Forum - Panique dans la rue - Remarquable film noir
Accueil
Forum : Panique dans la rue

Sujet : Remarquable film noir


De verdun, le 11 mai 2018 à 12:46
Note du film : 6/6

Thriller réalisé en 1950 par Elia Kazan.

C'est une réussite à tous les niveaux. Le scénario fait preuve d'originalité: il s'agit d'un suspens bactériologique où un flic et un médecin recherchent des malfrats qui non seulement ont commis un meurtre mais en outre risquent de transmettre la peste à tout le pays…

C'est bien mené et bien photographié: le noir et blanc est superbe. Le style réaliste des productions de la Fox se marie bien avec les préoccupations politiques et sociales du cinéaste. Même les cinéphiles qui d'habitude n'aiment pas le style psychologique et paroxystique de Kazan peuvent apprécier cette oeuvre tendue et nerveuse.

Comme le fait remarquer Patrick Brion dans le bonus du dvd édité en 2005 par Carlotta, le message véhiculé ici est formidablement riche et ambigü: cette peste noire est peut-être une allégorie du maccarthysme. A moins qu'il ne s'agisse du communisme vu qu'elle est transmise par des immigrés d'Europe de l'est…

Dommage que les scènes entre le docteur Reed Richard Widmark (excellent dans un rôle positif) et sa femme Barbara Bel Geddes soient aussi nunuches. Elles ressemblent à une concession du studio pour adoucir un ensemble âpre. Ce sont ces séquences qui empêchent le film d'être un chef-d'oeuvre.

Enfin, Panique dans la rue est un événement cinématographique majeur en ceci qu'il marque les débuts d'un acteur hors-normes à la gueule inoubliable: Jack Palance.


Répondre

De vincentp, le 16 décembre 2018 à 21:12
Note du film : 4/6

Avis plus mitigé pour ma part. Le point fort de Panique dans la rue : la photographie de Joseph MacDonald des bas fonds (de la Nouvelle-Orléans ?) de 1950 : docks et usines lugubres, ce qui confère à ce film une valeur documentaire. Widmark et Palance ont un jeu moderne et très réussi. Le scénario n'est toutefois pas si original que cela et les personnages passent leur temps à brailler. Kazan est moins à l'aise que Raoul Walsh (The Enforcer) dans un style nerveux comparable. Kazan est à mon sens un maître du drame psychologique, pas du polar.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0065 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter