Forum - Thérèse - Pesanteur de la Grâce
Accueil
Forum : Thérèse

Sujet : Pesanteur de la Grâce


De Impétueux, le 4 octobre 2004 à 10:35
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Comment expliquer ce mystère confondant ? Ni Alain Cavalier, ni Catherine Mouchet ne sont croyants et il y a pourtant, dans ce film épuré, grave et gai tout à la fois, une force mystique, une puissance de témoignage qui en font un stupéfiant, bouleversant, admirable film religieux.

Thérèse Martin, Thérèse de l'Enfant Jésus, Sainte Thérèse, morte à 24 ans au Carmel de Lisieux… Qui peut comprendre qu'une si jeune femme ait, plus de cent ans après sa mort, un tel rayonnement spirituel ? Quand le cinéma ouvre ainsi de telles portes sur l'inconnu, quelle merveille !


Répondre

De Arca1943, le 25 septembre 2005 à 14:04

J'ignorais qu'Alain Cavalier était agnostique. Mais le mystère de l'art étant ce qu'il est, notons aussi – mutatis mutandis – que certains des personnages d'athées les plus convaincants et vivants ont été créés par le fervent catholique Graham Greene. Querry dans La Saison des pluies (puissante histoire jamais portée à l'écran : j'en rêve la nuit) ou même le protagoniste désabusé de The Quiet American.


Répondre

De Impétueux, le 25 septembre 2005 à 16:26
Note du film : Chef-d'Oeuvre

En tout cas, qui voudra se faire une opinion sur ce superbe film et, un peu au delà sur le mystère de la vocation, la claustration monacale, le mysticisme (je sais que tous ça va faire rigoler – s'ils lisent ! – pas mal de fans de Camera café et autres bluettes), qui voudra un peu étendre sa curiosité n'a plus d'excuse puisque le DVD est sorti !


Répondre

De vincentp, le 25 septembre 2005 à 16:47
Note du film : 6/6

Non seulement une étude sur la foi, mais aussi une étude introspective concernant la vie au sein d'un univers clos.

Les relations entre les carmélites y sont décrites comme à la fois simples (reposant sur la mise en pratique de règles de vie strictes et spartiates) et sophistiquées (transgression nécessaire de ces règles par des individus qui ne peuvent échapper à leur condition humaine). Mise en scène (alternant des plans courts -synthétiques- et longs -analytiques-) et interprétation prodigieuses.

Nb : je l'ai visualisé en DVD Z1 (c'est curieux qu'un film français sorte d'abord en Z1!).


Répondre

De Impétueux, le 20 février 2015 à 17:16
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Bien sûr que les miracles existent. Comment expliquer autrement que Thérèse ait reçu le Prix du Jury, à Cannes et – surtout ! – six Césars, habituellement peu voués à ce type de thèmes ? Que ce film grave, mais jamais sévère soit parvenu à faire passer avec une qualité rare le questionnement sur ce qu'est la clôture, l’enfermement librement choisi et même passionnément souhaité par des milliers d'hommes et de femmes ?

C'est un film à ne pas recommander à qui ne se pose pas de question sur les mystères de la vocation et de la grâce, de la spiritualité et du mysticisme : ça ne demande absolument pas d'avoir la Foi en quoi ou en qui que ce soit, mais de se demander pourquoi certains en sont brûlés.

On est tombées sur la tête ! On en pince pour un type qui est mort il y a deux mille ans. On n'est même pas sûres qu'il a existé. Ce que dit la jeune sœur Lucie (Hélène Alexandridis) à Thérèse (Catherine Mouchet) nous fait buter sur l’apparent scandale de ce retrait total du monde et des aspects les plus visiblement choquants de la clôture : encore au delà de la règle monastique de pauvreté/chasteté/obéissance, il y a les cellules sans chauffage, les mortifications et les jeûnes, l'humilité absolue, le confinement, l'abandon de presque tous les liens avec la famille… Une vie entière hors de la société, dans ce qui peut sembler être la parfaite inutilité de la prière continue et de l'adoration perpétuelle. Seigneur, votre amour est féroce ! gémit Louis Martin (Jean Pélégri), qui a donné déjà vu ses filles aînées partir pour le Carmel et qui ne peut résister à la volonté de Thérèse : Donner ses filles à Dieu, c'est un honneur, ce n'est pas un bonheur…

Ah, je le concède, c'est rude et difficile à admettre. Et si la règle du Carmel a été adoucie depuis le Concile, j'ai encore le souvenir d'une de mes cousines à Sens, qu'on ne pouvait rencontrer que séparé d'elle par une grille et en présence d'une religieuse tierce qui avait pour mission d'empêcher les effusions familiales trop puissantes. Et la joie, le bonheur d'être de cette cousine, tout autant perpétuels et continus… Qu'on me passe cette intervention personnelle.

Le film d'Alain Cavalier est à l'image de son sujet : extrême dénuement extérieur, extrême richesse intérieure. Des plans très nombreux, souvent très brefs, séparés par des fondus au noir. Comme dans les tableaux de Georges de La Tour dont il dit s'être inspiré, le réalisateur ne veut pas que des éléments de décor puissent attirer l'attention au détriment des corps et des visages : il filme donc sur le seul arrière-plan d'un mur gris, simplement animé par quelques variations d'éclairage. Des dialogues à la fois d'une grande simplicité et d'une grande profondeur. Une interprétation impeccable dont aucun des visages n'est pourtant connu et au premier rang, bien sûr, Catherine Mouchet, qui est espiègle, douloureuse, adorable, rayonnante, mais aussi Clémence Massart-Weit, la Prieure du Carmel, d'une dureté de diamant et Hélène Alexandridis, la jeune religieuse Lucie, fascinée par Thérèse, amoureuse, même.

C'est vrai, tout cela nous est incompréhensible. Et alors ?

Mais c'est éblouissant, un éblouissement qui peut être incommode et dérangeant.

Thérèse Martin est morte minée de tuberculose le 30 septembre 1897, à 24 ans. Elle a été canonisée en 1925. Elle est Docteur de l'Église depuis 1997 ; un des 35 Docteurs de l'Église, au même rang qu'Augustin d'Hippone, Thomas d'Aquin, Jean de la Croix.

Va comprendre !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.021 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter