Forum - Star Wars - Épisode V : l'empire contre-attaque - "Que la force soit avec toi !"
Accueil
Forum : Star Wars - Épisode V : l'empire contre-attaque

Sujet : "Que la force soit avec toi !"


De dumbledore, le 10 septembre 2004 à 11:03
Note du film : 6/6

Georges Lucas sort épuisé de l'opus 1. Il a perdu plusieurs kilos, il a failli perdre sa femme, Marcia, qui ne supportait plus de ne plus voir son mari, ou de le voir complètement ailleurs. Il eut même une crise cardiaque. "Jamais plus jamais", lui ordonna son médecin.

Un peu hypocondriaque, Georges Lucas suivit les conseils du médecin et délégua la mise en scène du numéro 2, L'empire contre-attaque. Son choix se posa sur Irvin Kershner. Très bon choix au demeurant : Irvin Kershner s'intéresse bien plus aux personnages que Lucas et il apportera à ce second opus, le meilleur et le plus noir de la trilogie, la dimension qui manquait.

L'empire contre-attaque est l'épisode de la maturité. D'un côté, Luke Skywalker apprend péniblement le métier de Jedi et découvre des zones de noirceur en lui-même, ses qualités (impétuosité, jeunesse…) s'assombrissent en défaut. De l'autre côté, Han Solo entre dans une relation amoureuse à la fois passionnée et horripilante et permet d'apporter une dose d'humour nécessaire pour rendre moins lourde la dimension philosophique de l'apprentissage jedi. Tous surtout sont confrontés à l'échec : Luke n'arrive pas à sauver ses amis, et les met même en danger, tout en compromettant son apprentissage Jedi. Han est fait prisonnier, perd Leia et subit la trahison d'un proche. La Rebellion subit une terrible défaite et la fin du film se termine par un cliffhanger qui fit souffrir plus d'un spectateur.

A cette conjugaison d'échecs, il faut ajouter une nouvelle preuve de "générosité visuelle" de la part de Lucas : l'image, les décors et les effets speciaux sont particulièrement soignés afin d'offrir des tableaux à la fois très différents mais toujours dans le registre du beau. La neige – blanche – du début, les marécages – verts – et ensuite la cité des nuages – rouges.

Mais au délà de tout cela, la force du film tient en un mot : équilibre. Parfait équilibre entre drame et comédie, parfait équilibre entre action et personnages, parfait équilibre entre émotion et divertissement … et même parfait équilibre entre les personnages entre eux.

Là où l'action de Star Wars était linéaire (une seule action), celle de L'empire contre-attaque joue la carte du montage parallèle, héritage du cinéma de Griffith et qui constituera la marque de fabrique du label Star Wars. C'est sans nul doute ce montage parallèle qui permet de bien doser cet équilibre.

c-2004 Lucas film Ltd & TM. All Right Reserved. Used under authorization


Répondre

De vincentp, le 3 octobre 2006 à 22:30
Note du film : 6/6

C'est effectivement, et de loin, le meilleur épisode de la série, le mieux construit et le plus intelligent. Comme le souligne Dumbledore, il est placé sous le signe de l'équilibre, avec 6 ou 7 personnages de même envergure, ayant une véritable personnalité, et qui vivent un parcours tantôt individuel, tantôt collectif. Il ressemble très fortement à La forteresse cachée de Kurosawa (peut-être plus que le premier épisode). Harrison Ford porte littéralement le film par sa volubilité et son charisme, entrainant le reste de la bande, comme Mifune dans le film de Kurosawa. Une source de plaisir pour encore plusieurs générations. Il doit beaucoup au talent de Irvin Kerschner, dont le nom n'apparaît pas (?) comme réalisateur du film, alors que c'est lui, sans aucun doute possible, qui est à l'origine de sa réussite artistique.


Répondre

De droudrou, le 4 octobre 2006 à 08:01

Sans conteste ! Mais c'est là qu'on voit l'imbécilité des producteurs dans ce type de réalisation : quand une série (on est arrivé à 6 épisodes) fonctionne, on change de metteur en scène à chacun des opus. Or, le côté gnangnan du premier épisode (le 4ème) était banni, la série avait gagné sa maturité, on pouvait la prolonger. Le gros hic aussi chez ces gens qui sont de la même génération que Bill Gates et notre ami Spielberg se croient investis d'une mission d'évangélisation où c'est la technique qui est primordiale ! L'homme : "on en a rien à foutre !" Et c'est l'impression générale qui ressort et qui désormais marque toute une catégorie de cinéma.


Répondre

De Impétueux, le 28 mai 2014 à 15:08
Note du film : 1/6

Je conviens sans difficulté que l'épisode 5 de la série, cet Empire contre attaque, est un peu meilleur que le précédent, Un nouvel espoir ; il est vrai que ce n'était pas bien compliqué, tant la nullité éthique et esthétique du premier opus de George Lucas : un peu plus de moyens, quelques décors point trop désagréables à regarder, quelques idées un tout petit peu originales (comme ces gigantesques machines marchant lourdement dans la neige et s'abattant grâce à des filins habilement jetés qui les font trébucher).

Mais enfin, c'est encore sursaturé par des combats spatiaux interminables illuminés de missiles traçants qui peuvent faire quelque effet à douze ans sur un écran immense, mais qui apparaissent répétitifs, convenus et faciles dès qu'on les subit sur des surfaces plus restreintes ; l'histoire est aussi bébête et simpliste que dans le volet initial, enfantine et convenue (s'y ajoute, de surcroît, une intrigue sentimentale sans pertinence) ; les acteurs sont glacés et monolithiques, sans même l'apport d'un Alec Guinness ou d'un Peter Cushing qui donnaient auparavant un peu de chair (très peu).

Avions volant, projectiles fusant, forteresses ambulantes avançant lourdement. Et, au milieu de cela, le nommé Dark Vador, vêtu tout plastique noir, dont on apprend qu'il est le père d'un des héros, ce qui va, à n'en pas douter, susciter ultérieurement de douloureux cas de conscience…

On peut admettre, si l'on veut, que les spectateurs de jadis, peu habitués au format, à la durée d'un film annoncé en 9 épisodes aient été un peu impressionnés, malgré la médiocrité de la réalisation, du scénario et des images ; un peu comme pour Avatar naguère, pour Gravity hier (pour aujourd'hui, je ne sais pas, et pour demain je crains le pire), mais c'est finalement si sot, si banal, si languissant que l'on s'étonne d'avoir vu perpétuée cette mythologie niaise lors d'une deuxième trilogie, tournée de 1999 à 2005. Il me semble avoir lu ici et là que l'on pouvait comparer ce machin au cycle de La communauté de l'anneau, ce qui laisse à penser sur le confusionnisme mental de notre époque…

Bref, cette expérience extrêmement désagréable de ma longue vie de spectateur a au moins l'avantage d'effacer les rares illusions qui pouvaient demeurer en moi et qui ressurgissent périodiquement sur la jobardise humaine. Et dire que je vais encore devoir me supporter Le retour du Jedi !


Répondre

De vincentp, le 28 mai 2014 à 17:42
Note du film : 6/6

Excellent film, impeccablement réalisé, donnant vie à tout un univers. Cette histoire est habilement construite, creuse parfaitement la psychologie des personnages. Harrison Ford y crève l'écran, et a bâti sa légende d'acteur (aujourd'hui bien pâle) à partir de cet opus.


Répondre

De Tamatoa, le 28 mai 2014 à 20:33

J'attends avec impatience de voir quel titre va éclore pour le fil de ce film …. Personnellement, je déteste le genre qui m'ennuie profondément.


Répondre

De vincentp, le 28 mai 2014 à 20:56
Note du film : 6/6

Un combat pour la dénomination du fil, façon fées de La belle au bois dormant ? Je suis prêt, car le titre "Que la force soit avec toi" est plus approprié que "critique" !


Répondre

De Tamatoa, le 28 mai 2014 à 21:36

……pour supporter le film . Excellent titre !


Répondre

De vincentp, le 28 mai 2014 à 21:45
Note du film : 6/6

Ah oui, heureusement que je suis là sur ce forum face à l'ennemi : les sombres et ku-klu-klanesques Darth Sidious – Impétus et Darth Vador – Tamatus.


Répondre

De Freddie D., le 28 mai 2014 à 22:19
Note du film : 1/6

Je soutiens Impétueux dans son héroïque coming out.

Moi aussi, je déteste « Star wars » dans son ensemble : ses combats pénibles, ses bruitages ridicules, ses acteurs catatoniques, ses robots efféminés, ses chiens géants pilotes de ligne, sa musique de dessin animé… Je n’ai jamais compris l’engouement que cette série a suscité depuis 40 ans. Consciencieux, j’ai tenté de voir la trilogie plus récente et me suis arrêté au milieu du n°2. C’est encore pire !

Je me déclare incompétent.


Répondre

De Impétueux, le 28 mai 2014 à 22:43
Note du film : 1/6

Il ne devrait pas y avoir d'autre titre de ce fil autre que celui qui était en place, Critique, puisqu'il émanait du regretté Dumbledore, une des chevilles ouvrières du site. Si je devais titrer un nouveau fil sur ce film, je l'intitulerais À peine supportable.

Mais à la demande générale…


Répondre

Installez Firefox
Accueil - Version bas débit

Page générée en 0.019 s. - 5 requêtes effectuées

Si vous souhaitez compléter ou corriger cette page, vous pouvez nous contacter