvais, je ne sais pas, en tout cas pas dans le détail. Je ne me serais pas avisé de le revoir. Mais je me souviens d'une vision tellement primaire, tellement bêtifiante, et c'était – je crois – le premier film important sur cette guerre. Les "VC" étaient montrés exactement comme les vilains Peaux-Rouges des vieux westerns, hurlant, torturant, sournois, et le journaliste anti-guerre joué par David Janssen, changeait vite d'avis en voyant le "Duke" sauver de petits orphelins, et passer au Napalm ces ignobles sauvages. The green berets pourrait prêter à rire, s'il ne se prenait pas autant au sérieux, et si on ne sentait pas sa volonté de propagande. Wayne avait déjà commis ce genre d'exploit, en jouant dans Big Jim McLain, célèbre nanar anti-cocos, à la gloire du sénateur McCarthy. Mieux vaut, je crois, s'en tenir à Alamo et ne pas trop chercher à gratter sous le mythe de l'acteur…


Répondre

De droudrou, le 8 mars 2007 à 19:52
Note du film : 6/6

Mon cher Impétueux, PM Jarriq est la voix de la Sagesse même ! Il me fait penser au personnage du photographe dans Apocalypse Now quand il décrit Kurtz !

Et j'espère qu'un tel compliment va lui aller droit au coeur…

Mieux, PM Jarriq c'est Charlton Heston dans le rôle de Moïse dans La plus grande histoire jamais contée.

Au nom du pair et du fisc…


Répondre

De PM Jarriq, le 8 mars 2007 à 19:57
Note du film : 5/6

Absolument : droit au coeur ! Et pourtant, je n'avais pas pris les mêmes substances que Dennis Hopper. Et Heston, c'était plutôt Jean le Baptiste…


Répondre

De benja, le 8 mars 2007 à 19:58
Note du film : 6/6

Je vous quitte sur ce chef-d'oeuvre.


Répondre

De droudrou, le 8 mars 2007 à 21:20
Note du film : 6/6

Excuse ! Mais tu sais avec Heston, il en a tellement fait :

Moïse – Ben Hur – Le Cid – Michel Angelo – Jules César (ou Antoine) je crois bien – l'Anglais qui a résisté aux arabes dont le nom ne me revient pas à Karthoum – Jean-le-Baptiste ! – Pffft ! – Quand il va arriver au Paradis, le seul problème qui risque de l'emmener au Purgatoire, c'est sa passion des armes – Heureusement que la soif du mal, ce n'était pas lui !… – Orson Welles se repent ! -

Salut – à demain ! – la journée a été fertile en "jokes" -


Répondre

De Impétueux, le 9 mars 2007 à 11:39

L'Anglais qui a résisté aux Arabes – dont le nom ne me revient pas – à Khartoum, ça serait-y pas Lord Kitchener ?


Répondre

De PM Jarriq, le 9 mars 2007 à 12:10
Note du film : 5/6

Non, c'est le général Gordon.


Répondre

De droudrou, le 9 mars 2007 à 12:16
Note du film : 6/6

Gordon Pacha en terme de surnom ! – DVDToile devient le rendez-vous culturel du net ! – Si les organisateurs nous mettent à disposition un forum libre et le moyen de pouvoir élargir nos discussions aux metteurs-en-scène et aux vedettes, ça va être terrible !


Répondre
VOTE
De Steve Mcqueen, le 9 avril 2010 à 11:56
Note du film : 5/6

Vu par mon père dans les années soixantes, découvert et adoré des années plus tard, je redoutais la déception, comme avec "Ben Hur"…

Et bien non ! aaah "Alaaamo" !!! Son John Wayne épique et massif… sa Linda Cristal au décolleté pigeonnant rivalisant avec celui de la pulpeuse Jane Russel du "Banni"… Son Jord Ford qui jouait sur les plates-bandes de Wayne en faisant mumuse avec la caméra… Son assaut final mythique : Wayne abattu à bout portant, Harvey tué, Widmark cloué sur une porte…

Des années plus tard Wayne remplaçera Wayne par Wayne, les mexicains par les viets, le Mexique par le vietnam, et hop là! l'affaire est dans le sac !


Répondre

De vincentp, le 10 septembre 2014 à 23:05
Note du film : 5/6


Oui, c'est un très bon film, avec des qualités multiples, et quelques défauts. Le générique d'ouverture annonce la couleur : forme soignée, musique superbe. John Wayne semble content d'être devant et derrière la caméra et cela se ressent sur la durée de l'oeuvre (un peu trop longue). Un ton original, assez dilettante, par moments inspiré de ce qu'a pu faire John Ford (les beuveries), mais pas trop finalement.

Peut-être une meilleure gestion de l'espace que du temps, même si des images du ciel, furtives renvoient parfaitement à ces deux concepts en même temps. La bataille finale est superbement filmée. Très subjectivement, j'ai trouvé Richard Widmark très impressionnant (quel acteur !). Le discours patriotique de la femme aveugle est ridicule, la photographie de William Clothier est magnifique…


Répondre

De JIPI, le 27 octobre 2014 à 11:48
Note du film : 6/6

« Alamo » est une fresque exceptionnelle, un Massada tragique paradoxalement bénéfique formatant dans un lieu clos tout un processus humain enfin transcendé par la volonté de s’investir intégralement pour une cause.

Aucune continuité n’est perceptible au delà de ses murs contenant les derniers instants d’un patriote à l’état pur prêt à donner sa vie en alternant détente, héroïsme et dévouement sur un site condamné à disparaître.

Ce film est magnifique, son processus inexorable n’empêche nullement tous ces sacrifiés en puissance de vivre leurs derniers jours en se chamaillant ou faisant la fête avant d’en découdre dans un affrontement final digne d’Homère.

La montée en puissance de l’œuvre est pathétique. Ses derniers instants drainent en surface quelques larmes difficilement comprimées.

Avec un peu plus de courage on aimerait presque se tenir à l’intérieur de ces murs pour enfin montrer que l’on possède au fond de soi une valeur endormie, un instinct de sacrifice menant nos corps et nos âmes vers une dimension inconnue.

Mais pour cela il faut tout abandonner.


Répondre

De Tamatoa, le 27 octobre 2014 à 19:59
Note du film : 5/6

Ce film, d'abord, il exalte l'esprit de courage et de sacrifice, ces gens qui, dans une totale abnégation, savent qu'ils vont sacrifier leur vie et qu'il y a de fortes chances qu'aucun d'entre eux ne survive (DROUDROU)

« Alamo » est une fresque exceptionnelle, un Massada tragique paradoxalement bénéfique formatant dans un lieu clos tout un processus humain enfin transcendé par la volonté de s’investir intégralement pour une cause. (JIPI)

Pardon de revenir un instant sur un très fâcheux (très !) incident, mais c'est quand même très clair ce qu'écrit notre ami Jipi !! C'est très exactement ce que dit Droudrou, mais exprimé avec une philosophie confinant à la géométrie verbale qui va au coeur des faits et des intentions. Je ne vais pas encore vous emmerder avec mon mana et mon ho-o-pono-pono qui semble rebuter tout le monde mais ce n'est quand même pas moi , qui n' ai appris à lire et à écrire qu'à l'âge de 17 ans, malgré un père ingénieur, qui va expliquer tout ça au fin grammairien que vous êtes Impétueux ! Ca dépasse l'entendement !


Répondre

De JIPI, le 27 octobre 2014 à 20:46
Note du film : 6/6

Tamatoa franchement le mana moi ça me va, je prends. Merci encore pour vos encouragements.


Répondre

De vincentp, le 27 octobre 2014 à 22:22
Note du film : 5/6

« Un Massada tragique paradoxalement bénéfique formatant dans un lieu clos tout un processus humain enfin transcendé par la volonté de s’investir intégralement pour une cause.

Je respecte la prose conceptuelle de Jipi, mais je trouve celle de Droudrou plus facile à comprendre, pour un étudiant chinois qui apprend le français, ou un adolescent de quinze ans qui découvre le cinéma.

Et d'ailleurs, pourquoi "enfin transcendé" ? Droudrou parle à raison "de ces gens qui, dans une totale abnégation,…". Des différences de caractère ou de stratégie entre les personnages joués par Wayne, Harvey, Widmarck, mais ils se rejoignent dès le départ sur la cause à défendre : la patrie américaine naissante, et son territoire jusqu'au Rio grande.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.044 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter