Forum - Les Derniers jours de Mussolini - Brillante performance de Rod Steiger. Et bon film!
Accueil
Forum : Les Derniers jours de Mussolini

Sujet : Brillante performance de Rod Steiger. Et bon film!

VOTE
De Arca1943, le 8 décembre 2004 à 18:23
Note du film : 4/6

Carlo Lizzani est un drôle de metteur en scène, qui a toujours alterné les oeuvres ambitieuses (comme celle-ci ou l'excellent Fontamara) avec des films policiers un peu série B sur les bords (Bandits à Milan, avec Gian Maria Volontè, 1968). Comme beaucoup de metteurs en scène italiens de sa génération, il a cherché plus d'une fois, dans ses films, à tirer au clair l'avanie fasciste. Les Derniers jours de Mussolini, un peu comme L'Affaire Matteotti dont j'ai déjà touché un mot sur ce site, ne réinvente pas le cinéma, mais on y retrouve les ingrédients de ce qu'on pourrait la "qualité Italie" (comme on dit "qualité France") : à commencer par un sens très assuré de la reconstitution historique, tant du point de vue des faits que des mentalités. Par rapport à ce que l'historiographie en savait en 1974, s'entend.

Rod Steiger, acteur hautement inégal – je ne supporte pas son Napoléon dans Waterloo – est ici tout à fait remarquable. Disons que dans les cinq premières minutes, ça surprend de le voir là, puis on constate à quel point ça colle. Il emporte l'adhésion et son jeu très contrôlé propose une lecture originale du dictateur. Vraiment un bon casting.

La musique de Morricone prend par moment des allures de marche funèbre tout à fait appropriées.


Répondre

De PM Jarriq, le 8 décembre 2004 à 19:19

Pour ta gouverne, sache que Claude Brasseur vient de tourner un film italien dans le rôle de Mussolini, avec faux crâne rasé de rigueur. N'est-il pas un bizarre qu'une figure historique si totalement italienne ait été interprétée par un yankee puis un français ?


Répondre

De Arca1943, le 4 avril 2005 à 02:50
Note du film : 4/6

Mais non, mais non : ça peut même une manière symbolique de faire passer dans une fiction ce que l'historien Zeev Sternhell (et son collègue Gaetano Salvemini un demi-siècle avant lui) appelle « l'universalité de l'imprégnation fasciste ».

En somme, c'est Mussolini qui se croyait "totalement italien". Mais contrairement à ce que croyaient les fascistes, justement, rien ni personne n'est jamais exclusivement, n'est jamais seulement de sa nationalité. Aucun "je" n'est d'un seul "nous". Il est inhumain – il est totalitaire – d'écraser l'individu dans la catégorie – le fascisme dans la nationalité, le nazisme dans la "race", le communisme dans la classe, – non parce que cette catégorie n'existe pas (sauf dans le deuxième cas), mais parce que chaque individu est toujours partie prenante de plusieurs catégories à la fois.

En outre, en 1922, le monde était plein de gens qui allaient disant : « Chez nous, ça ne peut pas arriver. » Eeeeeeh! On a bien vu, depuis…

Un peu plus près du plancher des vaches, dans toute vulgate fasciste on peut distinguer des facteurs endogènes et allogènes. Évidemment, c'est un point délicat : insiste un peu trop sur les seconds, et de fil en aiguille te voilà en compagnie de patibulaires révisionnistes ("Si nous avons été fascistes, c'est la faute des méchants facteurs étrangers!") Mais insiste exclusivement sur les premiers, et tu dédouanes l'humanité à peu de frais ("C'est parce qu'ils étaient italiens que les Italiens sont devenus fascistes").

Cette petite digression anodine mise à part, je suis curieux de voir ce qu'en fera Claude Brasseur : en voilà un autre dont on ne sait pas, d'un rôle à l'autre, s'il va être moche ou super… Mais pour rester du côté des "étrangers", le casting dont j'ai longtemps rêvé pour Mussolini – mais il est maintenant trop tard – c'est évidemment Robert Duvall. Et pas besoin de lui raser le crâne, à lui… Mais bon, il n'a plus l'âge du rôle, alors, comme je viens tout juste de voir Spiderman 2, je jette désormais mon dévolu sur Alfred Molina

Arca1943


Répondre
VOTE
De Sandokan, le 30 juillet 2005 à 15:10
Note du film : 4/6

Ah, celui-là, je l'ai vu à la télé. Rod Steiger est très bon, en effet ! Comme tu dis, ça ne réinvente pas la roue, mais c'est un bon film, qui fait un bel effort d'objectivité et évite de verser dans le pamphlet antifasciste (même si ça devait démanger Carlo Lizzani !)


Répondre

De Freddie D., le 31 juillet 2005 à 14:33

Il n'y avait pas Henry Fonda aussi, dans ce film, dans un rôle de cardinal ?

Quant au casting idéal pour Benito, Molina serait effectivement parfait mais que diriez-vous de James Gandolfini ?


Répondre

De Arca1943, le 31 juillet 2005 à 15:37
Note du film : 4/6

Mmh… Gandolfini, ça pourrait coller, c'est sûr, mais alors pour 1940. Seulement, il faudrait que cet Italien-Américain apprenne à jouer les Italiens d'Italie (problème culturel intéressant). Molina est plus jeune (et en plus il apparaît sur la photo en chemise noire!). Il a juste la tête qu'il faut pour faire la Marche sur Rome et lancer au roi Victor Emmanuel la grotesque et fameuse réplique : « J'arrive de la bataille qui s'est heureusement déroulée sans effusion de sang! » (En fait, il descendait du train et n'a pas fait la marche : que voulez-vous, il pleuvait ce jour-là…) En voyant Molina jouer Doc Oc, je l'ai vu en Mussolini parce que le personnage avait ces trois caractéristiques du Duce : grotesque, grandiloquent et sinistre. Je suis sûr qu'il serait génial.

Et oui, Henry Fonda joue le cardinal Schuster dans le film de Lizzani : voir le résumé sur la fiche film.


Répondre

De molina alfred, le 22 août 2005 à 22:52

alfred molina et l'un des plus grand acteur que le monde entier connaissent alors dire des choses de ce genre sur ce magnifique acteur et bien c'est vraiment déplacer! apprenez a reconnaitre des grand acteur avant de les juger


Répondre

De Arca1943, le 23 août 2005 à 01:35
Note du film : 4/6

Je ne suis pas sûr de bien saisir. On s'entendait justement pour dire que Molina serait parfait pour interpréter Mussolini. L'idée m'est venue en le voyant jouer Doc Oc, un personnage de méchant qui partage plusieurs traits avec le regrettable Duce, par exemple celui de faire avec le plus grand sérieux des choses grotesques. Alors quoi? Où est le mal?


Répondre

De Arca1943, le 23 août 2005 à 12:57
Note du film : 4/6

Riche idée ! Dans un traitement, disons, un peu différent de l'accoutumée… Je sens très bien Mel Brooks dans plusieurs scènes, disons quand Mussolini signe le décret du MinCulPop abolissant la poignée de main ou quand il pique sa crise parce qu'on ne lui redonne pas assez de lires en échange de ses francs (et engage alors l'Italie dans une politique monétaire désastreuse)…

Cela dit au Canada, nous avons souvent des budgets de tournages vraiment restreints, alors on pourrait peut-être se rabattre sur Michael Ironside (qu'il faudrait faire grossir un peu).


Répondre

De Arca1943, le 23 août 2005 à 13:09
Note du film : 4/6

Et puis j'ai ici documentaire sur les producteurs où on le voit monter le très controversé Springtime for Hitler…

P.S. Merci pour la photo du Duce Ironside !


Répondre

De molina alfred, le 25 août 2005 à 13:24

vraiment désolé je n'ai pas bien saisi le sens de ta phrase!

je ne sais pas très bien de quel film vous parler,dans lequel vous le verrais bien!

en tout cas je suis sur qu'il vas énormément bien jouer dans le prochain film intituler da vinci

code!!!!!! je pense vraiment que c'est le meilleur parmi tant d'autre!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


Répondre

De Arca1943, le 21 novembre 2005 à 00:22
Note du film : 4/6

Et pourtant, tu remarqueras que même après les discussions du plus haut niveau que nous lui avons consacrées, et après que la fiche ait été visitée par 1 200 internautes (donc : 2 400 exemplaires vendus dès le départ !) Les Derniers jours de Mussolini n'est toujours pas en DVD ! Incroyable mais vrai. Tout comme on ne trouve toujours pas sur DVD…

Et ici attention, je vais repartir pour (..)

…des tas d'autres bons films italiens sur le fascisme qu'il faut rééditer de toute urgence, sous peine de le voir se reproduire! Comme La Marche sur Rome, Girolimoni, il mostro di Roma, Le Conformiste, Anni Ruggenti, Portes ouvertes, Liberté, mon amour, Come persi la guerra, Film d'amour et d'anarchie, Le Soupçon, Le Christ s'est arrêté à Eboli, La Villégiature, Une Journée particulière, Le Jardin des Finzi-Contini, Les Lunettes d'or, Le Soldatesse, Le Fédéral, Marcher ou mourir, Été violent, Le Terroriste, Le Procès de Vérone, La Longue nuit de 43, La Grande pagaille, La Bataille de Naples, La Peau, Général Della Rovere, Les Évadés de la nuit, Rome, ville ouverte, Naples millionnaire, La Trève, Une Vie difficile, Sandra… et aussi plusieurs autres, car mes recherches archéologiques se poursuivent !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.026 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter