Forum - Mon nom est personne - Nessuno
Accueil
Forum : Mon nom est personne

Sujet : Nessuno


De Jarriq, le 23 mai 2003 à 08:48
Note du film : 5/6

Producteur, co-auteur (et co-réalisateur occulte) de ce petit bijou, Leone a tout simplement mis face à face le western U.S. traditionnel symbolisé par Henry Fonda et son "bâtard" européen, incarné par Terence Hill (Mario Girotti de son vrai nom). Dans un rôle de pistoléro, descendant de "L'homme aux colts d'or" ou "Du sang dans le désert", qu'il tourna pendant les fifties, Fonda montre élégamment la face cachée de ce "héros" de légende : un tueur prudent, âpre au gain, qui néglige de venger son propre frère pour quelques sacs d'or et n'aspire qu'à la retraite. Face à lui, Hill un bouffon sympathique, un arlequin sautillant, qui s'échine à faire de lui un héros mythique digne d'entrer "dans les livres d'Histoire". Valerii multiplie les clins d'oeil à Peckinpah, à Leone lui-même, on croise des acteurs eastwoodiens (Geoffrey Lewis) ou peckinpiens (R.G. Armstrong), mais le clou du film est ce moment magnifique où Fonda chausse ses lunettes et assume enfin son statut de héros en massacrant la horde sauvage. Si on oublie des scènes lourdes (le cirque) ou complaisantes (Hill au saloon), "Mon nom est Personne" mérite d'entrer dans la filmo officielle de Leone, car on y sent sa patte pendant toute la projection. Et quand Personne dit à Jack Beauregard "C'est comme au bon vieux temps, hein ?", celui-ci répond "Il n'a jamais existé, le bon vieux temps". Et là, on rejoint "Impitoyable" d'Eastwood. Pas mal, pour un spaghetti western…

A noter que "My name is Nobody" vient de sortir en Angleterre dans une copie d'une netteté, d'une propreté hallucinantes. Sans aucun sous-titre, hélas. Mais quelle importance ? De toute façon, tout le monde le connaît par coeur, ce film. En tout cas, je ne l'avais jamais vu aussi beau. Une rédécouverte.


Répondre

De FEDLIMID, le 24 juillet 2003 à 18:39

Un film culte de mon enfance !


Répondre

De Alans, le 25 septembre 2003 à 14:00

Il faudrait surtout savoir s'il va sortir un jour en DVD ?!!!

Là je cours !


Répondre

De frank, le 25 octobre 2003 à 22:20

je le cherche desesperement en francais (francois.locas@sympatico.ca)si vous savez ou je peut le trouver envoyer moi un email merci


Répondre

De ronin, le 5 juillet 2004 à 23:04

je trouve également ce film formidable je le cherche depuis un certain temps mais impossible a trouver pourrait on me renseigner me dire si une version dvd zone 2 est sorti ou si il y a une date de prévu connue pour la sortie prochaine en vous remerciant


Répondre

De Jed Cooper, le 24 juillet 2004 à 11:19

Je suis également impatient de trouver "mon nom est personne" en DVD de même que "on l'appelle Trinita" et " maintenant on l'appelle Plata". Je garde un bon souvenir de "Un génie,deux associés et une cloche" même s'il est moins bien que les autres, je trouve que le trio Robert charlebois, miou miou, terence hill vaut quand même le détours. A quand également "petit papa baston" ? en tout cas je reste un fan de westerns, et trouve personne qui puisse égaler Clint Eastwood.


Répondre

De verdun, le 19 février 2005 à 01:52
Note du film : 6/6

Beau film attachant dont la popularité montre la surprenante victoire du western spaghetti sur l'équivalent u.s. largement et injustement occulté et caricaturé de nos jours(notamment l'image des indiens).

"MON NOM EST PERSONNE" est pour moi un film de Sergio Leone;rien que le titre montre les obsessions de Leone dans l'allusion à L'odyssée de Homère:Leone considérait ce dernier comme le plus grand auteur de westerns!!

Le mélange de mélancolie,d'humour,de violence n'appartient qu'à Leone.

Leone en a profité pour reprendre son idole Henry Fonda pour jouer un personnage plus positif et faire des clins d'oeil aux films que Leone adorait("L'homme aux colts d'or" surtout).

Ce qui me frappe surtout c'est la similitude entre la fausse mort de Fonda dans ce film et la fausse mort de James Woods dans "Il était une fois en Amérique".

Etonnant de voir comment tout ce que Leone a fait est devenu culte,meme auprès d'une critique qui a assassiné avec une violence inouie ses films à leur sortie.


Répondre

De REVEL, le 27 octobre 2005 à 14:03

Ou demeure votre francois locas ?…si c'est bien lui, il semble vivre en appartement…mais pas sur.


Répondre

De Arca1943, le 20 novembre 2005 à 05:25
Note du film : 4/6

Ce n'est pas le Pérou, Mon nom est Personne. Pourtant, comme je suis heureux d'avoir mis la main dessus ! En plus, mes conditions de visionnement ont été excellentes : mes copains et moi, on avait fait une bonne provision de Maudite, une bière québécoise que je vous recommande chaudement, chers cousins (ou froidement, plutôt, car chambrée, ce n'est pas l'idéal). Tout le monde, comme moi, connaissait déjà le film par coeur et ne l'avait pas vu depuis des lunes.

C'est un film très attachant. Les réelles qualités comiques (!) de Terence Hill sont bien mises en valeur (exemple : quand il raconte la parabole du petit oiseau) et Henry Fonda a toujours cette assurance tranquille qui crève l'écran. Notons aussi la présence de Jean Martin, qui a pris quelques années mais a toujours la bonne tête à claques qu'il avait dans La Bataille d'Alger.

Il y a des facilités dans le récit et du tape-à-l'oeil dans le traitement. Certaines ruptures de ton sont brinquebalantes. Mais le choc des deux univers est très réussi, le finale est enlevant et la lettre de Beauregard à Personne est trop cool. Le western italien a souvent eu un penchant (qu'il partage avec Peckinpah) pour l'Ouest tardif, l'Ouest qui tire à sa fin. Sauf que là, c'est le genre lui-même qui est sur le point de finir. Les deux fins se téléscopent, pour ainsi dire. L'étonnante variation italienne sur les données du genre fut une parenthèse d'environ une dizaine d'années. Les auteurs se rendaient probablement compte que ça ne pourrait pas durer encore très longtemps…

Mais c'est bien dommage. Moi, je me taperais bien deux ou trois westerns spaghetti par année. Les plateaux d'Almeria envahis par les toiles d'araignées, les rats, ou pire encore, les touristes… quelle tristesse! Et maintenant qu'il m'est venu une idée de départ pour un western italien, à qui diable pourrais-je la vendre?


Répondre

De PM Jarriq, le 20 novembre 2005 à 10:25
Note du film : 5/6

Pitié ! Surtout ne la vends pas à Jan Kounen !!!

Blague à part, en parlant de la délectable séquence dite de "l'oiseau", il y a dans Mon nom est Personne, un acteur qui a un rôle très important : le petit vieux qui écoute Terence Hill, justement et qui dit navré en voyant Fonda partir avec sa boule de billard : "Ooooh… Il est parti avec Sullivan !". Inénarrable ! Ce petit bonhomme, on l'avait vu en officier sudiste dans une séquence récemment réintégrée de Le bon, la brute et le truand et surtout en chef de gare au début de Il était une fois dans l'Ouest. Comment s'appelle-t-il donc ?

PS : Le titre exact du film de Leone est "Le bon, la brute, le truand", pas de "ET" entre la brute et le truand.


Répondre

De Arca1943, le 20 novembre 2005 à 23:32
Note du film : 4/6

Bon, d'accord : devant les objurgations désespérées de Jarriq, j'accepte de ne pas vendre à Jan Kounen mon idée de départ pour un western italien. Mais j'attends toujours que quelqu'un me fasse une offre…


Répondre

De Freddie D., le 5 janvier 2006 à 13:18

Le tien est très bien, par contre…


Répondre

De Arca1943, le 5 janvier 2006 à 13:20
Note du film : 4/6

Dieu du ciel, voilà ma thèse réfutée par cette démonstration-choc.


Répondre

De Freddie D., le 5 janvier 2006 à 13:51

Oui, hein ? On ne s'appelle pas "fonda" pour rien… Le juré de Douze hommes en colère s'y connaît en argumentation.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0032 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter