Forum - Ah ! si j'étais riche - Bas de gamme
Accueil
Forum : Ah ! si j'étais riche

Sujet : Bas de gamme


De Impétueux, le 22 juillet à 18:22
Note du film : 1/6

Un soir d'été paresseux, on regarde le programme de la télévision, on se dit qu'on ne va pas subir pour la vingtième fois les mésaventures filmées en documentaire des gendarmes et des voleurs (ou des Pompiers, ou des vétérinaires, ou des médecins du SAMU) dans le Nord, à Paris, sur la Côte d'Azur, au fin fond de la Creuse, que les débats politiques de La chaîne parlementaire ou de BFM commencent à sentir le réchauffé et que, somme toute, un petit truc de rien du tout avec de bons acteurs comme Jean-Pierre Darroussin et Valeria Bruni-Tedeschi est une façon convenable de passer la soirée.

Un petit truc de rien du tout, c'est exactement ça. L'histoire est particulièrement insignifiante d'Aldo (Darroussin donc), modeste voyageur de commerce (on appelle ça un commercial aujourd'hui) en produits pour coiffeurs, dont la vie et le couple avec Alice (Valeria Bruni-Tedeschi) vont plutôt médiocrement. Il gagne une forte somme (10 millions d'euros) au loto, décide de la dissimuler jusqu'à son divorce, mais commence à mener une vie de luxe, va dîner dans les grands restaurants, essaye une call-girl assez gentille, Priscille (Helena Noguerra). Puis s'apercevant que son patron, Gérard (Richard Berry) couche avec Alice et licencie sans état d'âme ses copains de misère et de démarchage Jean-Phil (François Morel) et Benhassine (Zinedine Soualem), il décide de se venger et de couler son rival.

Il va sans dire qu'in fine, il se réconcilie tendrement avec Alice. Tout finit toujours bien dans le monde merveilleux de la fiction française, méchants punis et gentils récompensés. Après tout, pourquoi pas ? Comme disait Jules Renard, Tout arrive, Monsieur ! On a vu des gens heureux. Pourquoi 1 plutôt que 0 alors ? Ben pour les acteurs qui ne sont pas désagréables, même si les réalisateurs, Michel Munz et Gérard Bitton les placent souvent dans des situations vulgaires.

N'empêche qu'on se dit, en allant se coucher que, comme l'oisiveté, la paresse est la mère de tous les vices et qu'on aurait mieux été inspiré en faisant un petit effort.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.0061 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter