Forum - Voyage à travers le cinéma français - Mais quelle merveille ! Courrez-y !
Accueil
Forum : Voyage à travers le cinéma français

Sujet : Mais quelle merveille ! Courrez-y !


De Impétueux, le 18 octobre 2016 à 20:09
Note du film : 6/6

Comment donner une note à ce monument d'amour du cinéma français ? Comment remercier Tavernier, réalisateur inégal mais amoureux parfait d'offrir ce pur moment de bonheur dont les 3 heures (et davantage !) (ponctuées par un entracte, rassurez-vous) sont une promenade enchantée, virevoltante, délicieuse, passionnante, pleine de tours et détours, de digressions, de clairières lumineuses, d'anecdotes amusantes, de perspectives intelligentes, d'extraits des plus beaux films qui se puissent ?

Voyage à travers le cinéma français n'a pas le caractère de feu d'artifice des Enfants de Lumière, film de montage désinvolte, brillant, charnel, conçu par Jacques Perrin en 1995 pour le centenaire de la projection, le 28 décembre, au 14, boulevard des Capucines, du premier de tous les films : La Sortie des usines Lumière. L'hommage ébloui que Tavernier rend au 7ème art se lie indissolublement à sa propre histoire de gamin lyonnais qui, fasciné, découvre un jour, presque par hasard, en regardant dans une salle quelconque les merveilleux Rendez-vous de juillet de Jacques Becker que le cinéma va changer sa vie.

Cet émerveillement va courir et se renforcer au fur et à mesure que le jeune homme approfondira sa fascination, apprendra l'orthographe et la grammaire de l'image animée ; il y a dans le propos de Tavernier une intense humilité ; je crois qu'il sait bien au fond de lui-même qu'il n'a pas le génie inné, insurmontable des grands cinéastes qu'il admire et qu'il est simplement un immense amoureux des films ; ce qui ne l'a pas empêché de tourner des choses grinçantes, bouleversantes, durables, Coup de torchon ou La vie et rien d'autre, par exemple. Et n'être pas qu'un critique ou un commentateur le met, à mes yeux, dans un beau paradis.

Mais comme il est touchant, intéressant, passionnant quand il nous raconte la belle histoire du cinéma français et fait défiler sur l'écran en les détaillant, les ciselant, les racontant les plus beaux plans de ceux qu'il admire… Son film d'hommage suit par le chemin des écoliers son propre parcours.

Becker, d'abord, dont il fait remarquer la rigueur, la précision, l'intelligence, l'honnêteté géniale, voguant sans cesse entre les deux chefs-d’œuvre, Casque d'or et Touchez pas au grisbi en passant par Falbalas, Antoine et Antoinette, Édouard et Caroline, Le trou et les autres (mais bien sûr qu'il faut voir et revoir tous les films de Becker ! Bien sûr !).

Et, deuxième découverte, toujours inopinée : Tavernier entre dans une salle obscure au milieu d'un film : c'est La grande illusion et l'épisode célèbre de la représentation de café-concert que donnent (et se donnent) les prisonniers de l'oflag. Et l'aviateur Maréchal (Jean Gabin) qui arrive en criant de joie qu'on vient de reprendre Douaumont !. Et toute l'assistance qui se fige de bonheur en entonnant une Marseillaise rageuse au nez des Allemands. Le jeune homme, fasciné par ce cinéma-là reste à la deuxième séance…

Long passage sur Renoir ; La règle du jeu, peut-être trop bien jugée, La Marseillaise, Le crime de Monsieur Lange, La bête humaine, mais aussi Toni, La chienne et l'éblouissement de couleurs de French cancan (et savez-vous qui occupait le siège juste devant moi, hier ? Françoise Arnoul ! Il y a comme ça des sortes de miracles…). Renoir qui était si délicieux et qui admirait tellement la force qu'il est passé de l'adulation de celle de Staline à celle de Hitler… Ce qui ne l'empêche pas d'avoir réalisé avec Une partie de campagne le film le plus triste du cinéma français…

Et puis, à partir de La grande illusion et de La bête humaine, on passe à une longue digression magnifique sur Gabin et de Gabin on en vient à Carné, ses insuffisances et ses merveilles, d'Hôtel du Nord aux Portes de la nuit, passant par Les enfants du Paradis. Et il y a aussi un paragraphe sur la musique de film, l'hommage à Maurice Jaubert, le compositeur inspiré de L'Atalante, de Carnet de bal, du Quai des brumes… On saute jusqu'à Philippe Sarde et de là à Claude Sautet ; on finira par un long chapitre sur Jean-Pierre Melville

Mais entretemps, on aura redécouvert les films d'Edmond T. Gréville, dont Tavernier fut l'admirateur et l'ami (et dont je n'ai guère vu que Le port du désir…) et trouvé un certain talent à Eddie Constantine quand il est mis en scène par Jean Sacha (Cet homme est dangereux) ou John Berry (Ça va barder). Constantine conduit à Godard, au Mépris, à Pierrot le fou.

On a la tête pleine de films magnifiques, de films surprenants. La lumière s'allume. On est là depuis trois heures et plus. Et on se demande où sont passés Pagnol, Guitry, Duvivier, Autant-Lara, Max Ophuls, Christian-Jaque, Clouzot, Rohmer, Louis Malle à peine évoqués ou même tus… et les musiques de René Cloerec, de François de Roubaix, de Georges Delerue

Un carton passe sur l'écran : il y aura, dans quelque temps un deuxième film. Au moins un deuxième. Il y a de quoi faire, lorsqu'il y a tant de pieuse admiration et tant de talents merveilleux.

Merci Bertrand Tavernier.


Répondre

De vincentp, le 18 octobre 2016 à 23:35
Note du film : 6/6

Courrez-y, dites-vous, pour un résumé type France-Infos par Tavernier, de ce qu'est le cinéma français ? Moi, j'ai assisté de 1996 à 2016 à la projection de tous ces classiques, en version souvent restaurée, sur grand-écran, au cinéma Arlequin, commentés et débattus par Claude-Jean Philippe. Merci CJ-P ! Mille fois mieux !


Répondre

De Impétueux, le 19 octobre 2016 à 10:19
Note du film : 6/6

Réaction puérile et sans pertinence. Comment comparer la présentation d'un film, d'un seul par séance, par un critique, si compétent soit-il et celle de l'esprit même du cinéma français dans sa profondeur et sa variété ? Ça n'a aucun rapport.

Que vous le vouliez ou non, Tavernier est un créateur (dont j'ai dit les insuffisances), ce qui est tout de même infiniment plus fort que d'être un simple critique… Si Truffaut n'était resté que le journaliste des Cahiers du cinéma, s'en souviendrait-on aujourd'hui ?


Répondre

De vincentp, le 19 octobre 2016 à 14:58
Note du film : 6/6

Reconnaissons à Tavernier des qualités de vulgarisateur. Le fait qu'il connaisse le cinéma en tant que réalisateur apporte une dimension d'expertise à ses commentaires. Voir les oeuvres en question, sur grand écran, en version restaurée, et en discuter en public (comme je l'ai fait hier pour Gueule d'amour dans le cadre du ciné-club de ma commune) reste une étape obligée pour un cinéphile. Impétueux : vous court-circuitez le processus officiel avec vos chroniques.


Répondre

De Nadine Mouk, le 19 octobre 2016 à 16:39

Ah ! Mais à vous lire, je croyais que Tavernier avait donné une conférence entrecoupée d'extraits de films ! Parce que vous parliez d'entracte. Je n'avais pas jeté un seul coup d'oeil sur l'affiche du film ! Parce que c'est donc un film ! Mais il va être distribué partout où celà va rester confidentiel sur la capitale ? Je ne vous cacherai pas que vous m'avez bougrement donné envie de le voir ! J'ai déjà entendu, dans des bonus Dvd, la passion de Tavernier pour certaines oeuvres et l'écouter pendant trois heures ne serait pas pour me déplaire . C'est vrai, j'ai pensé à une conférence comme en faisaient Melville ou Renoir à une époque .


Répondre

De Impétueux, le 19 octobre 2016 à 20:19
Note du film : 6/6

@Nadine Mouk : comme plusieurs émissions de télévision ont présenté le film de Tavernier, je pensais naïvement que tous ceux qui s'intéressent au cinéma savaient qu'il avait conçu et réalisé ce petit bijou (non ! ce long bijou, dont on ne se lasse pas). Promenade intelligente à travers le cinéma français, passant par des tas de chemins de traverse, s'arrêtant ici et là, digressant, s'envolant, s'amusant…

Je ne sais où vous habitez. Parce que si c'est à Recoules-Prévinquières (Aveyron), Poncey-lès-Athée (Côte d'Or) ou Pampérigouste (nulle part), vous devrez attendre la sortie du DVD. Le film n'est distribué à Paris que dans peu de salles ; sa longueur et son sujet limitent la diffusion. Reportez vous à votre Allo-Ciné habituel pour savoir si une bourgade proche de chez vous a la folie de le programmer.

Et il va y en avoir un autre ! Merveilleuse cinglerie !


Répondre

De Nadine Mouk, le 19 octobre 2016 à 23:25

D'abord, il y a bien longtemps que ma télévision ne me sert plus qu'à visionner les rares bons films qui y passent ou devient la vitrine de mes Dvds. Ensuite, vous me dites Le film n'est distribué à Paris que dans peu de salles. Je le reniflais un peu d'où ma question légitime . Et puis, ben ….. si j'en crois Allo-Ciné, je vais attendre le Dvd …(mais on m'a proposé d'acheter une bagnole, du parfum parce que je pue, une assurance vie parce que je dois être fragile, et la préparation de mes obsèques parce que je vais crever bientôt) Mais je l'achèterai à coup sûr ce Dvd au vu de ce que vous en dites. Et si, par extravaguant et inconcevable, je devais être déçue, j'enverrai la note à la direction de ce site qui transmettra .


Répondre

De vincentp, le 16 avril à 23:58
Note du film : 6/6

Remarquable documentaire, en effet : analytique, synthétique, rationnel et affectif. Le cinéma français des années trente à soixante présenté à des cinéphiles ou non : chacun y apprendra ou en retirera un élément intéressant. Les commentaires sur Melville (un sacré personnage), la construction de son oeuvre, m'ont particulièrement intéressé. Il est dommage que Studio Canal n'ait pas accepté de prêter des images de ses oeuvres.


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.032 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter