Forum - Le Roman d'un tricheur - Un des meilleurs Guitry
Accueil
Forum : Le Roman d'un tricheur

Sujet : Un des meilleurs Guitry


De Impétueux, le 28 septembre 2004 à 13:29
Note du film : 6/6

Un des plus extraordinaires chefs d'oeuvre de Guitry (avec "Faisons un rêve") dont ne sont édités à ma connaissance que "ils étaient neuf célibataires" et "Si Versailles m'était conté".

Comment les éditeurs ne perçoivent-ils pas que Guitry est une mine d'or ?


Répondre

De Arca1943, le 16 mars 2005 à 13:23

Au fond, j'aurais dû voter bien plus tôt. Pour me faire pardonner, je vote, mais alors en précisant pour un gros coffret « Emmenez Guitry sur une île déserte ».


Répondre

De fgeneaux, le 10 octobre 2005 à 19:47
Note du film : 6/6

La vie du personnage représente la synthèse des attitudes possibles de l'homme.

C'est un chef-d'œuvre dont je ne me lasse pas.


Répondre

De dumbledore, le 10 octobre 2005 à 21:38
Note du film : 6/6

De mémoire, pas un seul dialogue dans ce film, juste une voix narrative qui couvre tout le film ! Et après on ose dire que Guitry n'était pas un cinéaste, juste un "filmeur de pièce de théâtre" !

Difficile de manger une assiette de champignons après ce film…


Répondre

De frontine, le 29 novembre 2005 à 15:14
Note du film : 5/6

L'avènement du DVD fait que nous sommes revenus à la case départ en matière de diffusion de films, puisque les K7 vidéo sont bannies et retirées du commerce, si ce n'est dans le circuit des collectionneurs, de la brocante et de rares video-clubs.

Tout "Guitry" était en vidéoK7. Au rythme des éditeurs actuels, il faudra des années avant de revoir les 40 films de Sacha Guitry en DVD. Toute son œuvre est composée de films remarquables voire de chefs-d'œuvre. Cela impose une édition complète en DVD !!


Répondre

De pyrambert, le 1er janvier 2007 à 19:01

Le roman d'un Tricheur. A l'occasion du cinquantenaire de la mort de Sacha Guitry, je pense que « Le Roman d'un Tricheur » est un de ses chefs d'oeuvre, à réditer.


Répondre

De lune 1940, le 14 février 2007 à 18:16
Note du film : 6/6

J'aime beaucoup Sacha Guitry qui a été mis aux oubliettes pendant longtemps, parce que "trop léger" pour les intellectuels.

Je vais voir "le roman d'un tricheur" prochainement au théâtre avec Francis Huster, et une sortie DVD serait la bienvenue.


Répondre

De Impétueux, le 3 février 2008 à 16:51
Note du film : 6/6

On a tout dit, ici et ailleurs, de l'extraordinaire qualité du Roman d'un tricheur, des débuts des fameux génériques en situationGuitry rend hommage, en les faisant venir à l'image à tous ceux qui ont construit son film, de la vedette au machiniste, de l'invention de la voix off qui ponctue tout le film, de cette désinvolture impeccable et virevoltante qui nous met délicieusement dans la poche (sans fond !) du Maître, de ces innovations astucieuses (l'insertion d'images d'archives dans le cours du film, le jeu sur les images), de l'intelligence du texte…

On pourrait dire beaucoup de bien, aussi, de fort jolies actrices, Jacqueline Delubac ou Rosine Deréan, de comédiennes éternelles, vouées à faire de bien plaisants clins d'œil ici et là, dans toute la suite de l'œuvre, Marguerite Moreno ou Pauline Carton, et plus encore du brio, du brillant extraordinaire de la voix modulée de Sacha Guitry

Mais on a tant et tant dit, donc, que mon message ne porte que sur les grandes qualités d'édition de cette série de L'âge d'or, présentée dans un copieux et élégant coffret, mais dont on peut aussi isolément acheter les titres.

Les suppléments sont intelligents et parfaitement bien venus : ainsi, dans ceux du Roman d'un tricheur, le démontage de l'accusation fallacieuse et souvent répétée que Guitry méprisait le cinéma et n'appréciait que le théâtre  : outre une interviouve bien menée de Denis Podalydès, un excellent – et long : 53 minutes – portrait de Guitry cinéaste, mis en scène avec l'aide d'un jeune comédien du Français, Guillaume Gallienne ; propos très subtil, faisant appel à des films moins connus, comme Donne-moi tes yeux ou Le Trésor de Cantenac, et, sur un ton ironique, rivant le clou aux dépréciateurs. Pour enfoncer ledit clou, et mettre fin aux accusations selon quoi Guitry se serait contenté de filmer du théâtre, un montage thématique intéressant, recensant tout l'apport guytrien (il n'y a pas que la voix off) et démontrant combien était varié l'emploi de différentes techniques.

Enfin, je rassure Azurlys, qui m'avait posé la question : si l'on ne peut pas redonner à un film de soixante douze ans tout l'éclat qu'il pouvait avoir, et si subsistent, ça et là, quelques macules et stries, il y a eu un remarquable travail de restauration, fort bien expliqué et démontré, d'ailleurs, dans un autre supplément…

Merveilleux film, belle édition ! Tout n'est pas fichu !


Répondre

De Gaulhenrix, le 3 février 2008 à 18:46

« Mais on a tant et tant dit, donc, que mon message ne porte que (…). »

Mais pourquoi cette restriction ? Proposez-nous, Impétueux, un nouveau regard – le vôtre – sur ce film ! Peut-être y trouverez-vous une séquence, un dialogue, un cadrage, une intention, etc. qui n'ont encore jamais été évoqués, et qui méritent de l'être. A vous de jouer…


Répondre

De Impétueux, le 3 février 2008 à 18:52
Note du film : 6/6

Vous êtes bien aimable, mais, comme je me suis lancé – à un rythme trop lent, hélas ! – dans l'exploration de mon gros coffret Guitry, je gage que j'aurais plus de pertinence, cette agréable tâche accomplie, à déposer sur l'un quelconque des fils quelques phrases que je souhaiterais pertinentes sur ce funambule extraordinaire…


Répondre

De sépia, le 4 février 2008 à 18:42
Note du film : 6/6

Puis-je ?
Bon, j'ai vu ! Je ne me relance pas dans un énième commentaire dithyrambique sur cette œuvre majeure, et surtout pas après l'homme aux 2660 messages, Docteur ès Guitry, devant qui je fais révérence, ronds de jambes et tout le toutim !

Juste dire un mot à Azurlys : Oui, petite rayure ici, léger flottement de l'image là, une bande sonore qui "s'enfuit " un peu, quelque fois. Et malgré un travail de restauration sacrément bien appliqué, le proverbe reste valable : D'un âne de 70 ans, on ne fera jamais un cheval de course.. Mais je m'étonne toujours un peu, cher Azurlys, de cette recherche effrénée de la perfection de l'image…Elle est très légitime, je ne dis pas le contraire. Mais, par moments, on pourrait croire que certaines personnes sont plus fascinées par l'écrin, que par le diamant qu'il contient ! Dernièrement, nous parlions d'un documentaire sur Le Juif S et je fus la première à dire que, même pour voir des horreurs, mieux vaut les voir dans de bonnes conditions. Alors Guitry….Mais, cela pour en venir à la vérité suivante : && ''Si je devais aller chercher l'image de Sacha Guitry au fond d'un plat de lentilles, et entendre sa voix en collant mon stéthoscope derrière le plat, je serais encore immensément heureuse de posséder ce support là…&&

En espérant , Azurlys, que vous n'ayez pas mal interprété les propos du matricule 8492, toujours très amoureuse de l'icône de l'avenue Élisée Reclus…


Répondre

De Azurlys, le 4 avril 2008 à 14:43

Je trouve, tardivement, une remarque pertinente de Sépia relative à la bonne ou mauvaise qualité des copies utilisées pour la diffusion en DVD. Il n'y a rien à redire à tout celà. Mais il faut souligner plusieurs choses.

Comme j'en déjà fait état, la "remasterisation" est une notion floue sur la définition de laquelle les commerçants spécialisés dans ce type de diffusion, ne sont pas très qualifiés non plus. Il donnent des explications vagues, plus préoccupés qu'ils sont de vendre le DVD que d'en exposer les caractéristiques. Ce qui fait que les risques de déception ne sont pas si rares (voir les "Trois Mousquetaires" de George Sydney, au Technicolor honteusement trahi !).

Il est également vrai que, moi aussi, je suis prêt à voir une œuvre méconnue de Guitry, ou d'un autre auteur, tant il est vrai qu'il vaut mieux voir le film en question dans des conditions médiocres que de ne pas le voir du tout. C'est parfois ce qui se passe en salles où l'on prend la seule copie disponible pour une courte diffusion. Peu importe s'il y a rayures, taches, coupures regrettables, tous défauts inhérents au système d'une bande de polyester ou d'acétate portant des images. C'est aussi, hélas, ce qui se passe parfois sur les chaînes câble/satellite où, là encore, les cassettes bétacam utilisées ne peuvent pas faire du neuf avec du vieux. J'ai fait mention ici d'une copie du "Comédien", adaptation brillantissime d'une pièce du Maître, que l'on m'avait enregistrée sur une chaîne à laquelle je n'avais pas accès, que je regarde de temps à autre. Mais la gène qu'elle impose par une image floue, soit blafarde, soit trop sombre, et dont les changements de densité semblent varier au gré d'un montage hâtif entre plusieurs contretypes, aboutit à une impression de malaise, qui nuit considérablement à l'œuvre que l'on regarde.

Là, la question était d'importance puisque l'œuvre complète de Sacha Guitry devait être éditée, et souligner le cinquantenaire de sa disparition – enfin, pour l'état-civil, car pour le reste, grâce au Ciel, il est encore bien vivant ! Paraphrasons-le à son tour : "Quoi de nouveau ? Sacha Guitry !". J'ai crains, un moment, une édition bâclée, faite d'éléments disparates. Je vous rassure ! J'ai revu avec une joie nouvelle un "Roman d'un Tricheur" tout neuf, ou presque, dans la copie dans laquelle ne subsistent que quelques rares scories sans importance, étoffée par ailleurs d'une image superbe ! Idem pour "Les Perles de la Couronne" dont les images sont excellentes. Je reviendrai sur les films eux mêmes ensuite, mais je suis rassuré sur ce point.

Une réflexion serait à faire en profondeur sur la perspective faussée que l'on pouvait avoir sur le cinéma du grand Sacha avant et après la guerre. Ses ennemis les plus virulents lui accordaient que "Le Roman d'un Tricheur" comme étant un film réellement cinématographique. Ils n'avaient pas tort, en l'occurrence. Mais ils avaient tort sur les autres. Car tous ses films usent des mêmes clins d'œil, des mêmes rétrécissements du temps, du même montage éclaté en fragments. Comment a-t-on pu se tromper autant et surtout si longtemps sur son cinéma ? On peut brocarder la sottise, l'aveuglement d'une certaine caste de journaleux médiocres, auxquels se sont joints, après la Libération, les résistants de dernière heure. Mais le "ton" Guitry était tel qu'être passé à coté, même si l'on est aveuglé par des considérations annexes et stupides (exemple : "Monsieur Moa") reste malgré tout énigmatique. Réjouissons nous – d'ailleurs, vous n'avez pas attendu après moi pour le faire et c'est tant mieux – que les choses aient changé à son propos. Il n'empêche d'une étude plus approfondie sur cette situation insolite serait la bienvenue sous la plume d'un spécialiste du cinéma, à condition d'être pouvu de connaissances suffisantes en psychologie.

Pour en revenir un court moment sur le point de départ, on peut également souligner que si l'on possède une édition originale de Stendhal, et que l' on sait l'intérêt de la coquille de la page…, et l'élégance de la reliure, on ajoute la qualité de l'écrin à la beauté du bijou. Même si, le cas échéant, le bijou peut se passer d'écrin. Itou pour le manuscrit original de "L'Ecole des femmes" que possédait Sacha Guitry, et dans lequel Molière lui-même avait rayé "amour" pour le remplacer par le mot "esprit" . On a là un double trésor, si l'on peut dire.

Le cinéma – ce n'est pas une révélation – est aussi un travail collectif, avec un support technique, la bande, les perfos qui permettent le passage à vingt quatre images/seconde, et quelque que soit la qualité de l'oeuvre, d'"Alexandre Nevski" à "Pandora", de "Citizen Kane" aux "Enfants du Paradis", il faut en passer par la technique et exiger d'elle qu'elle veuille bien ne pas trahir les œuvres anciennes, puisque celle-ci vieillissent. Là, le bijou – si c'en est un – a besoin de l'écrin ! Le report sur DVD qui nous comble aujourd'hui pouvait laisser poindre quelques inquiétudes. Pour Guitry, et l'un des coffrets qui lui sont consacrés (les œuvres d'avant-guerre) – joliment décoré, qui plus est – la mission est accomplie, et bien.

J'aurais pu (dû ?) faire plus court, mais la concision, cépamontruc. Désolé…


Répondre

De droudrou, le 4 avril 2008 à 17:17

Je ne pense pas avoir pris position par rapport à l'oeuvre de Guitry.

Je ne pourrai pas dire que j'aime ou que je n'aime pas car ce ne serait pas correct.

Chaque fois que j'ai vu poindre une oeuvre de Guitry, je crois que je la regardais automatiquement avec un grand sourire béat parce que j'allais assister à un feu d'artifices de mots et de situations dans un langage qui prête peut-être à sourire mais dont, parfois, nous devrions pouvoir prendre exemple.


Répondre

De vincentp, le 4 avril 2008 à 17:21
Note du film : Chef-d'Oeuvre

Concision : peu importe. L'essentiel est de ne rien pomper sur d'autres sites.


Répondre

De azurlys, le 5 avril 2008 à 15:51

Je lis, sous la plume de Vincentp, une réponse tellement concise (le veinard, moi je n'y parviens pas !) qu'elle en camoufle le sens de son intervention. Quelle est la signification de "ne pas aller pomper sur les autres sites" ? Si c'est une idée de principe, pourquoi pas, encore que des éléments récupérés ailleurs peuvent combler certaines carences ou défaillances de mémoire, et permettre de conclure une idée. En ce qui me concerne, je ne crois pas y avoir souscrit, sauf, évidemment, pour m'intéresser à leur contenu. Je ne crois avoir pompé quoique ce soit, ni sites, ni autre chose d'ailleurs – mais personne n'est parfait. Cela dit, on ne peut pas écarter la possibilité de rencontres fortuites d'un sujet à l'autre.

Accepteriez-vous d'être un peu moins concis et de m'éclairer – s'il s'agit de moi, ce qui, au reste, n'est pas certain non plus.

En revanche, compliments pour votre concision, que j'admire aussi chez Impétueux – mais il n'est pas le seul – et qui possède le don de ramasser ses idées, les mettre en "musique" de phrase, et les développer en quelques mesures avec pertinence ! Avez-vous la recette ?


Répondre

De Lagardère, le 25 septembre 2008 à 00:53
Note du film : 5/6

Je viens de revoir ce film, dont tout a été dit…..Mais je tenais à vous faire remarquer un détail étrange et je suis surpris qu'Azurlys, habitué à fouiner chez Guitry comme moi chez mon charcutier, ne l'ait pas remarqué :

En effet, une fois que la famille décimée par les champignons est enterrée, Guitry , commente et ECRIT : "- J'ai eu alors sur la justice et le vol, une opinion un peu paradoxale, mais que quarante années d'expèrience n'ont pas modifiéE !-"

Je me goure ou le Maitre faisait ce que Droudrou appelle des fautes d'ortophrafes ? Nous savons qu'il n'a eu son certificat d'études qu'au bout de …la sixième fois, je crois. Ce qui n'enlève rien à son incommensurable talent, mais quand même….

A moins que ce soit moi qui me plante….


Répondre

De f, le 25 septembre 2008 à 09:50

C'est vous, je le crains.


Répondre

De droudrou, le 25 septembre 2008 à 11:24

aurtograffe ! aurtograffe, Lagardère ! Par contre j'ai effectué une petite rectification au niveau de la grand-mère ! – Pour ton information, à propos de Guitry, il est un des nombreux avatars de notre ami Frétyl sur DVDToile…


Répondre

De Lagardère, le 25 septembre 2008 à 14:09
Note du film : 5/6

Oui, mais ça ne répond pas à ma question, droudrou….On ne m'a pas non plus répondu pour blanche neige ! Je sens le gaz ou quoi ?


Répondre

De droudrou, le 25 septembre 2008 à 14:23

L'allusion que tu as évoquée ne m'est pas inconnue mais je n'ai jamais approfondi (c'est le cas de le dire) la question ! Mais de tous temps, les contes ont eu ou ont caché d'autres idées que celles qui nous apparaissent à une première lecture ! S'il n'y avait que cela !

Pour ce qui est du gaz, par les temps qui courent… mais celui contenu dans les bouteilles de Champagne… tu vois ce que je veux dire, Lagardère ? Punaise ! Je suis certain que levant ton verre, nous étions à mille lieues de tes soucis !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.034 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter