Forum - Les Visiteurs du soir - Jules Berry était-il VRAIMENT le Diable ?
Accueil
Forum : Les Visiteurs du soir

Sujet : Jules Berry était-il VRAIMENT le Diable ?


De PM Jarriq, le 16 octobre 2004 à 17:17

Je continue de penser que les films de cette époque, destinés à un public averti, auraient infiniment plus d'impact s'ils sortaient "groupés", en coffret. Que ce soit par réalisateur, acteur, ou autres, l'aspect "collector" compenserait l'absence pour un public avide de nouveautés, du 5.1 ou du format 16/9.

Alors, rogntûjuu ! Ce coffret Duvivier ???


Répondre

De Impétueux, le 7 avril 2005 à 18:44
Note du film : 5/6

Evidemment ! Ce genre d'absence ne peut qu'exaspérer tout cinéphile un peu sensible à la magie des grands films ; que ces Visiteurs-là datent un peu, que le réalisme poétique soit alors en train de lorgner vers le féérique artificiel, que Carné ait fait plus et mieux, c'est incontestable.

Mais qu'Arletty est belle ! Et que Jules Berry est inspiré, en démon !


Répondre

De Impétueux, le 6 décembre 2005 à 17:47
Note du film : 5/6

Mais je comprends assez bien votre sentiment ! Les Visiteurs du soir, c'est vraiment la limite extrême du réalisme poétique, c'est même la limite dépassée…Et que ça sonne faux, que le Moyen-Age de pacotille soit crispant, je le concède volontiers.

Mais que voulez-vous !! La gloire de Jules Berry n'aurait pas été la même s'il n'avait jamais incarné le Démon ! et j'aime trop Arletty dans son personnage de page…


Répondre

De Marcel, le 7 janvier 2006 à 16:27
Note du film : 6/6

Ce n'est pas un Moyen Age de pacotille, c'est un Moyen Age onirique; le film est une pure poésie sur l'éternité de l'amour et le décor n'est que secondaire.


Répondre

De Impétueux, le 7 janvier 2006 à 17:46
Note du film : 5/6

J'en conviens volontiers et je retire "pacotille" ; c'est de toute façon un film enivrant…


Répondre

De Impétueux, le 6 décembre 2009 à 19:49
Note du film : 5/6

Enfin revu dans une excellente édition, nettoyée de rayures et de tremblottis gélatineux, le film m'a fait une drôle d'impression… C'est vraiment un océan de niaiserie, parcouru par des vagues de puissant ennui, mais sauvé – et un peu au delà ! – par quelques très beaux îlots et deux archipels magnifiques, Arletty et Jules Berry.

Ma note de 5 décernée sur de fréquentes mais anciennes visions demeure ; je suis pourtant conduit à la décomposer, comme à l'école…

D'abord un point, au moins, pour le titre, exceptionnel dans la puissance d'évocation, qui n'est sûrement pas pour rien dans la survivance du mythe et qui a tant et tant inspiré qu'il est presque passé dans les expressions communes.

Puis 6 et 6 – notes maximales – aux acteurs cités, dont la gloire ne serait pas ce qu'elle est sans ces rôles maléfiques qu'ils interprètent, l'une (Arletty) – qui n'a peut-être jamais été plus belle – dans le détachement glacé et désespéré, l'autre (Jules Berry), dans l'emphase, la cruauté, le sarcasme, l'horreur cynique… Dès que le Diable entre en scène, chauffe ses mains au feu qu'il aime et qui l'aime, dès que la méchanceté jaillit dans son œil éclatant, les lenteurs de la construction, les facilités de scénario, l'outrance des dialogues terriblement écrits, terriblement verbeux, qu'ils soient ceux des nobliaux ou des manants, se laissent oublier.

6 et 6, plus 1, cela fait déjà 13 ; mais on va retirer, hélas, pas mal de choses : l'insignifiance des autres protagonistes, les secondaires (Jean d'Yd, le montreur d'ours, Gabriel Gabrio, le bourreau, Roger Blin, le montreur de nains), comme les principaux (Marie Déa, Anne, l'héroïne positive, qui n'est d'ailleurs même pas jolie, Marcel Herrand, Renaud, le méchant seigneur, si extraordinaire un peu plus tard en Lacenaire des Enfants du Paradis, Fernand Ledoux, le baron Hugues, d'une terrible platitude, jusqu'à en faire presque oublier qu'il fut presque en même temps Goupi mains rouges… Le pire, l'accablant, c'est Alain Cuny, théâtreux à la voix et au jeu inadaptés au cinéma, qui alla jusqu'à tourner Emmanuelle et passa un temps pour un grand comédien…

On va retirer aussi la musique, pourtant de Maurice Thiriet et surtout de Joseph Kosma, qui sert bien mal les architectures poétiques de Jacques Prévert (Démons et merveilles, Le tendre et dangereux visage de l'amour, qui méritaient bien mieux) ; on va retirer le décor de carton-pâte, les trucages nigauds, maladroits, sans poésie aucune. On va retirer 8. Reste bien la note de 5…

Je ne dis pas qu'il faudrait zapper, n'écouter que Gilles (Arletty) dire que personne n'aime, tout le monde fait semblant, ne s'émerveiller que de la veulerie diabolique Rien ne m'échappe, personne ne peut m'échapper ! Les orages, la pluie, la grêle, le vent, les naufrages, c'est moi ! Les maladies, la guerre, avec ses beaux plaisirs, la peste, la famine, la misère, le meurtre, la haine, la jalousie, c'est moi !… La mort… c'est encore moi ! Je ne dis pas qu'il faudrait zapper pour quelques très beaux morceaux de bravoure l'étendue ennuyeuse du récit…mais quel film ç'aurait pu être !


Répondre

De vincentp, le 6 décembre 2009 à 22:59
Note du film : 5/6

Il me semble que le même problème se pose pour beaucoup de films français de cette époque. La diction théatrale, une mise en scène soignée mais académique, une utilisation outrancière de décors… ont fait vieillir nombre d'oeuvres que Impétueux commente (si bien) en long et en large dans ces colonnes. Mais la "nouvelle vague" est aussi passée par là. Le facteur temps est impitoyable.

Mais heureusement Renoir, Duvivier, Clouzot, quelques-autres (Guitry, Clair, Carné, Christian-Jacque, Autant-Lara, Clément, …, parfois seulement) puis Becker et Melville ont produit des oeuvres, avant les années soixante, qui défient le temps !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.016 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter