Forum - Les Feux de la chandeleur - Une histoire simple
Accueil
Forum : Les Feux de la chandeleur

Sujet : Une histoire simple


De franzu, le 7 janvier 2005 à 13:54
Note du film : 5/6

Voici l'histoire simple d'un couple: l'homme a quitté sa femme.Mais, elle l'aime toujours et, malgré l'incrédulité de ses enfants, croit à son retour…Voici un film plein de charme, merveilleusement servi par Annie Girardot et Jean Rochefort. A quand sa sortie en DVD ?


Répondre

De adilou, le 28 juillet 2005 à 21:33

j'aimerais beaucoup acquérir ce film…

où pourrais-je l'acheter???

aidez-moi

vous pouvez me répondre sur devjerome@yahoo.fr

merci d'avance


Répondre

De nameless, le 24 octobre 2005 à 16:43

Hello.

I live in Asia and I can't know about the release of this film because I can't surf French website.

I'm sorry I can't use French.

Would anyone tell me about the VIDEO or DVD of this film?

Have this movie released IN FRANCE, by video or dvd?

I really want to know about this.

I would really appreciate it if someone tell me about this.


Répondre

De franzou, le 5 avril 2006 à 08:39

C'est une histoire simple mais un film fabuleux magistralement interprété par Annie Girardot, si touchante et Jean Rochefort.

C'est une oeuvre poignante, inoubliable que j'ai découverte dans les années 80 sur le petit écran.

Si peu de messages pour ce film?

Sans doute parce qu'il n'a pas été rediffusé par la télévision.

J'espère que nous pourrons bientôt le trouver en dvd.


Répondre

De Miron, le 20 avril 2006 à 17:24
Note du film : 5/6

Ce tourbillon familial avec grands comédiens comme "Mamouchka" Annie Girardot, sa "fille" Claude Jade, le "fils", croyant sa mère véritablement folle (Bernard LeCoq) et l'ex Jean Rochefort etait nominé a la Palme d'or à Cannes 72. Je vote pour une DVD!


Répondre

De Kira, le 7 février 2007 à 19:01

Ils dansent dans ce hiver, les immortels du cinéma français: Bernard Fresson et Claude Jade. Il neige à gros flocons.


Répondre

De Gaulhenrix, le 7 février 2007 à 20:24

J'apprécie beaucoup votre phrase-hommage et l'image qui l'illustre, Kira.


Répondre

De putten, le 5 septembre 2007 à 01:23
Note du film : 6/6

La date de sortie du DVD: le 17 octobre 2007. Hélas! Claude Jade en fille de "mamouchka" Annie Girardot.

\

Et le 17 octobre c'est la date de "Les feux feux de la Chandeleur" en DVD.


Répondre

De Marijo, le 8 octobre 2007 à 16:54

affiche japonais qui réunit Claude Jade, Bernard Fresson et Annie Girardot:


Répondre

De Arca1943, le 8 octobre 2007 à 20:17

Très belle affiche. Je vais peut-être avoir finalement envie de voir ce film, surtout que Bernard Fresson est pour une fois dans un rôle principal.


Répondre

De Boromir, le 16 novembre 2007 à 19:17

Pas vraiment d'accord avec la critique laudatrice. Perso, j'ai été hyper déçu. Tout sonne faux dans ce film (aussi faux que la moumoute d'Annie Girardot, aussi faux que la neige carbonique qui sert sur certaines scènes). Les dialogues sont globalement indigents (beaucoup de phrases creuses, souvent inachevées…) et les aphorismes à deux centimes nous tombent sur les pieds comme des enclumes ! ouh lala ! La scène des diapos chez Bernard Fresson (l'instit qu'on ne voit jamais bosser !) est particulièrement grotesque. Et que dire des quelques ralentis agrémentés de violons dégoulinants ? Misère…


Répondre

De Tamatoa, le 10 décembre 2013 à 02:26
Note du film : 2/6

Alors, Annie Girardot est une grande actrice, c'est une chose entendue. Elle porte le film sur ses épaules, d'accord. Mais depuis le temps que l'on me vantait les qualités de ce film, je pensais voir un de ces chefs-d’œuvre qui auraient marqué l'histoire du cinéma. Je n'ai vu qu'un amoncellement horriblement verbeux de poncifs, de clichés à deux balles autour d'une histoire d'une banalité à pleurer. Pas d'émotion : d'ennui ! C'est ça, Les feux de la chandeleur ? Ces gens bavards et inintéressants au possible ? Serge Korber veut nous jouer le grand jeu de la bourgeoisie qui se démène entre amour et politique, rupture et retrouvailles, saupoudré de rien. Je me suis emmerdé comme un rat mort. Claude Jade récite, Jean Rochefort n'y croit pas une seconde et nous fait partager son ennui, et Bernard Fresson se fait un cachet. Un rôle conséquent, certes, mais guère plus passionnant que les autres. Quant à Bernard Le Coq, il court en tous sens comme tout comédien en début de carrière, tentant vainement de ramasser les miettes laissés par des acteurs confirmés mais peu convaincus du bien-fondé de ce scénario. Vision très personnelle, mais que je ressens farouchement.

Le roman Les Feux de la Chandeleur a reçu le prix des Libraires de France 1967. Je ne l'ai pas lu mais j'espère qu'il n'est pas le reflet de cette triste et longue et chiante litanie sur les déboires conjugaux. Les libraires me décevraient. A moins qu'ils aiment le froid et la neige qui glacent cet ennui. Bref, je rejoins tout à fait la critique de Boromir.

Cela étant posé et vomi, je sais bien que Serge Korber n'est pas le cinéaste le plus talentueux depuis Méliès. Perso, je le bénis de nous avoir donné Un idiot à Paris pour qui j'ai une grosse tendresse. Mais ça s'arrête là. Il n'est pas le cinéaste le plus fin qui soit. Peut-être s'est-il attaqué à trop gros pour lui. Je ne dis pas que si un autre réalisateur s'était penché sur l’œuvre, la déception aurait peut-être été moins vive, et pourquoi pas, aurait fait place à une heureuse surprise. C'est Michel Mitrani, habile metteur en scène des Guichets du Louvre, qui devait réaliser ce film en premier lieu. Allez savoir …

Las ! En attendant, ces Feux de la chandeleur ne valent pas une crêpe, fût-elle au chocolat. La grandiloquence des années 70 a fait d'autres ravages au cinéma. Mais là, c'est très fort. Parce que d'émotion, point. Du tra-la-la monté en épingle jusqu'à une fin frisant le ridicule, oui. Et puis ce mélange avarié de politique et d'amour éclaté, de commérages familial et de valse-hésitation, c'est vraiment emmerdant.

Très déçu. Le titre de ce film ronflait depuis des années dans ma caboche, comme un regret de ne pas l'avoir encore vu. Et je comprends pourquoi : il y a vraiment de quoi ronfler devant cette soupe étrange. En guise de feux, nous attendons longtemps et en vain l'étincelle qui aurait pu les allumer…


Répondre

De Pianiste, le 10 décembre 2013 à 08:47

Contrairement à vous, ami Tamatoa, j'ai beaucoup apprécié Les feux de la Chandeleur. Jean Rochefort s'y montre comme toujours excellent et Annie Girardot campe à merveille sa femme devenue folle. Claude Jade tient aussi assez bien son rôle. Par-contre, il est vrai que Bernard Fresson est d'une pâleur mortelle. Pour ce qui est de Bernard Le Coq, il est, comme dans tous ses rôles, nul de chez nul.

Sinon, l'histoire est très agréable et j'ai été touché par la fin particulièremnt triste. Reconnaissez que cette vie a été brisée par un simple malentendu. Comme quoi….


Répondre

De Tamatoa, le 10 décembre 2013 à 18:16
Note du film : 2/6

Reconnaissez que cette vie a été brisée par un simple malentendu. Comme quoi..

Heureusement qu'il y a le malentendu, car sans le malentendu on ne s'entendrait jamais.. (Charles Baudelaire)
Mais toute vie brisée est un malentendu, pianiste, une terrible méprise, un quiproquo désastreux…



Répondre

De Pianiste, le 18 mai 2014 à 22:40

Pour en revenir à ce que je disais il y a quelques temps sur Les feux de la Chandeleur, le couple formé par Jean Rochefort et Annie Girardot est excellent. Je l'ai revu depuis et j'ai trouvé la fin encore plus triste. Il en faut peu pour faire basculer la vie de cet homme et de cette femme. Leur couple aurait pu durer voire même renaître. Un malentendu et tout s'écroule. Il est bien dommage que ce film ne soit pas plus diffusé à la télévision car il est vraiment poignant du début à la fin.

On se laisse prendre au jeu pour ne plus oublier aucune scène. Et l'atmosphère est si bien rendue qu'on se croirait vraiment à la Chandeleur, juste avant de déguster quelques crêpes….


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.028 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter