Forum - La Poussière, la sueur et la poudre - La vie authentique des cow-boys américains
Accueil
Forum : La Poussière, la sueur et la poudre

Sujet : La vie authentique des cow-boys américains


De Torpedo, le 16 septembre 2004 à 10:16
Note du film : 6/6

Les vrais amateurs de western connaissent peut-être ce film que je considère comme l'un des meilleurs du genre, au même titre que Open Range… Le titre en français était curieusement traduit par : "la poussière, la sueur et la poudre". C'est l'histoire de deux adolescents qui vont faire l'apprentissage de la vie au contact de cowboys chargés d'escorter le bétail à travers l'ouest américain à la fin du 19ème siècle…

Le film était en cela remarquable que l'on se sentait totalement immergé dans l'univers quotidien des convoyeurs de bétail de cette époque… A travers les épreuves qui les attendent au long de leur périple les deux adolescents vont devenir des hommes en abandonnant leurs illusions et perdre leur innocence, à l'issue d'une bataille rangée où ils verront leurs compagnons de route se faire tuer, afin de défendre un groupe de mormons attaqués par une bande armée… Le film datant de 1972 n'a été diffusé qu'une seule fois à la télévision en 1977. A ma connaissance, il n'a pas fait l'objet d'une commercialisation autre qu'en VHS disponible uniquement aux USA et au Canada.


Répondre

De Arca1943, le 20 mai 2006 à 12:59
Note du film : 5/6

J'ai mes réserves sur Open range, mais la sortie imminente de The Culpepper Cattle Company est une excellente nouvelle. C'est pendant la courte saison du renouveau "réaliste" du western américain (provoqué par l'impact du western italien et Peckinpah?) avec Monte Walsh, The Great Northfield, Minnesota Raid ou bien sûr l'insurpassable McCabe & Mrs. Miller.


Répondre

De PM Jarriq, le 13 octobre 2007 à 10:11
Note du film : 5/6

C'est sûrement ce film-là, Droudrou… Sorti en France sous le titre "La poussière, la sueur et le sang" (je crois).


Répondre

De Arca1943, le 13 octobre 2007 à 14:21
Note du film : 5/6

Non, ça finissait par "…et la poudre", pas "…et le sang". Mais je me rappelle plus du début !


Répondre

De PM Jarriq, le 13 octobre 2007 à 14:23
Note du film : 5/6

J'ai retrouvé : "La poussière, la sueur et la poudre" ! Moins facile à retranscrire dans l'ordre, que Le bon, la brute et le truand !


Répondre

De droudrou, le 13 octobre 2007 à 15:47
Note du film : 3/6

Ah les gars ! Vous êtes bons ! Vous êtes des cracks ! De fait, c'est une des dernières remarques de notre ami Frétyl qui m'a rappelé le titre de ce film. Il aurait été comblé. Mais peut-être aussi déçu dans la mesure où ce n'est certainement pas ce type de film auquel lui pensait !


Répondre
VOTE
De PM Jarriq, le 24 février 2009 à 17:46
Note du film : 5/6

Au début du film apparaît Charles Martin Smith, jouant le copain d'enfance de Gary Grimes. Les deux ados retrouveront exactement les mêmes rôles deux ans plus tard dans The Spikes gang, dont le titre français (coïncidence ?) comporte également le mot "poussière".''


Répondre

De Arca1943, le 24 février 2009 à 23:21
Note du film : 5/6

Ah, bon ! Doc de Frank Perry et surtout The Great Northfield, Minnesota Raid ayant perdu beaucoup de leur charme avec le passage du temps, je commençais à craindre que ces westerns de la vague démystificatrice du début des seventies, que j'avais tant aimés adolescent, ne connaissent tous un peu le même sort. Mais pas forcément, semble-t-il ! Voilà qui augure mieux pour la suite : Bad Company, Monte Walsh… je ne me les rappelle pas tous.

Notons aussi que Dick Richards n'a pas réussi que ce film, puisqu'il signait trois ans plus tard l'excellent Farewell, My Lovely, autre relecture attachante d'un genre très codifié. Puis il s'est (selon moi) cassé la gueule avec March or Die…


Répondre

De PM Jarriq, le 25 février 2009 à 20:06
Note du film : 5/6

Je crois me souvenir que Il était une fois la légion avait été gravement massacré au montage par son producteur (d'ailleurs, des personnages importants comme Bozzuffi, disparaissent de l'action sans crier gare). Il est clair qu'avec un casting aussi bizarroïde (Deneuve, Terence Hill, Hackman, Von Sydow !), le film avait peu de chances d'être un chef-d'oeuvre, mais… Qui sait ?

OK pour Adieu ma jolie, c'est un beau film, qui atteint le niveau des classiques auxquels il rend hommage, et offre un de ses plus beaux rôles à Mitchum.


Répondre
VOTE
De Steve Mcqueen, le 4 avril 2010 à 09:55
Note du film : 3/6

Et bien moi j'ai vu "Il était une fois la légion", et c'est un nanar de la plus belle espèce. L'oeil morne, Hackman vient payer ses impôts, Ian Holm (?)joue un cheick (??) sanguinaire (???) et il a oublié son fond de teint… Terence Hill est mauvais comme un cochon (comme d'hab'), Deneuve est toujours aussi transparente et leur baiser est anthologique ( Deneuve avait croqué une gousse d'ail ? Hill sentait la transpiration ?) Et au final, arrive comme un cheveux sur la soupe une bataille d'une rare mollesse.

Bref, un film indispensable dans toute bonne dvdthèque qui se respecte, entre "2001, l'odyssée des choristes" et " Coups de pied dans les burnes" de et avec steven Cigale…


Répondre

De spontex, le 27 mai 2013 à 21:57
Note du film : 3/6

Culpepper Cattle Co., littéralement la compagnie de bétail de Culpepper, curieusement traduit en français La Poussière, la sueur et la poudre, est la première réalisation de Dick Richards, à qui l'on doit également la version Mitchum d'Adieu ma jolie.


Le film s'ouvre sur une magnifique scène de course d'attelages. L'un des deux protagonistes, Ben Mockridge (Gary Grimes), est le héros du film. Il va se faire embaucher chez M. Culpepper, notable de la ville, comme commis (dit Petite Marie), à l'occasion du convoi d'un immense troupeau de bétail vers une ville à quelques semaines de voyage.

Ce road movie décrit ainsi le passage de Ben Mockridge à l'âge adulte. Jamais cow-boy n'aura aussi bien porté son nom : nos héros sont là pour convoyer du bétail, fût-ce au péril de leur vie.

 « Some things are more important to a man than the cattle, Mr. Culpepper.
– Not to me! »


On est devant un far west cru et authentique, qui suinte la crasse et le sang. Les héros se font tuer pour un oui ou pour un non, se font voler ici chevaux, là pistolets. Dick Richards joue ainsi allègrement avec les codes du western.

« Kid, cowboying is something you do when you can't do nothing else. »
(On est cow-boy quand on ne peut rien faire d'autre, repris, volontairement ou pas, par Woody Allen à propos des profs de sport, cinq ans plus tard, dans Annie Hall : « those who can't do teach, and those who can't teach, teach gym. » !)


Le parcours initiatique du héros et un final d'anthologie, dans lequel il reste seul pour défendre des colons jésuites et voit se sacrifier, en lui venant en aide, le reste de sa troupe, font de ce film méconnu un classique qui mérite d'être réhabilité.

L'image du DVD est de bonne facture, comme on peut le constater sur les illustrations de cette page, qui en sont tirées.

L'interview de Patrick Brion, quoique courte, est intéressante et documentée.


Répondre

De vincentp, le 1er février 2014 à 23:16
Note du film : 4/6


4,2/6. Bon western, montrant l'ouest et la vie authentique des cow-boys, rythmée par la gestion du bétail, les rixes, les visites au saloon et au bordel. Dick Richards, dont c'est le premier film, s'en sort bien, mais n'exploite pas le sujet de façon optimale, tant sur le fond que sur la forme. On retrouve le farfelu de La horde sauvage : Bo Hopkins. Billy Green Bush est excellent. The Culpepper Cattle Co., atypique, basé sur un solide scénario, rythmé, captivant, bénéficie d'une photographie (superbe lumière) et d'une musique soignée. Une présentation intéressante de Patrick Brion, en bonus.



Répondre

De verdun, le 3 février 2014 à 02:11

Les grands esprits se rencontrent: en ce 1er février, nous critiquons tous les deux un film de Dick richards: vous son premier film la poussiere la sueur et la poudre, moi son deuxième, Adieu ma jolie. Visiblement ce réalisateur a par la suite sombré corps et âmes…


Répondre

De spontex, le 3 février 2014 à 10:09
Note du film : 3/6

C'est le cas de le dire, puisqu'il était initialement pressenti pour réaliser Les Dents de la mer, jusqu'à ce qu'il ne soit évincé du projet pour avoir, à plusieurs reprises, appelé le requin la baleine.


Répondre

De vincentp, le 3 février 2014 à 19:24
Note du film : 4/6

Les grands esprits se rencontrent

Mon bon Verdun, ta chronique fort intéressante a simplement fait remonter la sueur,etc… au sommet de la pile.


Répondre

De verdun, le 4 février 2014 à 20:31

Je ne pense pas qu'il ne soit pas opportun de dépoussiérer il était une fois la légion !


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.010 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter